Le fils de Superman fait son coming out bisexuel

12 octobre 2021 0 commentaire Actualité
Superman ✍ Tom Taylor ✏️ John Timms Etats-Unis 🛒 Acheter

PRIDE. En novembre sortira une nouvelle histoire de l’univers DC Comics, centrée sur le fils de Superman, Jonathan Kent. Un comics dans lequel le jeune homme s’affiche avec son petit copain, le journaliste Kay Nakamura. La nouvelle n’a rien de soudaine pour qui connaît bien nos justiciers capés.

Superman : Son of Kal-El #5 sera publié le 9 novembre aux États-Unis. Le moment était venu pour Tom Taylor, son auteur, de révéler quelques images de la future publication. On peut ainsi voir Jon Kent et le jeune reporter de terrain Kay Nakamura s’embrasser, ce qu’il a expliqué en estimant que « le symbole de Superman a toujours été l’espoir, la vérité et la justice. Aujourd’hui, ce symbole est quelque chose de plus (et) davantage de gens peuvent se reconnaître dans le super-héros le plus puissant de la bande dessinée. » Lequel œuvre contre les injustices sociales et le dérèglement climatique, au cœur de notre réalité actuelle.

Le fils de Superman fait son coming out bisexuel
Publié sur le compte Instagram du scénariste Tom Taylor

Évidemment, cela n’a pas manqué d’agiter les réseaux sociaux, certains saluant la sortie de cette nouvelle durant la Journée mondiale du coming-out, d’autres y voyant une concession au mouvement woke -et confondant au passage le père, marié à Lois Lane, et le fils... Pourtant, la bisexualité de Superboy (Jon Kent, donc) n’a rien de novateur pour qui suit de près DC Comics :

Un super-héros noir homosexuel est apparu cet été dans les histoires d’Aquaman, tandis que Tim Drake, la troisième version de Robin, est officiellement bi dans la dernière version de Batman. Wonder Woman, elle, l’est depuis toujours, les Amazones vivant entre elles et revendiquant une sexualité très libre. Comme le sont également Catwoman, John Constantine, Poison Ivy ou Harley Quinn depuis maintenant plus d’une décennie.

Rien de très nouveau sous le soleil, donc, sachant que l’ambiguïté queer a toujours fait partie de l’identité des super-héros. Qui s’étonne aujourd’hui qu’un personnage comme Superboy fasse ce qu’il veut, étant donné son pouvoir (de super-héros et politique) ? Et après 80 ans des mêmes schémas, on ne refusera pas un peu de diversité, non ?

AD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD