Mise au point de Luc Brunschwig à Joann Sfar

27 mars 2006 6 commentaires

Face à la lettre ouverture très dure qu’a adressée Sfar à Luc Brunschwig et aux usagers de certains forums, le scénariste mis en cause a tenu à faire une mise au point qu’il nous demande de publier ci-dessous.

Ajoutons que le site ActuaBD s’est contenté de publier la lettre de Joann Sfar à sa demande. Elle n’est en aucun cas responsable de la disparition des messages dont parle la lettre et la réponse que lui fait Brunschwig, et qui concerneraient des échanges effectués sur BDParadisio.com.

Comme le texte de Joann Sfar mentionnait, sans les préciser, "les forums de bandes dessinées" nous avons supposé qu’ils étaient plusieurs et nous avons donc évité d’y faire référence.

Cette réponse de Brunschwig à Sfar a le mérite de rétablir les intentions du scénariste aux posts magiques...

DP

============================================================

LA REPONSE DE LUC BRUNSCHWIG

Bonjour à tous,

Ce matin, j’ai eu le déplaisir de découvrir que le site ActuaBD avait accepté de publier une lettre de Joann Sfar s’adressant directement à moi pour condamner des propos indécents que j’aurais tenus sur le regretté Guy Vidal. Puisque Joann ne cite aucun de mes propos, j’en déduis que sa colère est née de la façon sans doute très déformée dont mes propos lui ont été rapportés. Je me permets de vous joindre une lettre en réponse à la sienne. Vous voudrez bien la publier de la même façon que pour la sienne.

— -

Cher Joann,

Je m’avoue soufflé et quelque peu consterné par ta lettre. Si je comprends très bien ton envie de calmer le débat, je ne saisis pas le sens de ton message, qui m’attaque en nom propre, sur des sujets d’autant plus troublants que tu me prêtes des propos au sujet de monsieur Guy Vidal que je n’ai jamais tenus.
Je suis d’autant plus ennuyé que le message concernant monsieur Vidal a été supprimé par BDparadisio - je ne veux même pas savoir à la demande de qui - puisqu’il n’y avait rien d’insultant pour cet éditeur pour lequel, au demeurant, j’ai le plus grand respect, ce que je vais essayer de te prouver.

Je suis vraiment embêté, car désormais, puisque mes propos ne sont plus consultables, je peux te dire à peu près tout et n’importe quoi en passant pour un fraudeur, un type de mauvaise foi ou pire, un gars qui n’assume pas ses propos.

Je vais donc devoir, de mémoire, rappeler ce que j’ai écrit sur BDparadisio : en gros et pour simplifier, j’expliquais à un garçon qui se disait très admiratif de la politique de Dargaud qui avait mis en avant le travail d’auteurs comme Lewis, Manu, Riad ou toi, que Poisson Pilote avait été créé par monsieur Guy Vidal. Que cette collection lui avait été consentie par les pontes de Dargaud sans trop y croire (« comme on jette un os à un chien » m’étais je permis de dire, ce qui sera la seule formule pour laquelle j’avoue y avoir été un peu fort). Cependant, cette formule ne signifiait en rien que Monsieur Guy Vidal était un mauvais éditeur, voir un sous-fifre … bien au contraire. Cette formule s’inquiétait de ce que le plus compétent des éditeurs de Dargaud n’obtenait que très partiellement le soutien de sa maison d’édition et était obligé de travailler avec des moyens ridicules pour réaliser ce qui allait devenir la collection de pointe de l’éditeur.

Je fais là appel à ta mémoire, il me semble que Dargaud n’avait pas une foi absolue dans ce Guy Vidal tentait avec Poisson Pilote ??? Sauf qu’au moment où, avec le départ de Guy, tout le monde était près à baisser les bras, les gros succès sont arrivés, le Chat du Rabbin est devenu un best-seller et la collection Poisson Pilote une vitrine de modernité et de talent.
Ce fut le moment où Dargaud a injecté les ressources nécessaires au succès de la collection.

Voila ce que je disais dans mon message sur BDparadisio. Attaque certes contre un Dargaud qui se targue de l’héritage de Guy Vidal sans trop avoir cru à son action de son vivant, mais très certainement pas attaque contre la mémoire d’un homme qui représente à lui tout seul ce qui m’est le plus cher dans ce métier : le courage, l’humanité, la compétence et un immense talent pour continuer de se battre dans l’adversité, face à des gens qui ne le soutiennent que du bout des lèvres.

