Japan Expo 2017 – Dans les allées #6 : les autres stands éditeurs

9 juillet 2017 0 commentaire

À côté des stands pensés comme de petits villages proposant plusieurs activités ou découvertes, d’autres, plus nombreux, offrent un visage plus classique de boutique améliorée, regorgeant de goodies octroyés en échanges des achats effectués. Il en est ainsi non seulement de petits éditeurs qui n’ont pas nécessairement d’énormes moyens à mettre dans la manifestation, mais aussi de certains gros éditeurs qui présentent peu ou prou le même stand d’année en année.

Ainsi, Delcourt continue de présenter son village shojo et son grand carré dont les différents côtés sont dévolus à ses divers labels, le visiteur faisant le tour pour passer de boutique en boutique. Chacune mettant en avant, par des grandes affiches arborant de superbes illustrations couleur, les licences majeures, parfois anciennes, du label. Du côté de Glénat, stratégie inverse : on entre dans une mini librairie, faisant son marché avant de passer en caisse. Et c’est tout le tour du stand qui exhibe les licences de l’éditeur. On notera d’ailleurs, phénomène classique, qu’on n’hésite pas à utiliser un peu de fan service issu des mangas pour attirer le chaland.

Japan Expo 2017 – Dans les allées #6 : les autres stands éditeurs
Le village shojo des éditions Delcourt
Le "corner" des labels Soleil Manga et Tonkam, de Delcourt. On notera le choix étonnant de l’illustration dédiée à Food Wars !
Le Stand Glénat, côté grande allée, ne lésine pas sur la mise en avant des charmes de Nami, héroïne de One Piece
De belles illustrations pour promouvoir deux séries de qualité : "Le Couvent des Damnées" et "Les Enfants de la Baleine"
Chi, mis à l’honneur cette année. Malheureusement la mascotte était partie en balade

Du côté, des petits éditeurs, quelques initiatives accrochaient le regard du festivalier. Ainsi le stand des éditions Ototo et Taifu Comics, toujours bien placé à l’entrée principal, proposait outre des murs dédiés à ses séries une zone pour se photographier avec ses héros, en panneau taille réelle, et une console pour s’essayer au dernier jeu vidéo Sword Art Online.

Du côté des éditions nobi nobi, il s’agissait simplement de classes grandes illustrations murales, relativement réussies, tandis que le stand Akata se drapait cette année pour la première fois aux couleurs de ses titres dans des dimensions plus ambitieuses que de coutume.

Chez Ototo, un long mur aux couleurs de "Overlord" accueille le visiteur
Suivi de plusieurs zones où il est possible de prendre la pose avec ses héros, ici ceux de "Bungô Stray Dog"...
... ainsi qu’une zone "Re:Zero", avec une bonne partie du casting initial. Un titre d’ailleurs particulièrement mis en avant par l’éditeur.
Nobi nobi offrait plusieurs illustrations pour ses murs, mais celle de "Flying Witch" était certainement celle qui attirait le plus le regard !
Le stand Akata proposait cette année une présentation "plus imposante", même si nous sommes encore loin des gros éditeurs !

AP + GB

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?