Tintin et les escrocs du Covid

15 août 2020 1 commentaire

BACHI-BOUZOUKS. Sur les réseaux sociaux, on a vu fleurir cette publicité pour un Tee-Shirt avec « TINTIN - in search of the corona – VACCINE » où on voit notre reporter masqué courant vers l’aventure sur fond de virus. L’image, c’est le cas de le dire, est… virale.

La tapisserie des albums à l’arrière-plan ainsi que le logo de ce Tintin sur fond de virus courant qui rappelle les dessins animés tirés de l’univers d’Hergé pourraient laisser croire qu’il s’agit d’une production officielle. Il n’en est rien, outre que sa qualité bas de gamme, le produit n’est pas proposé sur le site officiel de Tintin.com. Ce n’est qu’une des nombreuses appropriations de Tintin qui a fait l’objet de mille et une parodies depuis le début de la crise sanitaire.

Cela nous dit quoi ? Que Tintin reste une « valeur refuge » témoin d’une époque insouciante qui se fichait un peu de l’état de la planète, du sort des populations colonisées, héros d’une Belgique puissante et unie, un « mythe de remplacement » comme le qualifie l’historien Joël Kotek, que l’on est prêt à mobiliser quand les jours sont difficiles.

Sauf qu’ici, le produit se multiplie sur les sites-miroirs. Miroir aux alouettes en l’occurrence. Produits pirates qui captent ainsi vos paiements et potentiellement le code de votre carte de paiement. Méfiez-vous de ces bachi-bouzouks, dites « Tintin » à leurs propositions !

DP

Tintin et les escrocs du Covid

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Tintin et les escrocs du Covid
    15 août 19:59, par Langlois

    J’aimerais être certain que Moulinsart saura mobiliser ses cerbères, juristes-maison et avocats huppés, pour mettre un terme à ces déviations. Certes, c’est plus difficile que de menacer les petites communes qui décorent leurs abords avec une fusée lunaire à damiers ou les auteurs, amis d’Hergé ou nouveaux venus, qui prétendent gloser sur Tintin et son créateur sans passer sous les fourches caudines du porte-parole unique de l’ayant droit. Inch Allah, comme aime bizarrement dire ce dernier !

    Répondre à ce message