Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"

🛒 Acheter

Suite à l’appel à sortir du silence lancé par des bibliothécaires le 14 janvier, une tribune intitulée "Nous ne sommes toujours pas dupes" a été rédigée par deux collectifs d’artistes. Edmond Baudoin, Dominique A, Anne Alvaro, Corinne Masiero, Bruno Podalydès, Anny Dupeyrey, Swann Arlaud, Jean-Marc Rochette, Marc Boutavant, Nob et 600 personnes du monde de la culture s’associent pour dénoncer la politique en cours. La voici :

Depuis le mois de juillet 2021 et la mise en place de pass dans des lieux du quotidien (malgré les promesses faites au printemps que cela n’arriverait jamais), le gouvernement mène une dangereuse politique de ségrégation à l’encontre d’une partie de la population.

Un grand nombre de citoyennes et de citoyens s’est brutalement vu privé de droits élémentaires, et ce dès l’âge de 12 ans. Avec la mise en place du pass vaccinal, l’accès aux loisirs et à la culture est désormais interdit à plusieurs millions de personnes devenues des parias. Des lieux, pourtant essentiels aux plus modestes, aux plus isolés, pour accéder à l’information, à la culture, au sport, au lien social, ferment à présent complètement leurs portes aux « sans pass ».

Même l’accès équitable aux soins est remis en cause, ce qui est sans doute le plus grave.

Qui n’a pas encore en tête ces déclarations aussi méprisantes que méprisables de ministres, d’élus et d’éditorialistes ?

« Rendre la vie impossible aux non-vaccinés » ; « Il faut aller les chercher avec les dents et avec les menottes » ; « les personnes qui refusent le vaccin, ces jusqu’au-boutistes, sont une faille dans notre système » ; « faire porter le poids des restrictions aux non-vaccinés » ; « les non-vaccinés nous pourrissent la vie » ; « une minorité de connards » etc.

Des propos outrageants et discriminants qui ont largement trouvé écho auprès des médias.

Ces stigmatisations atteignent un point culminant lorsque le Président de la République déclare : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire jusqu’au bout, c’est ça la stratégie ! » Il va même jusqu’à ajouter qu’un « irresponsable n’est plus un citoyen ». Il dresse ici un mur entre les Français, désigne des coupables, et appelle ni plus ni moins à la déchéance de citoyenneté pour ceux qu’il accuse de « saper la solidité d’une nation » et d’incarner « le mensonge et la bêtise, qui sont les pires ennemis en démocratie ».

Le « Nous sommes en guerre » semble aujourd’hui prendre un nouveau sens, celui d’une incitation à la haine.

En mai 2019, face au traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes et à la répression inouïe qui s’exerçait sur les manifestants, nous affirmions que nous n’étions pas dupes dans une tribune parue dans Libération.

Aujourd’hui, le gouvernement cherche à désigner des boucs émissaires dans la population alors qu’il se défausse systématiquement de toutes ses responsabilités dans la gestion de la crise. Dans le même temps, il orchestre la casse de l’hôpital public depuis des années en plus de la fermeture de lits en pleine crise.

Nous ne sommes toujours pas dupes, la dérive autoritaire se poursuit et se démasque de plus en plus.

Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"
Dessin de Rochette
© Rochette

Le pass est avant tout un outil puissant de division, de discrimination de la population, de stratification de la société. C’est une véritable porte ouverte vers le contrôle social d’État et entre les individus. Aujourd’hui, le statut vaccinal comme marqueur de citoyenneté. Et demain ? Aujourd’hui, l’exclusion sociale, culturelle et sanitaire comme mesure répressive. Et demain ? Comment ne pas se souvenir qu’à chaque fois qu’un État a souhaité stigmatiser et attaquer une partie de sa population, le totalitarisme est alors sorti de l’ombre ?

Le gouvernement bafoue actuellement la Constitution française, le secret médical, le serment d’Hippocrate, la loi Kouchner dans le but d’imposer son obligation vaccinale déguisée. Il trahit la Déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen qui stipule que « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » et que « tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas ».

Il va même totalement à l’encontre de la Résolution 2361 du parlement européen votée par la France le 27 janvier 2021 qui prévoit « de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement » et « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas être vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner. »

Refusons d’être désignés comme « vaccinés » ou « non vaccinés » et d’être poussés au rejet de l’autre.

Nous ne voulons être ni les actrices ou acteurs ni les complices de ce séparatisme forcé.

Nous, artistes, professionnelles et professionnels, actrices et acteurs de la culture, sommes révoltés par la répression, la manipulation et l’idéologie de ce gouvernement. C’est un moment charnière de notre histoire.

