Soirée de cons pour Hara Kiri

24 octobre 2008 3 commentaires

Hier soir, un petit suspense flottait au-dessus de la soirée consacrée par les éditions Hoëbeke au lancement de l’ouvrage Hara Kiri, les belles images qui, à peine sorti, obtient déjà 30.000 pré-commandes de la part des libraires. En effet, Lionel Hoëbeke déclarait partout qu’il avait invité « tout le monde », à savoir Philippe Val et Siné, les frères ennemis de la presse satirique.

Arrivé sur la péniche « Le Bateau » hier soir à Paris, les spéculations allaient bon train : « Val ne viendra pas : il n’a rien à voir avec Hara Kiri » nous dit Yves Frémion. « Le fait d’avoir invité les uns et les autres, c’est le meilleur moyen pour que personne ne vienne » nous dit Fred. Quant à Tignous qui dessine dans Charlie Hebdo tout en soutenant Siné, il nous dit que l’enragé serait bien venu mais qu’une chute récente et surtout le fait que, depuis le lancement de sa revue dont la rédaction se trouve au rez-de-chaussée de sa maison, « il n’a plus de vie privée » font qu’il est trop fatigué pour venir à ce genre de pince-fesses.

Soirée de cons pour Hara Kiri
Cavanna, adulé comme une rock star
Photo : D. Pasamonik (L’agence BD)

Cela dit, les ténors du journal ne manquaient pas à la soirée. Cavanna était là, bien sûr, attirant les caméras comme une rock star, Fred qui dessina les premières couvertures du journal , mais aussi Willem, Vuillemin, Sylvie Caster, l’épouse de Gébé, les parents de Charlie Schlingo et bien d’autres. Des figures de la nouvelle génération faisaient également acte de présence : Charb, Tignous, Catherine…, de même que certaines personnalités des médias : José Arthur, Marcel Amont, l’équipe de Groland.

Cavanna et Fred, fondateurs de Hara Kiri
Photo : D. Pasamonik (L’agence BD)

« Cette soirée est émouvante pour moi, nous dit Fred. J’y retrouve des tas de gens que je n’ai plus vus depuis longtemps. ».

Chaque participant recevait en arrivant sa « carte officielle de con ». Chaque fois que quelqu’un vous traite de con, il faut faire signer la carte. Une fois remplie, il faut vous rendre chez Rolls Royce pour leur réclamer en échange leur dernier modèle super-luxe. S’ils ne vous l’offrent pas avec plaisir et spontanément sur votre simple demande, c’est qu’ « ils ne sont pas beaux joueurs » est-il écrit sur la carte. Il est vrai que, comme dit la célèbre sentence hara-kirienne : « Il ne suffit pas d’être con, il faut être fier de l’être ». En conséquence de quoi, les cons présents ont fait signer leur carte par Cavanna et Fred.

DP

L’original et la copie. On se demandait où Yves Frémion, le journaliste de Fluide Glacial, avait été chercher son look. Maintenant on sait.
Photo : D. Pasamonik (L’agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Soirée de cons pour Hara Kiri
    25 octobre 2008 11:46, par brio

    Après Lucien de Margerin, ce sont à présent les Dupondt, qui ont vieilli. Heureusement, on arrive toujours à les distinguer : Dupond (à gauche sur la photo) a conservé sa célèbre moustache tombante.

    Merci Didier pour cette photo hautement zygomatique !

    Répondre à ce message

    • Répondu par tocsif le 25 octobre 2008 à  20:18 :

      Il a drôlement vieilli ... Christophe !!!

      Répondre à ce message

  • Cavanna et Cabu
    27 octobre 2008 08:11, par Marc-Henri

    L’original et la copie. On se demandait où Yves Frémion, le journaliste de Fluide Glacial, avait été chercher son look.

    Allons, cela n’a rien à voir : Cavanna ressemble a un Cabu chenu et moustachu, lors que Frémion évoque un frétillant Einstein à lunettes. On se demande où Didier Pasamonik, le journaliste d’Actua BD, a été chercher ses comparaisons.

    En tout cas, c’était certainement plus agréable d’avoir des frères amis, comme Cavanna et Frémion, que des frères ennemis, comme Siné et Val.

    Répondre à ce message