BD-tract anti-LGTB au festival BDBoum de Blois

27 novembre 2013 8 commentaires Actualité

On ne peut pas plaire à tout le monde, dit-on. Et de fait, l’initiative du Festival BD Boum et de l’auteur de BD Hubert autour du livre Les Gens normaux (Casterman) a fait grincer les dents des anti-"mariage pour tous" blésois. Ils ont commis à leur tour une bande dessinée, un tract d’une page intitulé "Drôle de genre !" dans laquelle une série de "concepts de genre" sont ridiculisés par le détournement d’informations piquées dans la presse du genre "En Suède, une loi pour interdire aux hommes d’uriner debout est actuellement débattue" ou encore "Rentrée 2013, expérimentation dans 600 écoles primaires de l’ "ABCD de l’égalité" prouvant la théorie du gender. Généralisation prévue à toutes les écoles en 2014." Dans une séquence de la BD, un enfant se trouve devant trois portes aux toilettes : "Hommes-Femmes-Neutre" et ne sait plus quoi choisir... La médiocrité du dessin est au niveau du propos.

"Des prospectus comme cela, ils en font par dizaines. Ils étaient déjà là pour les Rendez-vous de l’histoire, nous raconte Julien Guinebault qui a coordonné le projet Les Gens normaux avec Hubert et le groupe LGTB de Tours. Les manifestations contre le "Mariage pour tous" ont été de la même intensité ici que dans le reste du pays, les manifestants poussant leurs pauvres enfants devant eux. Cela continue, alors que la loi est passée.

BD-tract anti-LGTB au festival BDBoum de Blois
DR

Pour ce livre, nous avons répondu à une demande de BD Boum de faire un ouvrage de témoignage sur l’homosexualité. Ce n’est pas un catalogue, il y a 10 000 façons d’être homosexuel. On voulait en parler sous différents angles : la religion, l’homoparentalité, les difficultés dans les familles, le SIDA, etc. Malheureusement, être homosexuel, c’est encore "hors norme" aujourd’hui. Le titre de l’ouvrage est génial : Les Gens normaux. La normalité, cela n’existe pas, nous sommes tous différents, mais la société actuelle, nous sommes hors norme, pour tout, et du coup, on rencontre qui se battent contre cela, qui ont dû, c’est horrible, accepter ce qu’ils sont. Les retours que nous avons eu sur le livre sont tous les mêmes, les gens sont touchés par la densité des témoignages. Ils doivent reposer le livre, ils ne peuvent pas le lire en une fois."

En réponse à l’action de l’association La Manif pour Tous 41, lors de la cérémonie des prix, les organisateurs du festival, Jean-Pierre Baron, président de l’association et Bruno Genini, son directeur, ont déchiré publiquement les tracts et les ont ostentatoirement jetés dans une poubelle.

DP


Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • détournement d’informations piquées dans la presse du genre "En Suède, une loi pour interdire aux hommes d’uriner debout est actuellement débattue"

    C’est faux bien entendu, l’information publiée par la presse du soir suédoise était celle-ci : les conseillers régionaux du parti "Vänster" de la région de Sörmland souhaitent réserver certaines toilettes des locaux du conseil régional aux personnes urinant assises. Les activistes anti-LGTB aiment à propager des mythes visiblement.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 novembre 2013 à  18:02 :

      En Allemagne il y a déjà longtemps qu’il est fortement déconseillé de pisser debout (mais je ne sais pas s’il s’agit d’une loi ou d’un usage) mais cela n’a rien a voir avec de l’homophobie, c’est seulement une question d’hygiène et de respect des femmes qui passent après nous et qui doivent se taper le nettoyage de la lunette éclaboussée par certains hommes. Apprenons à lever la lunette si nous voulons continuer à pisser debout (ce serait triste de s’en passer...).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 27 novembre 2013 à  23:01 :

        Ces histoires ne seraient que purement anecdotiques si elles ne révélaient toutefois le modus operandi de ces activistes. Dans le cas dont il est question plus haut (la Suède) l’article fut publié en 2012 par "Aftonbladet" -un quotidien de la "presse à scandale" ou allez, de la "presse de divertissement" suédoise. Titre-choc de l’article, comme il est de coutume dans ce genre de publication : "Interdit aux hommes de pisser debout !" En lisant l’article on découvre tout de suite qu’il s’agit d’autre chose : un représentant du parti "Vänster" souhaite apposer un décalque sur une porte de wc du conseil régional pour réserver un espace que l’on comprend mixte aux femmes -et aux hommes souhaitant uriner assis. Une mesure d’amélioration du lieu de travail donc. Par ailleurs aucun autre représentant du conseil régional, comme il est stipulé dans l’article n’a entendu parler de cette proposition. À aucun moment il n’y est question d’interdiction. C’est un de ces sujets que la presse à scandale aime à présenter sous un gros titre fallacieux. Pas de pot pour nos militants francophones homophobes, je parle le suédois et suis à même sur ce coup de démontrer à quel niveau se situe leurs arguments et les manipulations de l’opinion auquelles ils s’adonnent.

        Répondre à ce message

  • BD-tract anti-LGTB au festival BDBoum de Blois
    27 novembre 2013 14:00, par Aleck

    Il n’existe pas ’’de groupe LGBT a Blois’’, vous voulez surement parler du Centre LGBT de Touraine, qui est effectivement partenaire de la bd.

    Répondre à ce message

    • Répondu par actuaBD.com le 27 novembre 2013 à  16:57 :

      Effectivement. C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

  • BD-tract anti-LGTB au festival BDBoum de Blois
    28 novembre 2013 00:20, par Fred

    Où l’on constate une fois de plus que les imbéciles n’ont pas de talent.

    Répondre à ce message

  • BD-tract anti-LGTB au festival BDBoum de Blois
    29 novembre 2013 20:05, par Pic

    BRAVO au festival de Blois.

    Le combat contre la bêtise et la haine est à mener perpétuellement.

    Ils s’y emploient depuis le début (j’ai eu l’honneur de participer il y a des années à "Parole de taule" avec Corbeyran et Frank)

    Concernant l’homophobie, citons Morgan Freeman :

    " Je déteste le mot homophobie.

    Ce n’est pas une phobie, vous n’avez pas peur,

    vous êtes juste des connards."

    Répondre à ce message

    • Répondu par Agathe le 4 décembre 2013 à  10:52 :

      On ne peut pas vivre sa vie tranquille, sans que tout le monde vous regarde et vous juge ? Philosophiquement, c’est très difficile d’assumer sa condition d’humain - on fait comme on peut !

      Répondre à ce message