Japan Expo 2019 - Choses vues #5 : des cases à l’Ovalie, Japan Expo se met au rugby

5 juillet 2019 0 commentaire

C’est une première, nous semble-t-il : Japan Expo se dote d’un terrain d’entrainement de rugby. D’une respectable dimension, avec ses poteaux, son synthétique et surtout ses ballons, nombreux. Le tout encadré par quelques animateurs qui vous expliquent comment taper correctement dans la balle, après le rebond, en la laissant tomber bien verticalement. Nous avons évidemment donné de notre personne pour tester l’installation.

Mais pourquoi donc du rugby à Japan Expo ? Et bien cela ne tombe pas du ciel, ou plutôt tombe assez bien. Car le Japon accueillera la prochaine édition de la Coupe du Monde de Rugby, du 20 septembre au 2 novembre 2019. Et pour accompagner l’événement, le Japon se mobilise, y compris le monde du manga.

Japan Expo 2019 - Choses vues #5 : des cases à l'Ovalie, Japan Expo se met au rugby
Vue d’ensemble du terrain
© aurélien pigeat
Couverture du Jump pour le lancement de Beast Children

C’est ainsi par exemple que l’hebdomadaire manga le plus vendu, le Weekly Shonen Jump, a récemment lancé un nouveau titre sportif sur le thème du rugby : Beast Children. Six chapitres parus, légalement disponibles en anglais sur Mangaplus. Une série calibrée pour la manifestation, pour le moment sans grande originalité et lorgnant, au-delà même de la forme du ballon, du côté d’Eyeshield 21. Mais qui devrait au minimum "tenir" jusqu’à la fin de l’année et de la compétition.

Beast Children pose d’emblée une rivalité entre un héros passionné mais sans talent et un héritier prodige dégoûté par son sport. Dans son nouveau lycée, Sakura, rapide gringalet, commence à faire ses preuves au milieu d’une équipe composée de personnalités excentriques. Le chapitre 6 débute le premier match auquel participe Sakura.

De quoi inspirer les jeunes visiteurs de Japan Expo ? Peut-être, mais gare à ne pas envoyer le ballon dans les stands voisins : ce sont ceux des arts martiaux.

AP

Tapera ? Tapera pas ?...
© Manon Dias Santos
Page couleur d’ouverture de Beast Children

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?