Hommage à Alain Voss

31 juillet 2011 3 commentaires

Nous l’avons appris un peu sur le tard mais rien n’empêche de lui rendre hommage. Le dessinateur franco-brésilien Alain Voss est décédé le 13 mai dernier au Portugal à l’âge de 65 ans.

Les lecteurs français l’avaient découvert dans Métal Hurlant en 1978 avec le personnage ambigu de Heilman, un chanteur de rock punk trimballant une complaisante imagerie nazie. Voss dessina plusieurs albums pour les Humanoïdes Associés dans un graphisme mêlé d’influences rock et de SF qui n’est pas sans évoquer celui de Philippe Caza.

Voss quitta la France, où il avait émigré en 1972, pour retourner au Brésil en 1981, tout en continuant de produire pour la France, notamment la bien-nommée Adrénaline qui reçut le Grand Prix du Festival d’Aix-en-Provence en 1982. Ces dernières années cependant, on le vit de moins en moins publié en France.

Un accident vasculaire le frappa en 2009, ralentissant considérablement son travail. Recouvrant quelque peu ses capacités physiques, il était revenu en Europe en 2010, s’établissant à Lisbonne où il décède en mai dernier.

DP

Hommage à Alain Voss

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Hommage à Alain Voss
    1er août 2011 14:55, par GPoussin

    Encore un vaillant combattant de la Grande Armée métallique qui s’en va… Nous n’aurons pas eu le temps de l’interviewer avec Christian Marmonnier pour notre ouvrage sur Métal Hurlant, dommage.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 février 2012 à  17:10 :

      au festival de bd d’aix en 1981, al voss m’avait fait sur un carnet de croquis un super dessin de guitariste de rock sautant en l’air ! je le garde

      Répondre à ce message

      • Répondu par Brigitte rolin le 29 janvier 2015 à  17:37 :

        J’ai bien connu Alain ; nous nous sommes quitté à Paris, après un séjour à Bruxelles,hébergé chez une amie, rue St Georges,où je l’ai rencontré pour la première fois ; sa mère, yolande, m’a ouvert la porte et présenté le dessinateur, un chevelu bouclé en diable et barbu !On était en août 1972. Ils venaient du Brésil et Alain cherchait à rencontrer des Artistes et se faire connaître en Europe.Je suis moi même dessinatrice et peintre,et j’étais fasciné par sa façon de
        développer ses dessins sur les feuilles avec un trait affirmé.
        Dans un de mes carnets de croquis, nous avons fait quelques
        dessins ensemble et j’ai des inédits et des dessins fait au Brésil. Je l’ai quitté en octobre après l’avoir conduit à Paris ; c’est évidemment là qu’il devait aller pour se faire connaître !Je l’ai revu en 1973 ou 74 et il avait du succès.
        J’ai appris sa mort en cherchant sur internet de ses nouvelles après si longtemps. Il a bien vécu, et suis triste qu’il est parti encore jeune, normal car il vivait à l’image de ses dessins. Tu restes dans mes souvenirs Alain.

        Répondre à ce message