Coup bas pour Castro à Angoulême

8 mai 2010 2 commentaires

Construit au milieu des années 80 sur les plans des architectes Roland Castro et Jean Remond, le bâtiment, qui a pris pour tous le nom du plus connu des deux créateurs, était l’emblème d’une Angoulême capitale de la bande dessinée. 25 ans plus tard, une page se tourne puisqu’un déménagement massif se prépare pour les prochains mois, comme l’annonce le quotidien Charente Libre.

Coup bas pour Castro à Angoulême
Le fameux bâtiment et sa façade de verre
(c) Thierry Lemaire

C’est une redistribution complète des cartes qui devrait avoir lieu dans cet immeuble appartenant à la mairie, puisque tous les services liés à la bande dessinée seront déplacés. Une grosse opération car elle concerne la bibliothèque de bande dessinée, les services administratifs de la CIBDI et deux écoles (du jeu vidéo et de la création documentaire). On se souvient que la librairie avait traversé la Charente vers les locaux du musée l’année dernière. Les services administratifs devraient la rejoindre, alors que la bibliothèque a déjà sa place toute chaude dans la nouvelle médiathèque (normal pour un bâtiment qui prendra le nom de A, en hommage au Philémon de Fred). Quant aux deux écoles, elles devraient se diriger dans les anciennes papeteries du Nil, juste à côté.

On peine à comprendre la logique de cette dispersion, si ce n’est que la mairie a déjà pris une option pour installer au rez-de-chaussée du bâtiment Castro ses services culturels. Rien n’est décidé pour le reste des locaux. Inversement, l’adjoint au maire à la culture annonce que l’espace d’exposition utilisé pendant le Festival sera conservé dans ses fonctions et que les personnels du FIBD pourraient très bien avoir leur place dans le bâtiment. Bon. Tout cela a le temps d’évoluer. D’abord parce que la mairie promet une concertation générale, ensuite parce qu’il faudra déplacer les associations et syndicats qui occupent actuellement le Nil, et enfin parce que la médiathèque n’ouvrira qu’en 2013. Il n’empêche que le projet se précise.

L’article ne dit pas ce qui adviendra des dalles personnalisées par les plus grands auteurs du 9ème art, à la manière des stars du cinéma devant le Grauman’s Chinese Theatre de Los Angeles, placées sur le parvis du bâtiment Castro. Peut-être seront-elles éparpillées dans toute la ville à l’instar des murs peints ? Il y aura alors peut-être du souci à se faire pour leur conservation.

THL

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Coup bas pour Castro à Angoulême
    8 mai 2010 23:07, par LO

    Concernant les dalles, il y a déjà du souci à se faire aujourd’hui. L’idée date d’une petite vingtaine d’années, elle était excellente. Mais depuis dix ans plus rien, et ces oeuvres d’art fixée au pied du bâtiment sont en déliquescence... Dommage

    Répondre à ce message

  • Coup bas pour Castro à Angoulême
    9 mai 2010 01:37, par Yohan Radomski

    Ce bâtiment est un plaisir de mauvais architecte. Il s’agit d’un contenant, mais quid du contenu, de la vie dans ce bâtiment ? Castro ne s’en est apparemment pas soucié. Le bâtiment ne se relève pas du tout fonctionnel.
    Le Musée a déménagé : tant mieux !
    La bibliothèque, avec des réserves situées de l’autre côté du bâtiment, donc des kilomètres de couloirs (ceux qu’empruntent aussi le public) à parcourir pour aller chercher un ouvrage, a été mal conçue. Ou pas conçue du tout.
    Les dalles en béton sont pourries, s’effritent, recouvertes de lichens. Quel gâchis d’argent, d’énergie !
    Un coup bas pour Castro ? Surtout un coup bas pour tous ceux qui ont travaillé dans ce bâtiment, pour Angoulême, et pour le public.

    Répondre à ce message