Ceci est la base du débat qui nous oppose. Sachant cela, je ne comprends pas ton attaque. Ou bien tu n’as pas lu mon message et n’en as eu qu’une version déformée par je ne sais qui (même si j’en ai une vague idée) ou bien tu ne sais pas lire et ton attaque ne vaut guère mieux que ces dialogues de sourds surexcités sur Internet que tu viens condamner de ta plume ou bien je m’exprime mal et donc mon propos a été mal compris.
Dans ce dernier cas, je remercie ta lettre ouverte de me permettre de ré-expliquer ce que je tentais péniblement et maladroitement de dire.

Reste que j’ai écrit ce message d’après des témoignages que j’ai recueillis de mon côté et que ton impression par rapport à ce qui se passait entre Guy Vidal et Dargaud peut être tout autre. Je doute que quelqu’un puisse nous départager sur ce terrain. Reste l’essentiel. Quelque soit la façon dont puisse être lu mon message, il n’attaquait en aucune façon la mémoire d’un homme remarquable… au contraire, elle tentait de souligner la pertinence de son action et le charisme d’une personnalité comme il y en a peu aujourd’hui dans notre métier.

Si mes propos ou leur mauvaise retranscription a pu causer de la peine à la famille de Guy Vidal ou aux gens qui ont travaillé avec lui, je serais le premier à m’en attrister et à présenter de très sincères excuses.

Pour le reste, je te laisse libre de penser ce que tu veux de moi. Chacun semble avoir sa vision des autres depuis deux semaines et être incapable de s’en départir.

Avec mon amitié et mon admiration pour ce que tu représentes.

luc

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • > Mise au point de Luc Brunschwig à Joann Sfar
    27 mars 2006 17:22, par Joann Sfar

    Cher Luc

    Je n’ai jamais écrit d’autre que ça. J’ai écrit que ta défense de Dupuis t’entraîne à mettre en accusation l’équipe éditoriale de Dargaud et à minimiser le travail de Guy Vidal, laissant croire ainsi que tous les livres qui te plaisent et qui sont aujourd’hui chez Dargaud y seraient arrivés par hasard. Je n’aimerais pas qu’après ma mort on vienne dire que ce que j ai fait je l ai fait par hasard, je crois que Vidal en serait très peiné lui aussi.

    J’ai malheureusement bien lu tes posts sur bd paradisio, de même que je lis fréquemment et depuis des moins tes innombrables interventions sur certains forums. Une fois encore, ça n’enlève rien au fait que je te considère comme un excellent scénariste et comme un bon copain. J ai juste besoin de me pincer pour être sûr que c’est toi qui t’abaisses à écrire ces choses là.

    Je t’aurais écrit cette lettre uniquement à toi si je n’avais pas vu la gêne de l’éditorial Dargaud qui se trouvait bien seul face à tes attaques injustes. Il m’est apparu que la moindre des choses qu un auteur pouvait faire, c’est dire à cette équipe toute sa sollicitude.

    Si tu persistes à ne pas comprendre ce qui est inacceptable dans tes interventions, ça me dépasse. Tous tes livres montrent que tu es un homme intelligent et je te connais depuis assez longtemps pour savoir que tu es un type bien. Alors est ce que ça te paraît normal de critiquer de façon aussi virulente l’équipe éditoriale de Dargaud ? Comme si actionnaires, éditeurs et employés divers constituaient soudain une seule entité maléfique contre laquelle tu aurais décidé de partir en guerre. Quand je lis tes mails, j ai le sentiment que tu fais tout pour jeter de l huile sur le feu et pour transformer les rapports difficiles qu’entretient Dupuis avec ses actionnaires en une bagarre entre deux équipes éditoriales. Venant d’un élément extérieur au microcosme, on pourrait s’autoriser à ne pas prendre ça au sérieux mais tu es auteur...et éditeur !

    Si tu ne vois pas ce qu’il y a de honteux à raconter à tout le monde la carrière de Guy Vidal alors que tu ne la connais pas, en expliquant le peu d’importance que selon toi on lui a donnée de son vivant, je ne peux rien faire.

