Les lecteurs adultes de comics sont des "abrutis" pour le Ministre russe de la Culture...

12 septembre 2019 0 commentaire

Pendant que le maire ultra-conservateur de Rio se lance dans une croisade homophobe pour censurer les Young Avengers, le Ministre de la Culture Russe Vladimir Medinski, a lui aussi décidé de s’attaquer la bande dessinée, ou plutôt à ses lecteurs...

Lors du 32e Moscow International Book Fair, l’homme politique russe s’est en effet exprimé en ces termes : "Les bandes dessinées, c’est pour ceux qui ne savent pas bien lire. Je n’aime pas du tout les comics. C’est du chewing-gum, comme vous le dites, ce n’est pas de la nourriture. C’est quelque chose qui devrait être destiné à un enfant qui apprend à lire, jusqu’à ses sept ou huit ans. Mais un adulte qui lit des bandes dessinées, il doit se dire : "Je suis un imbécile, je lis des bandes dessinées". C’est sympa de les collectionner, c’est amusant, mais pas de les lire."

Monsieur Medinski devrait demander conseil à son homologue français Franck Riester qui s’apprête à lancer l’année de la BD "BD 2020" en France, où la bande dessinée est devenue le 9e art.

Les lecteurs adultes de comics sont des "abrutis" pour le Ministre russe de la Culture...
Dans "Red Son", Mark Millar imagine un univers où Superman aurait atterri dans la Russie des années 1930, et serait devenu le leader du Parti Communiste. Un lecture à conseiller à monsieur le Ministre russe de la culture....
© DC Comics

Mais bien évidemment, le Ministre russe de la Culture vise certainement la bande dessinée américaine et ses super-héros qui en sont parmi les représentants les plus iconiques. Un gérant de comic shop russe s’est ainsi exprimé sur le sujet : "Ils ont peur que cela soit de la propagande pour les États-Unis, un pays nécessairement corrompu. Il existe un cliché selon lequel les bandes dessinées sont quelque chose d’étrange pour la mentalité russe, quelque chose de dégradant. Au niveau des ménages, nous rencontrons régulièrement ces clichés lorsque des passants visitent notre magasin par hasard. Il y a des gens qui viennent au magasin avec des enfants et qui disent : tu ferais mieux de lire quelque chose de normal."

Inévitablement, un # a été lancé sur les réseaux sociaux pour répondre au ministre, #ячитаюкомиксы que l’on pourrait traduire par #liredesbandesdessinées, et certains lecteurs lui ont envoyé une liste de comics à lire.

Dmitry Yakovlev, directeur de l’éditeur Russe de comics Bumkniga s’est quant à lui amusé que "des sections de bandes dessinées [...] sont organisés dans les bureaux et les bibliothèques du gouvernement, des fonds sont alloués à cette fin et des livres y sont achetés. Il y a des gens qui travaillent dans ces lieux. Medinski est probablement au courant de cela."

Comme quoi, la bande dessinée a encore des préjugés à combattre et des territoires à conquérir...

VS

Photo en médaillon : DR

Peut-être que le ministre n’a pas digéré certaines représentions des Russes soviétiques dans les comics, ici dans "The Boys" de Garth Ennis et Darick Roberston.
© Dynamite/ Dessin : Darick Roberston

Voir en ligne : Source : Bleedingcool.com

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?