L’Echo des Savanes, mensuel « vengeur », fête son 300ème numéro.

25 janvier 2011 3 commentaires

Créé en 1972 par Brétécher, Gotlib et Mandryka, L’Écho des Savanes a incarné l’avènement de la BD adulte.

Des délires freudiens du grand Marcel au « strip-tease des copines » le journal a pas mal évolué jusqu’à arriver ces dernières années dans le giron des éditions Glénat.

Le journal accueille aujourd’hui des humoristes incisifs comme Wolinski ou Vuillemin et aussi les aventures un peu lestes signées Manara.

Autour d’un mot d’ordre de Claude Maggiori qui se donne pour but de « venger [le lecteur] de toutes les dérives de cette si dure époque. »

Allons bon, L’Écho contre la crise mondiale… C’est ce qui s’appelle se prendre au sérieux.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Le journal accueille aujourd’hui des humoristes incisifs comme Wolinski

    Vous rigolez ! Wolinski n’a jamais rien eu d’incisif (à part paut-être ses dents), et je ne suis même pas sûr qu’il ait jamais été un humoriste.

    L’Echo des Savanes se positionne clairement comme journal de vieux, pour les vieux fait par des vieux.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 26 janvier 2011 à  10:17 :

      Et quel mal y-a-t-il à être vieux, au juste ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par ishimou le 26 janvier 2011 à  14:30 :

      Ce journal n’a pas de cible d’âge précise,et c’est ce qui fait sa liberté, il n’est simplement pas fait pour les enfants.
      Je comprends que vous soyez un peu perdu cher anonyme, vous êtes tellement intoxiqué par le marketing qui catégorise tout, vous cherchez votre petite case, vos repaires rassurants, ausecours ! Je dois penser par moi-même. Le vieux c’est vous !

      Répondre à ce message