Denis Bajram en retrait de l’action syndicale

8 février 2020 3 commentaires

RETRAIT. C’était, ces dernières années, l’une des figures éminentes de l’action syndicale auprès des auteurs de bande dessinée, sur la brèche dans toutes les négociations avec les administrations et les éditeurs. Il annonce sur son blog se mettre « en retrait » de l’action syndicale.

L’auteur d’Universal War (UW 1 et UW 2, chez Casterman) avance plusieurs raisons pour ce retrait :

Denis Bajram en retrait de l'action syndicale  Un trop plein d’implication. « Ces dernières années, j’ai plus été syndicaliste qu’auteur de BD » explique-t-il, considérant qu’il est temps qu’il redevienne créateur de bande dessinée. « Ne plus écrire et dessiner est un enfer pour moi, écrit-il. Je n’ai pas choisi ce métier pour passer mon temps à lire les projets de loi de finance de la Sécurité Sociale ou à écrire des synthèses en langage administratif. Je n’ai pas choisi ce métier pour que mon mur Facebook ne soit quasiment plus qu’un fil d’information syndical… »

-  En raison du stress généré par une telle position, essentiellement bénévole. «  Il aurait sans doute fallu que j’arrête il y a plus d’un an, vu les signaux d’alerte que me donnait mon corps. Rien de très grave, mais l’estomac, les dents, les douleurs, tout m’alertait sur mon épuisement… »

-  Et puis, en raison de l’hostilité de certains de ses collègues auteurs : « En effet, certains ont l’air de considérer que leurs représentants sont des sacs de sables qu’ils peuvent boxer sans qu’ils ne cèdent jamais. Ajoutez-y quelques couteaux dans le dos de la part de confrères et consœurs que je pensais être des amis, et vous avez les gouttes d’eau qui ont fait déborder un vase déjà bien trop rempli. Je ne dis surtout pas ça pour que les auteurs cherchent des coupables dans leurs rangs. C’est plutôt un avertissement à tous : par pitié, épargnez vos représentants… »

Tout en appelant à l’engagement de ses confrères, Denis Bajram se retire donc de la présidence de Ligue des auteurs professionnels, ayant cependant accepté de rester au conseil d’administration, en tant que conseiller, histoire de partager son expérience. C’est Samantha Bailly qui lui succède.

DP

Denis Bajram en janvier 2019 lors de la remise du Rapport Lungheretti au ministre Franck Riester.

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Voir en ligne : LE BLOG DE BAJRAM

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :