L’affaire Jacobs : La réponse de Daniel Maghen

27 novembre 2018 2 commentaires

« L’Affaire Jacobs », à savoir la dispersion des planches du maître malgré la création d’une fondation destinée à la perservation de son œuvre, ce scandale continue d’agiter les sphères du petit monde de la bande dessinée.

Se sentant accusé, le galeriste Daniel Maghen a décidé de répondre ouvertement aux rumeurs dont il se sent l’objet :

Voici son communiqué :

« Depuis plusieurs semaines, des rumeurs inexactes et malintentionnées se répandent sur Internet, notamment par le biais des réseaux sociaux et de forums spécialisés dont les utilisateurs sont anonymes.

Il est allégué que j’aurais illégalement acquis, et revendu, des œuvres originales d’Edgar P. Jacobs.

Je me retrouve ainsi victime collatérale d’un conflit entre éditeurs et ayants-droit d’Edgar P. Jacobs, qui ne me concerne en rien.

Je suis galeriste, éditeur, marchand d’œuvres d’art. Je recherche pour mes clients des œuvres originales de bande dessinée.

À cet égard, j’ai acquis en 2015 un certain nombre de planches d’Edgar P. Jacobs, de manière officielle et légale.

À cette époque, aucun acteur du monde de la bande dessinée n’évoquait un quelconque problème relatif à l’achat et à la revente de ces œuvres.

Au contraire, des œuvres d’Edgar P. Jacobs étaient continuellement commercialisées depuis 2005, notamment dans diverses maisons de vente, et je n’ai fait que m’inscrire dans un marché préexistant.

Les planches que j’ai achetées ont également été vendues de manière transparente, officielle et légale, à différents collectionneurs dont je déplore que la probité soit mise en doute.

À ce jour, en dépit de la désinformation circulant dans divers médias, je n’ai été entendu ni même convoqué par un juge.

Je n’ai commis aucun acte illicite. J’attends sereinement l’issue de cette procédure et espère la fin de ces calomnies. »

Daniel Maghen

CLD

Concernant « L’Affaire Jacobs », lire :

L'affaire Jacobs : La réponse de Daniel Maghen  DIDIER PASAMONIK : Le piège diabolique des planches d’Edgar P. Jacobs
- DIDIER PASAMONIK - À propos de « L’Affaire Jacobs »…
- François Schuiten : « L’Affaire Jacobs nous pose à tous un cas de conscience »
- PHILIPPE BIERMÉ : Pourquoi j’ai confié l’héritage d’ E.P. Jacobs à la Fondation Roi Baudouin et à Nick Rodwell
- Le scandale Jacobs

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Dans quelles salles de ventes, Daniel Maghen a-t-il vu des planches originales de Jacobs depuis 2005 ?
    Maghen étant expert en BD, il ne pouvait ne pas savoir le but de la Fondation Jacobs et la volonté de cet auteur de préserver l’entièreté de son patrimoine. Pourquoi donc Maghen a-t-il outrepassé la volonté de cet artiste ? Suffit-il donc de se protéger derrière l’interprétation arrangeante d’un avocat pour finaliser un tel deal qui rapporte des sommes importantes (on parle quand de plus d’un million d’euros de bénéfices) ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Antoine Ozanam le 28 novembre à  11:08 :

      C’est super chouette que le premier commentaire d’une lettre qui explique bien que les gens qui salissent se cachent derrière un pseudo... soit fait de façon anonyme !
      Avec donc une accusation sur le fait que Daniel ne pouvait pas ne pas savoir... OK. Facile comme coup bas. Partons du principe (erroné) que Maghen est un margoulin... Est-ce qu’on pourrait au moins lui reconnaître de l’intelligence ? S’il voulait faire quelque chose d’illégale, est-ce vraiment envisageable qu’il le fasse aux yeux de tous ?
      Bref, que ceux qui se cachent ferment leur gueule ! Et qu’on laisse Maghen se défendre sans préjugé.

      Répondre à ce message