Utilisons notre pouvoir, celui des mots, de la parole, de la musique, de l’image, de la pensée, de l’art, pour dire non à ce projet de société. Nous appelons toutes et tous à entrer en résistance face à ce discours de haine et de division et à être solidaires pour que « Liberté, Egalité, Fraternité » ait encore un sens.

Les sous-marins jaunes (collectif.yellow.submarine@gmail.com)

Avec le soutien du collectif Lesessentiels.org et des bibliothécaires en lutte.

Dessin de Benjamin Flao
© Benjamin Flao

Les signataires :

Corinne Masiero, comédienne
Dominique A, chanteur
Alexandre Jardin, écrivain
Edmond Baudoin, auteur-dessinateur
Alain Damasio, écrivain
Bruno Podalydès, réalisateur
Antoine Peillon, journaliste, écrivain
Anny Duperey, comédienne, écrivaine, photographe
Swann Arlaud, comédien
Anne Alvaro, comédienne
Ludovic Bource, compositeur
Christophe Alévêque, humoriste, chroniqueur
Marion Mazauric, éditrice
Inès Léraud, journaliste, documentariste
Elodie Menan, comédienne
Ilya Green, autrice-illustratrice
Bernard Friot, auteur, traducteur
Yvan Le Bolloc’h, comédien musicien
Laëtitia Carton, réalisatrice
Agathe Girard, violoniste
Grégoire Girard, violoniste
Hughes Girard, altiste
Lucie Girard, violoncelliste
Marie-Rose Guarnieri, libraire (librairie Les Abbesses, Paris)
Jean-Marc Rochette, auteur-dessinateur
Laurent Bonneau, auteur bd
Germano Zullo, écrivain
Flore Vesco, autrice
Thea Rojzman, scénariste BD
Alain Marc, poète et écrivain
Emile Jadoul, auteur-illustrateur
Antoine Guilloppé, auteur-illustrateur
Isabelle Merlet, coloriste
Jérôme Jouvray, auteur de BD
Olivier Jouvray, scénariste, professeur et éditeur de bandes dessinées
Florence Dupré la Tour, autrice de bande dessinée
Abdourahman Waberi, écrivain et enseignant
Albertine, dessinatrice
Bruno Gaccio, auteur, comédien, producteur
Lionel Chouin, auteur BD
Aya Cissoko, autrice, actrice, championne de boxe
Benjamin Flao, auteur-dessinateur
Christos, auteur
HK, chanteur
Viktor Coup-K, artiste, rappeur
Brigitte Giraud, écrivaine
Alexandre Bergamini, écrivain
Simonetta Greggio, écrivain
Veronique Genest, comédienne
Xavier Laîné, écrivain
Eric Pessan, auteur
Ohazar, auteur BD
Julien Seri, réalisateur
Nina Mélo, actrice
Guillaume Farley, auteur, compositeur, interprète
Joanna Concejo, autrice-illustratrice
Matthieu Maudet, auteur-illustrateur
Michaël Escoffier, auteur-illustrateur
Karine Dubernet, comédienne-auteur
Christophe Léon, auteur
Hélène Vignal, auteure
Martine Bourre, autrice-illustratrice
Jo Witek, auteure
Marin Ledun, auteur
Bruno Heitz, auteur-illustrateur
Frédéric Sther, auteur-illustrateur
Marc Boutavant, auteur-illustrateur
Alain Frappier, dessinateur
Désirée Frappier, scénariste
Jean-Christophe Menu, auteur
Camille Jourdy, autrice-illusratrice
Serge Quadruppani, auteur, traducteur, journaliste
Pascal Dessaint, auteur
Négar Djavadi, auteur-scénariste
Mathilde Domecq, autrice BD
Yamina Benahmed Daho, écrivaine
Isabelle Simler, auteur-illustratrice
Antoine Gavory, écrivain
Sophie Guerrive, autrice-illustratrice
Lætitia Bourget, plasticienne et actrice jeunesse
Anaïs Vaugelade, autrice-illustratrice
Kitty Crowther, autrice-illustratrice
Praline Gay-Para, conteuse, auteure
Natalie Tual, autrice-compositrice
Aurélien Maury, auteur-dessinateur
Benoît Broyard, auteur-dessinateur
Ghislaine Herbéra, autrice-illustratrice
Ingrid Chabbert, scénariste
Thibault Balahy, auteur de BD
Alexis Vitrebert, scénariste-dessinateur


En médaillon : dessin de Sophie Guerrive.