    Pour mémoire, j’ai rencontré Guy Vidal au moment ou Média-Participations (tiens, tiens) venait de se payer Dargaud. Ca s’appelait alors le groupe Ampère et ces braves gens avaient en tête de moraliser le petit monde des bandes dessinées en expliquant aux auteurs ce qu ils devraient dorénavant mettre dans leurs bouquins. Je peux t’affirmer qu’à cette époque, Didier Christman, François Lebescond et Guy Vidal ont eu un rôle héroïque. C’est grâce à eux que Dargaud n’a pas totalement disparu à ce moment là. Et c’est grâce à l’arrivée de Claude de St Vincent que les éditions Dargaud ont toujours eu une totale indépendance éditoriale. Cette équipe a parfois risqué gros pour garantir à ses auteurs une absolue liberté. Je peux te promettre que Vidal ne travaillait pas dans l’ombre et qu’il avait la confiance de tous. Bien avant que je rapporte un centime à Dargaud, c’est à dire pendant les longues années où mes bouquins et ceux de mes copains leur coutaient un pognon considérable, Christman, Vidal, Lebescond et Claude de St Vincent m’ont toujours défendu. J’ai toujours pu avoir un rendez vous avec eux ou les avoir au téléphone quand c’était important. Ils pensaient que mes livres et ceux de Lewis et ceux de David et de Christophe et d’Emile ne risquaient pas de leur rapporter beaucoup d’argent mais ils aimaient ce qu on leur faisait lire et ils le publiaient. La collection Humour Libre de Dupuis, qui a publié La Fille Du Professeur n’a pas bénéficié de plus de moyens que Poisson Pilote : c’étaient des collections expérimentales, novatrices, et chaque maison les a défendues comme elle pouvait. Je peux témoigner que l’une comme l’autre tenaient à coeur des gens qui les ont lancées. Et si tu crois qu un éditeur peut lancer une collection sans le soutien de ses dirigeants, c’est de la naïveté. Je crois que Poisson Pilote a perdu de l’argent pendant près de trois ans (beaucoup). Cela n a jamais entamé le moral de quiconque et tu serais sans doute surpris d’apprendre que nous avons eu dès le départ en Eric de Montliveau, le chef marketting de Dargaud, un allié acharné. Jamais je n ai vu une équipe aussi contente de faire des bouquins. Ca amusait tout le monde de faire du Poisson Pilote. Je ne vois pas ce qui t autorise à prendre la parole sur ce sujet et à venir dénigrer ce qui furent pour beaucoup de mes proches des moments inoubliables. Ca n est pas eux qui ne croyaient pas au succes de ces livres, c’est moi : lorsque j ai présenté le chat du rabbin à Osterman et Vidal et Lebescond, ça leur a plu et ils m ont dit « on le fait ». Je leur ai dit qu il fallait pas s attendre a en vendre beaucoup et que je ne voudrais pas qu ils soient déçus. Vidal m a dit que l’important c’était de faire un beau livre. Pardon de remuer le couteau dans la plaie mais quand j ai fait lire les trente premières pages du chat du rabbin à Dupuis on m a dit que le scénario était bon mais que je devrais le faire dessiner par quelqu un d’autre.
    Pour en revenir à cette idée si importante qu’évoque Maëster, la fragilité des auteurs. Je suis d’accord à mille pour cent. Le rôle d’un éditeur, selon moi, c’est de protéger ses auteurs quoi qu’il arrive. Vidal et Claude de St Vincent font ça depuis qu’ils sont en poste. C’est grâce à eux que Dargaud existe encore et que les auteurs de diverses générations s’y sentent bien. Il y a des vilains financiers au-dessus ? tant qu’ils ne regardent pas derrière mon dos quand je dessine, ça ne me dérange pas, qu’ils fassent leur cuisine, moi je travaille librement parce que je sais qu’Osterman et Lebescond et Ragon et Claude de St Vincent me protègent. A l’inverse, si tu insistais pour me demander mon avis sur l’attitude récente du staff de Dupuis, je te dirais qu’ils n’ont rien fait d’autre que prendre tous leurs auteurs en otage. Sous couvert de défendre leurs intérets, j’ai la désagréable impression qu’on utilise les auteurs Dupuis comme une monnaie d’échange et comme des boucliers humains. Peut être que Kennes a eu raison de faire ça, je n’en sais rien, je ne connais pas les détails de cette histoire trop complexe pour moi. Ce que je sais en revanche avec certitude, c’est que ni Vidal ni Claude de St Vincent n’auraient jamais permis que leurs auteurs se retrouvent ainsi utilisés comme des gosses au milieu d’un divorce.

