Musée Hergé : Déjà une polémique !

🛒 Acheter

Laurent de Froberville, le directeur du musée et son équipe présentaient ce matin le Musée Hergé aux journalistes.

La presse belge était bien évidement présente, mais également la presse internationale. Certaines chaînes de télévision étrangères avaient délégué cameramen, preneurs de son et monteurs pour couvrir l’évènement.

L’ouverture du musée consacré au créateur de Tintin est l’un des évènements majeurs de ce milieu d’année. Les nombreuses traductions des albums de Tintin, l’adaptation en dessin animé et les prochains films de Steven Spielberg et de Peter Jackson ont sensiblement augmenté la notoriété d’Hergé au-delà des frontières belges. Il était donc normal que la presse se déplace en masse pour découvrir les courbes du Musée dessiné par Christian de Portzamparc.

Les journalistes ont été avertis au début de leur visite qu’il leur était interdit de filmer ou de photographier les œuvres, ni même les salles. Les organisateurs prétextaient, pour se justifier, que cette interdiction était obligatoire pour protéger les documents originaux.

Or, les journalistes, photographes et cameramen n’avaient pas été prévenus initialement de cette mesure. L’annonce de cette interdiction a provoqué un tollé et une partie des journalistes présents a décidé de quitter les lieux pour manifester son mécontentement.

Nous reviendrons sur cet épisode et sur l’inauguration du musée dans les prochaines heures…

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • Musée Hergé : Déjà une polémique !
    25 mai 2009 18:11, par Jean Blogain, humoriste

    Musée Hergé : Déjà une polémique !
    Victor.
    Polémique Victor !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Xavier Mouton-Dubosc le 25 mai 2009 à  19:44 :

      Ami belge, si tu comprends, tu regardes trop la télé française.

      Répondre à ce message

  • Les Aventures de Tintin et Milou en Corée du Nord...

    Répondre à ce message

  • Musée Hergé : Déjà une polémique !
    25 mai 2009 19:44, par Xavier Mouton-Dubosc

    Je comprends qu’ils interdisent le flash, pas les photos.
    Ceci dit, je doute que certains photographes n’auraient pas forcément eu la délicatesse de se retenir de ne pas activer le flash.

    Répondre à ce message

  • Musée Hergé : Déjà une polémique !
    25 mai 2009 20:10, par NTM

    L’interview de Nick Rodwell sur RTL ce soir est édifiante quand à son mépris total pour les journalistes et plus grave, pour les équipes qui ont travaillé d’arrache-pied à la scénographie et à l’aménagement des salles. Il est profondément désespérant.
    Je ne crois pas que de cette manière il va attirer le public.
    Nous sommes devant un mausolée... pas un musée.

    Répondre à ce message

  • Marre de voir le nom de Hergé associé aux polémiques. C’est scandaleux de salir ainsi la mémoire d’un créateur génial, qui n’était pas un homme d’affaires. C’est donc ainsi que le musée veut lui rendre hommage ? Et bien, c’est complètement raté. J’en suis écoeuré.

    Répondre à ce message

  • Certains journalistes ne valent pas mieux que les faits et propos qu’ils dénoncent parfois quand il s’agit de Moulinsart et Tintin. J’en ai vu un (que je ne connais malheureusement pas) vendre son "dossier de presse" dans une bouquinerie de Bruxelles à 14h ce lundi après-midi ! La conférence de presse n’avait pas encore eu le temps d’éteindre les projecteurs (qu’ils n’avaient de toutes façons pas pu allumer d’après votre article...) que ce triste sire se faisait déjà des sous avec quelques feuilles de papier, un badge et un DVD !
    Je serais curieux de lire son "reportage"...Il est peut-être de ceux qui dénoncent continuellement la "machine à fric" qu’est, pour eux, Moulinsart, et qui sera le premier à en profiter pour en tirer quelques malheureux euros !!!!

    Répondre à ce message

  • Et même si ce site est consacré en 1er lieu à la bd je me permettrai de rappeler que vient de s’ouvrir également un musée Magritte. Il n’y a aucune hésitation vers où mes pas me dirigeront...

    Répondre à ce message

    • Répondu par NTM le 26 mai 2009 à  08:16 :

      Ici nous sommes au musée Ma Grotte, propriété privée, accès interdit... l’inaccessible rêve de Fanny R. La vie n’est pas rose chez les R.