Voir en ligne : Pour voir les 600 signataires de cette tribune et la signer, cliquez sur ce lien

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
19 Messages :
  • Les Etats-Unis franchiront le cap du million de morts du Covid 19 cette année. Seuls 72% de la population y est vaccinée. Il meurt actuellement 1150 personnes par jour de cette maladie, et l’immense majorité de ces décès concerne des personnes non-vaccinées (source : Les Échos). Il faut absolument essayer de convaincre les non-vaccinés de le faire. En premier lieu pour leur sauver la vie. Et ce malgré eux, et malgré les tribunes ou les pétitions.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 19 janvier à  22:23 :

      Et en France, plus de 80% des décès ou des réanimations liées au Covid touchent des non-vaccinés.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 19 janvier à  23:07 :

      1150 morts par jour, c’est en effet le chiffre des décès quotidiens aux États-Unis. Pas en France. En France, la couverture vaccinale est supérieure et permet d’éviter des formes graves et de nombreux décès.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Madar le 26 janvier à  14:23 :

        On est à 300 morts quotidiens en France, ce qui, proportionnellement, fait plus que les 1150 morts des USA ( 5 fois moins d’habitants en France qu’aux USA).
        Je suis désolé, mais les signataires de ce texte sont dupes : dupes des confusions ( le pass vaccinal n’est valable qu’à partir de 16 ans ) , des erreurs ( la non obligation n’émane pas du parlement européen mais du conseil de l’Europe, ce qui n’a aucun rapport et n’a qu’un avis consultatif ), d’un peu tout mélanger, alors que le seul objectif de tout un chacun devrait être de limiter les décès dus au covid.
        Finalement, ce texte, fait de bons sentiments, est, qu’on le veuille ou non, un soutien aux non vaccinés, et par voie de conséquence, un acte de danger public pouvant entrainer la maladie voire la mort.

        Répondre à ce message

    • Répondu par green le 21 janvier à  11:53 :

      La COVID-19 a été la troisième cause de décès aux États-Unis en 2020, derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer, selon des chiffres communiqués par les autorités sanitaires américaines en décembre 2021.
      Alors oui, beaucoup de morts aux USA, et beaucoup de gens en mauvaise santé à risque de cancer, maladies cardiovasculaires et fragiles face au covid car présentant des comorbidités évidentes. Il faut rappeler que le taux d’obésité aux USA avoisine les 35 %, et le taux de surpoids et d’obésité atteignent 60% dans de nombreux états (Ce que les confinements n’ont pas arrangé).
      Les liens entre l’aggravation des cas de covid et l’obésité sont importants. Vous pouvez vous renseigner sur la page du site du gouvernement français :
      https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/obesite/article/obesite-et-covid-19
      Il est probablement important pour les personnes à risque de se vacciner contre les formes graves ou d’être bien suivi au moins par leur médecin, ce qui est difficile aux USA vu le coût que ça représente.

      Mais vacciner "malgré eux" les populations qui risquent moins qu’avec bien d’autres maladies, est illogique, surtout quand on peut tous et toutes constater d’un simple coup d’oeil et sur les statistiques et sur notre entourage que les vaccinés n’échappent ni au covid ni au fait de la transmettre généreusement. L’argument "protéger les autres" est totalement obsolète au vu de la situation actuelle.

      Et puis on en a marre de parler de ce vaccin.
      En acceptant le pass vaccinal, vous acceptez un système qui autorise une déchéance de citoyenneté à des gens qui de surcroit ne sont pas dans l’illégalité, c’est la porte ouverte à des dérives graves, c’est tout.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 janvier à  16:04 :

        Le principe même de la vaccination depuis les origines est de protéger l’ensemble d’une population, pas simplement la partie de cette population la plus exposée aux risques et surtout pas seulement soi-même. Le principe est de ne pas penser qu’à soi. On ne se vaccine pas en priorité pour se protéger soi-même mais pour préserver tout le monde. De la même façon, on ne cotise pas à la sécurité sociale pour s’offrir une assurance santé personnelle, mais pour financer un système qui profite à tout le monde. Ce sont des évidences mais il faut les rappeler, tant une forme d’individualisme forcené a gagné les esprits, y compris chez certains parmi les signataires de cette tribune qui se considèrent comme « de gauche ». Par ailleurs, considérer comme une fatalité des millions de décès qui auraient pu être éviter, considérer que cette nouvelle maladie fait déjà partie de la vie, comme le cancer ou les maladies cardiovasculaires, sous-entendre que ses millions de victimes étaient de toute façon condamnées du fait de leur âge ou de leur obésité, et que la disparition de ces personnes est donc dans l’ordre des choses et donc négligeable… me parait plus scandaleux que le fait d’interdire aux non-vaccinés l’accès de lieux à risques comme les restaurants. De la défense des libertés individuelles, je vois qu’on glisse vite vers l’obscénité. Il faut en effet combattre la pensée et le risque totalitaires, mais visiblement ils peuvent surgir de tous les côtés.