    Cher Luc, une fois encore dans la vie, je suis pret a témoigner que tu es un type merveilleux. Je persiste à penser qu’internet t’amène à écrire des bêtises. Je n’ai pas voulu te blesser en répondant a ton message mais bien te faire sentir que derrière les entités contre lesquelles tu cognes, il y a des gens qui ne t ont rien fait et qui n ont parfois pas la possibilité de rendre les coups. Je crois que maintenant que tu es une « personnalité » tu dois faire attention a ce que tu racontes.

    Ps : pardon pour expresso. Je ne trouve pas ça honteux que des auteurs s’inscrivent dans une école graphique préexistante. Ca n était pas une attaque contre un auteur en particulier mais plutôt la constatation désabusée que rien ne change. Les auteurs qui inventent des choses vraiment nouvelles aujourd’hui ont de grosses difficultés à être publiés chez Dupuis mais ceux qui s’inscrivent dans un courant déjà salué par la presse et le public signent plus facilement leurs premiers contrats. Mon affection pour Vidal provient avant tout de ça : quand je lui ai amené des projets, il n’a jamais vu mon dessin comme un problème, même si ce dessin bizarre n’avait jamais fait ses preuves, ni aupres du public ni auprès de la presse. J’adore qu’un éditeur n’attende pas l’autorisation du microcosme pour lancer une chose un peu nouvelle. Contrairement à ce que tu dis, ces choses là ne se font jamais par accident et jamais sans le soutien d’une équipe.

    En espérant que ce mot aura un effet bénéfique et que ça n’en rajoutera pas dans le merdier (oui, bon.)

    Joann Sfar

    Répondre à ce message

    • Répondu par Kris le 27 mars 2006 à  23:13 :

      Cher Joann,

      Non, je ne pense pas que ton message en "rajoutera dans le merdier". Il me semble au contraire totalement sincère et a le mérite de lever certains doutes à propos de ton premier message (toujours à cause du fameux bug, il était tout à fait possible d’imaginer que ta réaction était dûe à des propos rapportés donc potentiellement déformés).

      Ceci dit, je suis également persuadé de la sincérité de Luc quand il affirme ne jamais avoir voulu minimiser l’action de Guy Vidal. En te lisant, je peux comprendre les raisons de ton courroux d’hier. Mais, ainsi que plusieurs internautes l’ont fait remarqué, les écrits de Luc pouvaient être interprétés bien différemment.

      Ce qui veut dire quoi ? Qu’il y avait maladresse ? Sans doute et Luc l’a reconnu très vite. Qu’il y avait sciemment mauvaise intention et tant qu’à faire mauvaise opinion ? ça je suis certain que non. Et crois-moi, si tu connaissais Guy Vidal (heureux homme), je connais Luc Brunschwig.

      Je suis par contre d’accord avec toi sur autre chose : que cette affaire entraîne des déchirements qui n’ont pas lieu d’être, notamment entre équipes éditoriales (cf Claude Gendrot - Yves Sente), voire entre leurs auteurs (cf toi - Luc bien sûr et certainement bien d’autres).

      Que ta lettre y mette donc un point final car elle me semble idéale pour ça. Nous avons tous des rapports éminements subjectifs avec nos éditeurs. On ne trouvera jamais une seule boîte à propos de laquelle aucun auteur n’aurait quelque colère ou reproche à mettre en exergue (moi-même, si je pouvais... mais non rien, pardon).

      Revenons en donc aux faits objectifs : Dupuis est une maison d’édition qui marche bien et au sein de laquelle l’énorme majorité de ses auteurs se sent bien. Et c’est tout simplement (ou presque) celà que lesdits auteurs veulent conserver par-dessus tout.

      Ils ne sont pas des enfants au milieu d’un divorce. Non, certainement pas. Plutôt des frères de travail, traversant quotidiennement une jungle de passions et qui ne voient aucune raison de se séparer de leurs guides qui ne les ont pour l’instant, autant que faire se peut, pas perdu en chemin.

