Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles - Par Mandryka - Alain Beaulet éditeur

20 octobre 2018 0 commentaire

« Sur le terrain d’envol de Faribole-en-Josas l’Aéronef électrique de l’ingénieur Chourave est prêt à décoller pour une prestigieuse croisière céleste destinée à expérimenter ses étonnantes capacités à éliminer tous les problèmes en éradiquant les fausses nouvelles à coup de décharges électriques. » Ainsi débute Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles, un court récit de Mandryka édité par Alain Beaulet mais dessiné au départ pour l’exposition « L’Aéronef électrique » de la 14e édition du festival BDFIL de Lausanne.

Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles - Par Mandryka - Alain Beaulet éditeur
Détails d’une planche originale de "Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles" © Mandryka 2018 (Photographie F. Hojlo)

Mandryka, comme onze autres dessinateurs, a répondu à l’invitation de Dominique Radrizzani - directeur du festival lausannois - d’adapter, à leur manière, les trois dernières pages de L’Aéronef électrique de Jacques Lob et Georges Pichard. Écrites en 1985 par Jacques Lob, pour qui Mandrika dessina pendant les années 1960 et 1970 de brèves histoires parues dans Pilote et L’Écho des Savanes, les planches de L’Aéronef électrique furent publiées dans France-Soir mais jamais reprises en album. Les douze dessinateurs ont été confrontés à un véritable défi pour mettre en image ces trois pages fourmillant de personnages et de détails.

L’Aéronef électrique est l’une des aventures de Blanche Épiphanie, héroïne créée par Lob et Pichard en 1967. Celle-ci parcourut les pages de V-Magazine, France-Soir et Métal Hurlant, pastichant au passage quelques grands titres de la littérature. Les trois dernières pages de L’Aéronef électrique furent publiées les 15, 16 et 17 octobre 1985 et appelaient une suite qui ne vit jamais le jour.

Mandryka en offre une version fidèle à la fois au scénario de Lob et à son propre univers, puisque nous retrouvons le Concombre masqué et Chourave, des habitués de petits « Contes zen », dont presque une dizaine a été éditée par Alain Beaulet. Tout en conservant la trame définie par Jacques Lob, Mandryka distille son humour et sa fantaisie de son trait toujours aussi souple et dynamique.

Si les planches originales sont en couleur, le « Petit Carnet » édité par Alain Beaulet est en noir et blanc. Mais les trois pages en couleur sont disponibles dans la revue Bédéphile #4 sortie en septembre dernier, accompagnées de celles des autres dessinateurs et de quelques articles analysant l’œuvre de Mandryka, à qui une exposition monographique était consacrée à Lausanne.

Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles © Mandryka / Alain Beaulet éditeur 2018

FH

Concombre et Chourave Traqueurs de fausses nouvelles - Par Mandryka - Alain Beaulet éditeur - 10,5 x 15 cm - 24 pages en noir & blanc - collection Les Petits Carnets - tiré à 1 000 exemplaires numérotés - parution en novembre 2018.

Consulter le site officiel de Mandryka & lire les pages originales de Lob et Pichard.

Lire également sur ActuaBD :
- Conc et Chou lanceurs d’alerte ! - Par Mandryka - Alain Beaulet Editeur
- Festival BDFIL de Lausanne : quelques expositions de la 14e édition

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?