        Répondre à ce message

  • Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"
    20 janvier 18:01, par Patrice

    Bonjour

    L’individualisme de certains qui bénéficient des avantages de la société témoigne surtout d’un ego démesuré.
    Ces gens qui réclament toujours plus de liberté veulent surtout plus de liberté pour eux-mêmes et se moquent de la liberté des autres. Leur vision du monde est celle d’une mosaïque de communautés vivant dans l’entre-soi et pratiquant une dictature de la minorité vis-à-vis de l’immense majorité de la collectivité qui ne souhaite qu’une chose : vivre en paix.
    Leurs connaissances scientifiques sont fragmentaires sous-tendues par des échos de savants marginaux cherchant à vendre leur image auprès des media, image par ailleurs écornée par leurs pairs.
    N’est-ce pas ce qu’on appelle un enfantillage ?

    Patrice

    Répondre à ce message

    • Répondu par lorentzo.B le 22 janvier à  01:14 :

      Dans l’histoire, c’est souvent la "minorité" qui se bat pour la majorité je crois ?! Je ne suis pas scientifique ni médecin - appellation flatteuse pour beaucoup quand je constate la préférence du fric au serment d’Hyppocrate, et je ne parle pas du covid - mais j’ai la prétention d’avoir un minimum d’esprit critique et exècre la pensée unique, surtout quand il vire au terrorisme de la pensée. A ce titre, j’ai applaudi la lettre de W. Lupano à Macron (désolé, je ne dis pas Président pour quelqu’un qui méprise le peuple alors que "la République est unie et indivisible") lequel, au delà de son talent, montre ce que doit être un artiste en refusant d’être fait Chevalier des arts et des lettres. Tout le contraire des rôles d’obséquieux avides d’honneurs joués par l’irremplaçable De Funès. Après, on peut préférer Bruel ou Berléand, c’est sûr.. Et je suis très dubitatif sur le silence assourdissant d’auteurs qui pourtant se la jouent "rebelles" quand tout va bien.. Chacun fait ce qu’il veut, mais informez vous sans passer par les chaînes tv de milliardaires obscènes. Je n’ai aucune confiance - listage des mensonges et infamies trop longues à énumérer - en ces "dirigeants" et en des injections dont les résultats des cycles d’études et d’observations ne seront connus que fin 2023. Je suis vacciné contre le tétanos (rappel tous les 10 ans) et ça va, merci. Par contre, l’île de Mans et Gibraltar avec leurs 100% de "vaccinés".... Je suis pacifique - normal quand on a biberonné avec Rahan & cie - mais me faire gazer avec tentatives de tabassage pendant des manifs bon enfant.. Oui, je regarde dorénavant de plus près la citoyenneté des auteurs BD (ce qui ne signifie pas que je refuse une opinion contraire bien sûr, on est en démocra..euh..), vive sensibilité oblige. Je suis fan de Lapinot et de ses observations très fines de la condition humaine, mais Trondheim à Angoulême.. Coluche et Desproges manquent ? Quino aussi !
      PS : je suis prof-documentaliste et n’ai plus accès à la culture, les médiathèques, les festivals BD, les concerts de rock (mon autre passion) etc.. Quinqua’ plus qu’avancé, je vote depuis mes 18 ans (contrairement à un copain "vacciné" et donc labellisé "citoyen"), paye mes impôts (très salés depuis certains présidents) etc.. mais je suis devenu un citoyen de seconde zone et un nombriliste égoïste si j’en crois certains messages..

      Répondre à ce message

      • Répondu le 22 janvier à  10:13 :

        Vous êtes surtout un argumentateur confus. Mais. certainement sincère. Prenez soin de vous. Et des autres .

        Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Madar le 26 janvier à  14:35 :

        Pour rappel, la moitié des habitants de la planète est vacciné. Parler de vaccin expérimental est devenu ridicule.
        Toutes les études scientifiques internationales, absolument toutes sans aucune exception, montrent que les risques liés au Covid sont grandement diminués suite à la vaccination ( un peu diminué pour la contamination jusqu’à proche de l’éradication pour les décès). Il est donc irresponsable et dangereux, pour soi et pour les autres ( contrairement à ce qu’on entend la vaccination limite la contamination, à peu près comme le confinement de mars 2020), de refuser la vaccination.
        Personnellement je suis pour la vaccination obligatoire, au moins comme en Italie ( pour les plus de 50 ans), je suis persuadé qu’on y viendra et qu’à terme, probablement avec d’autres vaccins, les humains seront vaccinés contre le covid à la naissance.

