Quand Tarantino théorise au sujet de Superman

31 mai 2004 4 commentaires

Il faut aller voir le nouveau film du président d’honneur de Cannes pour accéder à une intéressante théorie sur Superman. Dans une scène digne d’une BD aux dialogues kilométriques à la Maurice Tillieux, le fameux Bill incarné par David Carradine débite, face à une Uma Thurman réduite à l’impuissance, sa théorie sur le caractère unique de Superman.

Contrairement aux autres super-héros, comme Spider-Man qui est un personnage normal qui se déguise en super-héros costumé, explique-t-il, le costume, pour Superman, n’est pas son célèbre collant affublé du « S » rouge caractéristique : au contraire, son travestissement sont le costard cravate et les lunettes de Clark Kent. « - C’est ainsi que Superman se représente l’humanité, conclut le cow-boy ninja de Tarantino : faible, ordinaire et lâche. » Pas mal vu. Même Umberto Eco n’avait pas eu une analyse aussi pertinente.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Effectivement, c’est très fort !
    Du reste, KILL BILL 2 est excellent, à voir !

    Répondre à ce message

  • > Quand Tarantino théorise au sujet de Superman
    31 mai 2004 21:26, par JC LEBOURDAIS

    Il ne fait que reprendre une analyse qui date d’il y a plus de soixante ans. Faut sortir un peu.
    Umberto Eco ? Pourquoi pas Martin Winckler, pendant qu’on y est ? Quel est ce snobisme actuel ? Franchement ça me dépasse...
    Encore une victoire du name-dropping, on applaudit bien fort.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 31 mai 2004 à  23:23 :

      La référence est très précise, même si elle est allusive : Umberto Eco a effectivement écrit sur Superman (De Superman au surhomme (1978). Quant à Martin Winckler il parle aussi de l’extraterrestre de Krypton dans son livre Super-Héros. Amazing, isn’t ? C’est comme cela que l’on dit en franglais ?

      Répondre à ce message

  • > Quand Tarantino théorise au sujet de Superman
    1er juin 2004 09:02, par halnawulf

    L’"homme superieur", le super man Kal El doit en même temps se cacher, être discret, invisible et ne pas intervenir en civil pour mieux pouvoir s’eclipser et revenir revétu de bleu et rouge. Il doit paraitre le moins pour ëtre le plus et se cache donc dans les extrèmes. Un archétype n’est pas autre chose. Celà reste un journaliste témoin et non acteur, prix Pulitzer quand même. En tant que Superman, il est le boy-scout ultime, et pousse à leur paroxysme les qualités de l’humain, tant physiques que morales : le courage, l’abnégation, le désinteressement, l’interet de la collectivité avant le bien-être individuel. Comme dirait Bourdieu, il est le fruit de son entourage familial et des valeurs qui y sont attachées mais subi aussi les influences de son environnement scolaire, professionnel, amical... le tout étant trés humain, et lorsqu’il doit choisir entre la journaliste tétue, inconsciente et un rien arriviste Loïs Lane et Wonder Woman, la quasi déesse, quasi parfaite, il épouse l’humaine. Sans rancune, Q.T.

    Répondre à ce message

  • > Quand Tarantino théorise au sujet de Superman
    2 juin 2004 17:49, par Xavier Mouton-Dubosc

    Mais c’est qui ce Quentin Tarantino, déjà ? Ah oui, l’obscur dialoguiste d’"U.S.S. Alabama", où deux sous-marinniers en viennent aux joutes orales pour élire quel est le meilleur épisode du "Surfer d’Argent"...

    Ben tiens, moi aussi je vote celui dessiné par Moebius.

    Répondre à ce message