Rumiko Takahashi, Grand Prix du FIBD 2019, l’interview !

23 avril 2020 0 commentaire

UNE GRANDE DAME DU MANGA. Rumiko Takahashi, Grand Prix du FIBD d’Angoulême 2019 et autrice d’œuvres très populaires comme Ranma 1/2 et Lamù n’avait pas pu, comme le veut la tradition, honorer l’édition suivante de sa présence, pour des raisons familiales. Dès lors, il était impossible d’assister à la toute aussi traditionnelle conférence de l’artiste couronnée.  

Qu’à cela ne tienne Stéphane Beaujean, toujours directeur artistique du festival pour l’heure avant sa prise de poste chez Dupuis en mai prochain, s’était rendu au Japon pour l’interviewer. Un entretien qui a été diffusé lors de l’édition de janvier dernier et qui était passé un petit peu inaperçu en raison d’une actualité chargée, notamment par la venue du Président de la République.

Profitons du confinement pour le visionner, cet entretien, sous-titré en français, le voilà : , publié sur le site Shonen Sunday TV.

Rumiko Takahashi, immense créatrice, y revient sur sa carrière et ses inspirations. La mangaka nous parle aussi de Mao, sa nouvelle série démarrée en mai dernier au Japon , après quelques histoires courtes entre deux projets de plus grande ampleur. Un shônen mélange d’action, de suspense, de drame, d’horreur et d’humour, à lire dans les pages du magazine weekly Shônen Sunday des éditions Shôgakukan.

Rumiko Takahashi, Grand Prix du FIBD 2019, l'interview !
Rumiko Takahashi avoue réfléchir à son histoire en la dessinant.

On découvre dans ce nouveau manga que, huit années après, Nanoka revient sur les lieux de l’accident où, âgée de sept ans et seule survivante, elle a perdu toute sa famille. Projetée dans le passé à l’ère Taisho, une des périodes de l’histoire japonaise que l’autrice compte visiter dans son récit, elle fait la rencontre de Mao, jeune garçon qui combat les démons et recherche la créature qui l’a maudit. 

En France, le premier tome est programmé chez Glénat, pour une sortie initialement prévue en librairies le 1er juillet. En cette période de crise du Covid-19, cette annonce reste à confirmer.

35 minutes bien utilisées, grâce au confinement, tant il est toujours essentiel d’écouter une créatrice de cet ampleur.

PA

 

Voir en ligne : Rumiko Takahashi au micro de Stéphane Beaujean sur la chaîne YouTube de Shonen Sunday TV

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?