Disparition du peintre et affichiste Yves Thos

8 novembre 2020 2 commentaires

DÉCÈS. On apprend seulement ces jours-ci la mort d’Yves Thos, le 13 octobre dernier, à Saint-Chaptes, non loin d’Uzès, à l’âge de 84 ans. Cet affichiste du cinéma s’était fait connaître dans les années 1960 par sa collaboration à Pilote pour qui il fit des couvertures, mais surtout pour les couvertures qu’il dessina pour les albums de Barbe Rouge, de Tanguy et Laverdure et de Bob Morane.

Né le 29 octobre 1935 à Clichy (département des Hauts-de-Seine), Yves Thos était l’un des grands affichistes de cinéma français. On lui devait quelque 193 affiches, notamment celle de La Dolce Vita de Federico Fellini, de La Femme et le Pantin, de Cartouche, de Don Camillo Monseigneur, Le Capitan ou Goldfinger...

Disparition du peintre et affichiste Yves Thos
Yves Thos dans son atelier.
Photo : © Institut Jean Vigo

À partir de 1967, sa signature apparaît sur les couvertures de l’hebdomadaire Pilote où il livre son interprétation de Bob Morane, de Barbe Rouge et de Tanguy et Laverdure, au point qu’on lui confiera la réalisation des couvertures des albums de ces personnages. Il poursuivit sa carrière en réalisant des dessins publicitaires, des affiches, ou des romans pour se consacrer finalement à la peinture.

DP

Photo : © Institut Jean Vigo





Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Disparition du peintre et affichiste Yves Thos
    9 novembre 2020 11:33, par Philippe Wurm

    On n’a pas envie de voir partir ceux qui nous ont tant fait rêver pendant notre enfance...
    Grâce à Yves Thos j’ai immédiatement adoré la série Barbe Rouge et à cause de lui j’ai mis 15 ans à comprendre que le dessinateur de Buck Danny et de Barbe Rouge était le même !!
    Ses affiches sont formidables et la fascination pour ses couvertures ne s’est jamais éteinte, à quelque âge que ce soit, faisant exploser à notre figure une image pleine de fougue et de mystère en même temps. Je crois que le côté impétueux de sa touche de pinceau, typique d’une forme "d’action painting figurative" des années 50 et 60, y est pour beaucoup, mais pas seulement.
    En cela on peut rapprocher Yves Thos de René Follet.
    Merci à eux, à cette génération, pour les joies éprouvées.
    Toutes mes pensées à sa famille.

    Répondre à ce message

  • Disparition du peintre et affichiste Yves Thos
    12 décembre 2020 12:28, par CHRIS

    Connaissant l’étendue de sa carrière et de son talent, cet artiste aurait eu très certainement son Art book Deluxe ou Artist’s édition s’il avait œuvré chez les Anglo-saxons. Assurément, aucune chance de retrouver ses œuvres dans un ouvrage édité et vendu en France !!

    Répondre à ce message