        Répondre à ce message

  • Merci aux 600 premiers signataires ! En espérant que ce petit ruisseau devienne une grande rivière !
    Il faut que notre société retrouve la raison !

    Répondre à ce message

    • Répondu par jb le 20 janvier à  21:50 :

      Ce serait bien qu’actuabd nous préserve de l’avis politique des uns et des autres. Les yakafokon et autres pro-ceci et anti-cela ont (notamment) les réseaux sociaux pour donner leur avis, avis qui n’intéresse pas grand nombre.
      J’en profite pour remercier et féliciter toute la rédaction pour la qualité de ce que je prends plaisir à lire sur le site.

      Répondre à ce message

      • Répondu par ActuaBD le 21 janvier à  07:28 :

        Bonjour,
        Il ne vous a sans doute pas échappé qu’un bon nombre d’auteurs de bande dessinée sont signataires de cette tribune. C’est ce qui nous a conduit à la publier, dans nos brèves, en dépit de sa longueur. Être lecteur de bande dessinée ne nous enlève pas notre qualité de citoyen et donc de d’exprimer des opinions, politiques ou autres. La rédaction tente de modérer sans minimiser les clivages mais aussi en essayant de respecter les opinions des uns et des autres (sauf quand elles enfreignent les lois ou la raisonnable bienséance) de façon équilibrée mais aussi de façon à veiller à ce que le débat intéresse nos lecteurs. Les trolls et les fake news (affirmations manifestement fausses et sans fondement exprimées en boucle) sont nettement écartés.
        Merci pour vos encouragements.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 20 janvier à  22:36 :

      Retrouver la raison, ce serait enfin livrer les vaccins promis à l’Afrique où le taux de vaccination reste désespérément bas, faute de vaccins, ce qui peut occasionner de nouveaux variants sans fin. Au passage, en Espagne où le taux de vaccination est maximal, l’épidémie est quasiment terminée. Ne pas oublier aussi qu’en France, parmi les non-vaccinés, il n’y a pas que des anti-vaccins, et des artistes signataires de pétitions et attachés à défendre leur liberté de penser, il y a aussi beaucoup de gens isolés, âgés, mal-renseignés, abandonnés dans des déserts médicaux et qui ne demandent qu’à être vaccinés mais ne savent pas comment s’y prendre, et ce d’autant plus qu’ils sont très vulnérables à la maladie.

      Répondre à ce message

  • Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"
    22 janvier 14:40, par Merias

    Un grand merci ActuaBD d’avoir accueilli cette tribune, de ne pas dénigrer une partie du monde de la culture et de permettre une parole ouverte. Vraiment chapeau pour votre courage, votre tolérance et votre écoute...denrées si rares en ces temps obscurs.
    Sarah

    Répondre à ce message

  • Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"
    23 janvier 14:47, par Bibliothécaires Mobilisés

    Merci !!! Enfin, ce silence du monde de la culture commençait à nous inquiéter !".

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier à  09:05 :

      Il n’y a pas « un » monde de la culture. Et heureusement.

      Répondre à ce message

  • Tribune : "Nous ne sommes toujours pas dupes"
    27 janvier 14:12, par Philippe Madar

    « Même l’accès équitable aux soins est remis en cause, ce qui est sans doute le plus grave. »

    J’avais laissé passer cette phrase qui est tout de même incroyable. Non seulement c’est faux, les non vaccinés sont toujours pris en charge par les services de santé, et ce n’est absolument pas remis en cause, mais c’est exactement le contraire qu’il se passe. Les malades en soins critiques du Covid sont non vaccinés dans une très grande proportion ( la moitié des lits de réanimation occupés par moins de 7% de personnes éligibles à la vaccination) et par leur égoïsme et leur irresponsabilité ils imposent la déprogrammation des soins, et induisent de ce fait une perte de chances pour des personnes n’ayant pas d’alternative, alors que le vaccin est gratuit.
    Promouvoir cette liberté de choix, qui n’a pas de sens pour la vaccination qui est un bien collectif, refuser toute pression mis sur les non vaccinés comme le fait ce collectif, c’est accepter des morts évitables, c’est être complice.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 janvier à  17:36 :

      L’accès équitable aux soins (pour tous) est remis en cause par les non-vaccinés qui encombrent les lits de réa et empêchent ( tout le monde) de subir des interventions chirurgicales programmées, vous avez tout à fait raison.

      Répondre à ce message