      Répondre à ce message

  • Musée Hergé : Déjà une polémique !
    28 mai 2009 21:44, par alain de kuyssche

    Remettre les pendules à l’heure n’ayant jamais fait de mal à personne, je me permets de préciser que les journalistes accrédités avaient été prévenus en temps utile de l’interdiction de filmer ou photographier dans les 8 salles d’exposition permanente. Certains journalistes / photographes se sont présentés, le matin de la conférence de presse, sans être accrédités. Ils ont été accueillis et ils ont reçu un dossier de presse contenant, entre autres, un CD sur lequel figuraient 35 photos du musée et une 10 visuels des planches et objets exposés. En outre, l’Atelier de Portzamparc a distribué une clé USB contenant 18 photos de l’oeuvre architecturale. Tous ces documents étaient libres de droits ! En outre, les photographes et cameramen étaient autorisés à filmer dans l’atrium du musée, dans la salle d’expo temporaire, dans le restaurant et même sur les passerelles reliant les salles. Rappelons aussi que les photographes "rebelles" appartiennent, pour la plupart, à des agences de presse, c’est-à-dire, des entreprises commerciales qui vendent leurs photos. C’est un métier tout à fait honorable, mais les photos distribuées par Moulinsart étaient gratuites. contrairement à ce que a été dit et écrit, Moulinsart n’a pas gagné un euro sur ces photos, au contraire de certaines agences de presse. Il est regrettable que l’amabilité dont Moulinsart a fait preuve à l’égard de tous les journalistes, qui se sont présentés, n’ait été récompensée que par une attitude grossière et une désinformation patente.
    Le Musée Hergé étant une entreprise privée, entièrement financée par Mme Fanny Rodwell sur fonds propres, sans aide publique, il est normal que la société gérant l’image de l’oeuvre d’Hergé, dont Mme Rodwell est la légataire, décide de ce qui peut se faire dans ses murs. Il est normal que les responsables du Musée estiment plus judicieux de réserver la primeur du contenu des salles au grand public, qui fait l’effort de se rendre sur place.
    Dernière précision : bien que travaillant en indépendant pour Moulinsart, j’exprime ici un avis personnel, qui n’a ni la forme, ni le contenu d’un communiqué officiel.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 29 mai 2009 à  01:14 :

      l’amabilité dont Moulinsart a fait preuve

      L’amabilité de Moulinsart est très connue, et de notorièté publique.

      Il est quand même étonnant de voir avec facilité et quelle récurrence Moulinsart arrive à se fâcher avec tous et tout le monde, y compris donc avec les journalistes venu faire la publicité (gratuitement) de ce musée.

      Il est également normal qu’un journaliste digne de ce nom veuille travailler librement et objectivement, et non pas publier un communiqué de presse et des photos publicitaires fournis par une entreprise privé, ça c’est du publi-reportage et il faut payer la régie publicitaire du journal pour ça.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 29 mai 2009 à  07:19 :

      Pardon, mon cher Alain, mais l’erreur de communication est patente.

      Je ne connais aucun musée au monde qui a cette politique restrictive que les responsables du musée jugent "normale".

      Deux preuves sur ce site :

      - Le Louvre, le plus grand musée européen. Eh bien, à deux reprises (lancement de l’album Midam, la preuve en images ici et lancement de la collection Futuropolis, preuve en images ici) nous avons pu photographier des œuvres (Rembrandt, Yslaire, De Crecy...) absolument librement.

      - Musée royaux des Beaux-Arts de Bruxelles. Lors de l’exposition Regards croisés, aucune restriction, sauf l’usage d’un flash, n’a été imposée aux journalistes. Preuve en images ici.

      un CD sur lequel figuraient 35 photos du musée et une 10 visuels des planches et objets exposés.

      Sur les 35 photos, il y en avait 10 qui étaient des portraits des responsables du musée, 7 qui étaient des projections, des plans de maquettes, pas des photos, 8 qui étaient des photos du bâtiment que nous avons pu prendre nous-mêmes, et 10 documents exposés, effectivement.

      Mais aucun document en situation, aucune vue intérieure des salles qui puisse donner une idée de la scénographie.

      L’avertissement dans le dossier de presse pouvait être interprété comme une information que le journaliste devait relayer au public, pas qu’il s’applique aux journalistes invités.

      En ce qui nous concerne, nous avons appliqué strictement l’interdit qui nous a été fait.

      Notons que le juridisme dont est entaché toute la communication de Moulinsart s’appllique aussi à vous-même puisque vous vous sentez obligé de signaler que vous parlez "à titre personnel". Avouez que cela ne reflète pas une confiance dans de la liberté d’opinion.

      C’est le choix du Musée. Qu’il ne s’étonne pas que cela provoque des réactions.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD