Sergio Salma évoque un lecteur d’ActuaBD dans Spirou

10 juillet 2009 5 commentaires

Les lecteurs assidus d’ActuaBD se souviendront des passes d’arme et autres échanges de points de vue parfois musclés entre certains de nos lecteurs et le dessinateur et scénariste de BD Sergio Salma, l’auteur de Nathalie (Casterman), scénariste de Mademoiselle Louise avec Geerts (Dupuis) ainsi que de la rubrique hebdomadaire Animal Lecteur, un strip vertical du journal de Spirou.

Avec le dessinateur Libon, il y croque avec humour les mœurs du lecteur de bandes dessinées et de son interlocuteur favori : le libraire.

Dans le numéro 3718 du 15 juillet de l’hebdomadaire de la bonne humeur, il met en scène un libraire soulevant des caisses de livres. Hélas, la pile est tellement haute qu’elle s’écroule.

A ce moment-là, son assistant vient le trouver pour lui demander où ranger les «  invendus du petit éditeur Pincemi ». Ce à quoi le patron rétorque avec un certain énervement : « Où je pense ! ».

On se souviendra que le forum d’ActuaBD a été le lieu d’échanges assez vifs entre Sergio Salma et un de nos lecteurs qui signait ses messages du nom de François Pincemi qui s’était fait une petite célébrité dans nos colonnes par ses prises de position, disons... conservatrices. Le 1er avril dernier, en guise de poisson, notre collaborateur Xavier Mouton-Dubosc en avait livré un florilège. Sans doute vexé, notre lecteur était retourné dans l’anonymat.

Ce strip 188 serait-il pour Sergio Salma l’expression d’une nostalgie ? Cela ne nous étonne pas : Sergio est un grand sentimental.

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Sergio Salma évoque un lecteur d’ActuaBD dans Spirou
    11 juillet 2009 16:23, par Henri (le Parisien)

    De mémoire, Pincemi est un lecteur passionné de BD, il n’est ni éditeur, ni auteur, ni libraire. Je suppose qu’il achète les livres qui lui plaisent, comme il est normal (je le vois mal à son age échanger des fichiers BD, c’est plutot le truc des amateurs de mangas). C’est sans doute pour cela qu’il est assez critique sur une bonne partie de la production actuelle.

    Je précise que je fais un peu comme lui, même si je suis plus moderne dans mes lectures.

    Répondre à ce message

  • Sergio Salma évoque un lecteur d’ActuaBD dans Spirou
    15 juillet 2009 17:10, par CS (le pardisiaque)

    Un abus de pouvoir manifeste. Ce pauvre Pincemi aura vraiment tout vu : il a de la chance que Salma ne soit pas journaliste à la TV. Cela démontre de façon éclairante les méfaits de la pensée unique (j’allais dire cynique). Il ne sert à rien d’ouvrir des forums si c’est pour trainer dans la boue ceux qui osent emettre une opinion par eux memes au lieu de suivre le conformisme ambiant.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 15 juillet 2009 à  20:10 :

      Cher Paradisiaque, c’est juste une petite moquerie. D’autant que Pincemi n’est pas son vrai patronyme, je ne le mets pas dans une situation embarrassante. Tout cela est bien anodin ne trouvez-vous pas ? Abus de pouvoir ?! Comme vous y allez ! C’est un clin d’oeil et sauf avis contraire de l’intéressé( Monsieur Pincemi si vous nous lisez...) je suis sûr que pour un passionné de bandes dessinées, se retrouver cité dans un strip doit être plus amusant que vexant ; même s’il est gentiment houspillé puisque je décide ( avec mon collègue Libon) de le faire devenir éditeur indépendant que lui-même ne manque pas de moquer d’ailleurs .

      Le gag ne repose pas sur le nom de cet éditeur dont les ouvrages abondent chez notre libraire favori ; il aurait tout aussi bien pu s’appeler les éditions de la Casserole, la cinquième couche-culotte ou Thalassociation voire CS Publishing ; c’est dirons-nous une espèce de parodie quoi en somme, de l’humour en quelque sorte, allez , j’ose user du mot humour affectueux.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Jean-Luc Cornette le 15 juillet 2009 à  20:15 :

      Ha ha ! Mais c’est le monde à l’envers ! Ce sont les opinions de Monsieur Pincemi qui reflétaient la pensée unique. Il se sentait perpétuellement agressé par toute publication qui sortait du classicisme, de l’académisme ou du conformisme. Bref, de ses amours de jeunesse (qui n’étaient pas pour autant mauvaises, mais le monde de la BD, ce n’est pas que ça). Il me semble qu’il a pu profiter de ce forum plus qu’à son tour. Il créait le débat, ce qui était très bien. Sauf que c’était toujours le même débat, et ce plusieurs fois par semaine.
      Alors que ses inlassables mêmes attaques, peu empruntes d’ouverture et d’originalité, de par leurs répétitions, m’exaspéraient (des attaques, il faut le dire, souvent insultantes pour un bon nombre d’auteurs), leur absence de ce forum laisse comme un vide. Il faut bien le reconnaître.

      Dans ce gag de Salma et Libon, Pincemi reçoit le rôle d’un petit éditeur indépendant. J’y vois pas la moindre insulte, mais une bonne blague. Il se retrouve dans le rôle de l’éditeur des BD qu’il décriait. De plus, les bouquins ne se vendent pas, ce qui prouverait que Salma peut être d’accord avec une partie du discours de Pincemi. Mais malgré ça, ce n’est pas lui, c’est simplement une allusion pleine d’humour au bonhomme qu’on connaissait un peu.
      Une émission comme les Guignols de l’info, cher CS, ou les dessins de presse en général, doivent bien vous faire souffrir. Car là, le personnalité sont attaquées frontalement pour ce qu’elles sont. Ce monde est vraiment trop dur. Et Spirou un magazine bien cruel !
      Et ne voyez pas du cynisme, là où il y a de l’humour et même un peu d’affection.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 17 juillet 2009 à  09:44 :

      "Il ne sert à rien d’ouvrir des forums si c’est pour trainer dans la boue ceux qui osent émettre une opinion par eux-mêmes au lieu de suivre le conformisme ambiant."

      Que des artistes se défendent, c’est inadmissible, n’est-ce pas ?
      Par contre, émettre une opinion qui peut blesser un artiste, ça c’est tout à fait normal, c’est convenu. Après tout, si les artistes s’exposent, ils doivent accepter la critique. Toutes les critiques. Même les moins argumentées. Avec les commentaires, n’importe qui peut se poser en critique. Et derrière cette démocratisation se cache la démagogie. Le conformisme ambiant que vous prétendez dénoncer, il est de votre côté.

      Répondre à ce message