      Enfin, Dimitri Kennes, Claude Gendrot et le reste du personnel de Dupuis concerné par ce conflit, n’ont pas pris les auteurs en otages.

      Dans une situation analogue, Guy Vidal ne serait jamais venu vous demander de faire rempart. Sans doute.

      Mais toi, sincèrement,ne me dis pas que tu serais resté le nez collé à tes planches, levant uniquement la tête pour serrer la main de son inconnu successeur.

      Bien à toi,
      Kris.

      Répondre à ce message

    • Répondu par luc Brunschwig le 28 mars 2006 à  10:05 :

      Soyons tout de suite clair : je ne viens pas de mon côté rajouter d’huile sur le feu. Au contraire.
      Quelque chose m’a beaucoup touché dans la lettre de Joann : c’est l’idée que j’ai pu amalgamer Dargaud, ses employés et ses actionnaires, en en faisant une entité unique et monstrueuse. Sur ce point, Joann a entièrement raison.
      Si j’ai pu donner ce sentiment, si j’ai pu blesser ne serait-ce qu’un personne par mes propos, lui donnant l’impression de dévaloriser son travail, sa fonction ou sa passion pour notre média, j’en suis très sincèrement désolé.
      J’aurai dû être plus précis dans mes attaques.
      Depuis deux semaines, je défends une idée, une idée toute simple de la bande dessinée faite de pluralité, de diversité, ce que semble vouloir nous soustraire une maison d’édition devenue trop énorme.
      Il ne s’agit donc pas pour moi d’opposer Dargaud et Dupuis, mais d’espérer la totale indépendance de l’une par rapport à l’autre, afin que les auteurs aient le choix d’une équipe, d’une façon d’encadrer, de commercialiser, d’aimer et défendre les albums, qui heureusement, ne sont pas identiques.
      Je travaille depuis 7 ans sur Mic Mac Adam avec l’équipe de Dargaud Benelux. Même si la proximité de mes liens avec l’équipe n’a pas toujours été celle que j’aurai aimée, j’ai toujours eu une grande admiration pour le travail réalisé par Yves Schlirf (qui est, selon moi, le sauveur de Dargaud après le procès Astérix) et Christel Hoolans. Je tiens à les saluer tous les deux et à les remercier pour leur soutien quotidien à André Benn.
      Je tiens aussi et surtout, à m’adresser à toutes les équipes Dargaud pour leur dire mon amitié, mon plaisir à travailler avec eux et mes plus profondes et sincères excuses si j’ai pu les choquer, les blesser d’une façon ou d’une autre.
      Ce que j’ai pu dire ne devait pas les atteindre, car ces choses dites ne visaient que leurs dirigeants ou plus clairement encore les dirigeants de Media Participations qui essaient en ce moment même de nous priver de ce que nous avons de meilleur : un vaste champ de possibilités.
      Je vous fais à tous une très grosse bise. Et je vous dis à bientôt.

      luc

      Répondre à ce message

      • Répondu par jeandive le 5 avril 2006 à  21:21 :

        une chose est sur : messieurs , vous devriez parler ou " mailler" entre vous , afin de mieux vous comprendre , avant de déblatérer sur le net !

        Car beaucoup de blabla pour de simples incomprehensions . Et a vous lire , on peut penser que l’ego des créateurs de bd aujourd’hui est un peu surdimensionner ! un auteur qui parle de lui (J.S. ), cite ses oeuvres en veux-tu en voila dans une lettre censée etre une réponse à une attaque sur une autre personne ...et qui " interprete" les propos des autres en les attaquant , sans meme un principe de précaution quand a sa propre compréhension dudit texte ...le succes monte vite a la tete et le talent n’excuse pas la prétention !

        je comprend la réaction de certains " anciens " de la BD , qui trouvent parfois que la nouvelle génération ne se prend pas pour de la m....

        Répondre à ce message

  • > Mise au point de Luc Brunschwig à Joann Sfar
    27 mars 2006 20:49, par etienne12

    Juste pour signaler que le message incriminé de Luc est retour sur le Web

    Voir en ligne : Dupuis & Media Participations : le Divorce ?

    Répondre à ce message

  • Pour info, les posts disparus ont été retrouvés ;-)
    Je pense que cela calmera un peu le débat...

    Répondre à ce message