Décès de Kristiina Kolehmainen, la Madone de la Small-Press suédoise

28 mars 2012 2 commentaires
Décès de Kristiina Kolehmainen, la Madone de la Small-Press suédoise
Kristiina Kolehmainen
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Les observateurs et les historiens oublient parfois l’importance de certains médiateurs culturels. Sans Kristiina Kolehmainen la directrice de bibliothèque de bande dessinée Serieteket à Stockholm, la seule du genre en Suède, la bande dessinée de ce pays n’aurait pas le même lustre.

En 1995, Kristiina Kolehmainen obtient une formation de sa hiérarchie qui lui permet de se rendre à Angoulême.

Là, c’est le coup de foudre pour les nouvelles tendances de la bande dessinée : les ouvrages de L’Association, la revue Ferraille des Requins Marteaux, les ouvrages de Scott McCloud, de Daniel Clowes, de Charles Burns… Là encore, elle rencontre Thierry Groensteen au CNBDI.

Elle revient en Suède et enjoint pour ainsi dire sa direction de lancer une bibliothèque à Stockholm dédiée à la bande dessinée. Elle obtient gain de cause.

Dans la foulée, elle lance un festival de BD. Non pas un de ces festivals grands publics bon enfant comme il y en a tant en Europe, mais une manifestation dédiée aux petits éditeurs indépendants qui publient de jeunes graphistes, la SPX – Small Press Expo dont la réputation dépasse les frontières.

Notre bibliothécaire, pourtant finlandaise d’origine, veut encourager les jeunes artistes suédois à créer leurs propres publications. Elle conçoit son événement comme un « festival des fanzines ». Elle cible ensuite différentes scènes de la bande dessinée mondiale : danoise, italienne, française, etc.

« Nous avons toujours voulu que le festival reçoive des auteurs qui se perçoivent comme des artistes » témoignait-elle. Ulf K, Martin Tom Dieck, Yvan Alagbé, Gilbert Shelton ou encore José Munoz figurent parmi ses invités.

Cette "madone" des nouvelles tendances de la bande dessinée a perdu son combat contre le cancer et est décédée hier après-midi, le 27 mars 2012.

Pour la nouvelle génération des artistes suédois que nous avons vus à Paris et à Angoulême ces dernières semaines, elle était une personnalité incontournable, et son centre de documentation reste une référence pour tous les amateurs de bande dessinée et de graphisme qui passent à Stockholm.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Merci, Didier, de souligner le rôle, parfois méconnu, de ces fidèles "serviteurs de la bande dessinée". Kristiina faisait partie de notre famille, était une très grande dame, curieuse et malicieuse. Souvent, à Angoulême, nous nous retrouvions avec ses complices finlandais, Kirsi Kinnunen et Ilpo Koskela. Sa disparition me rend mélancolique.

    Amitiés,

    Patrick Gaumer

    Répondre à ce message

    • Répondu par Aurore | cineaster.net le 21 mai 2012 à  17:55 :

      Je venais souvent l’embêter à la Serieteket quand j’habitais Stockholm. Elle était passionnée, cultivée et elle manquera à beaucoup.

      Répondre à ce message