Jérémy termine le dernier album de la Complainte des Landes Perdues

27 mars 2014 0 commentaire

Suite à la brusque disparition de Philippe Delaby en janvier dernier, il semblait logique que son élève Jérémy Petitqueux prenne la relève, le temps que la douleur s’estompe. Tout au moins le temps d’achever le dernier album du 2e cycle de La Complainte des landes perdues qui restait inachevé à la page 32.

Le site de Dargaud nous apprend que "l’éditeur Yves Schlirf a [effectivement] proposé à Jérémy la lourde tâche de terminer l’album. Après avoir tout d’abord refusé, l’auteur de Barracuda et ami proche de Philippe Delaby, a finalement accepté et commencé le travail le 14 mars."

La télévision régionale de Tournai diffuse un reportage dans lequel le jeune auteur détaille les raisons de sa décision et sa vision en ce qui concerne la poursuite de cette série. Il s’en explique également d’ailleurs sur son propre blog, dont voici un extrait :

"Peu de temps après que Philippe nous ait quittés, nous (ses amis et Valérie, la femme de Philippe) savions qu’il fallait terminer cet album. Différentes options ont été envisagées pour y parvenir. J’étais l’une de ces options, et j’avoue d’abord avoir clairement refusé. Car je ne me sentais pas à la hauteur, car il me faudrait abandonner Barracuda pour quelques mois… Et pour la charge émotionnelle que ça représentait."

"Le projet a donc été proposé à d’autres [dont Rosinski] et entre-temps, Jean Dufaux me fit lire le scénario, qu’il venait de boucler. Une écriture bien difficile pour lui... Si je connaissais vaguement l’histoire parce que Philippe m’en avait raconté les grandes lignes, c’est vraiment à sa lecture que je me suis dit que je pourrais m’atteler à la tâche. Les coïncidences par rapport à la réalité y sont troublantes, et je sais que c’était l’histoire telle que Jean l’avait prévue dès le départ, il ne l’a pas modifié. Il y est question du dernier combat d’un maître et du passage de flambeau à son fils spirituel. Un maître, un frère, un ami… C’est ce que Philippe représentait pour moi."

"Lorsqu’on me reposa la question le 13 mars, j’acceptai. Avec les mêmes craintes, certes, mais avec cette fois une raison de le terminer ; une raison qui nous touche personnellement, lui et moi."

"Et il y a dans cette fin des mots que j’aimerais lui dire. Je le ferai dans les planches, à travers les personnages."

"Barracuda 5 sera repoussé de quelques mois, aucune date de sortie n’est encore fixée. Que les lecteurs se rassurent, je compte m’y remettre dès que j’aurai terminé les 21 planches restantes de Complainte !"

"Et je le précise pour ceux qui se poseraient la question ; ce n’est pas parce que je termine Complainte que je reprendrai forcément les séries de Philippe... Ce n’est pas la même chose. Pour Murena, impossible de vous en parler puisque aucune décision n’a encore été prise. Jean Dufaux y reviendra plus tard, se laissant un temps de réflexion quant à l’avenir de la série."

Jérémy termine le dernier album de la Complainte des Landes Perdues
Jeremy presente "sa" première page de la Complainte : Voilà un extrait, une planche complète, de mon travail en cours

Je n’ai pas pour prétention de vouloir personnaliser l’univers à ma manière, mon but est simplement de terminer cet album du mieux que je peux.

"Il s’agit d’un album en cours, je vais donc respecter ses personnages et tenter une ressemblance physique la plus proche possible."

"Comme c’est la première fois que je ne peux pas compter sur mes couleurs pour prolonger le dessin, j’ai adapté ma technique à ce challenge en augmentant mon format à la taille des originaux de Philippe afin de pousser mon dessin plus dans le détail quand c’est nécessaire."

Dans le reportage, Jérémy explique que c’est surtout dans les figures des personnages que les différences seront les plus visibles. Les prémices ici visibles donnent pourtant un aperçu du soin qui y est apporté. Le maître n’aura certainement pas à rougir du travail de son élève.

CLD

Voir le reportage de la télévision régionale de Tournai

Lire notre dernière interview de Jérémy Petiqueux : "Le marché ne laisse pas le temps aux débutants de faire leurs armes"

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?