Le Prix SaYONNE’ara, un "prix manga" à l’Education nationale

17 septembre 2016 0 commentaire

La bande dessinée et notamment le manga peuvent être des œuvres culturelles à part entière : l’Education nationale commence à le reconnaître, à l’échelle locale en tout cas.

Ainsi est organisé depuis 2012 un "prix littéraire manga" dans l’Yonne (89). Les bibliothèques de Sens, en partenariat avec la bibliothèque départementale de l’Yonne, la médiathèque de Joigny, la médiathèque de Perceneige, la bibliothèque et le lycée Pierre Larousse de Toucy, le lycée Le chevalier d’Eon (Tonnerre), les librairies La Pieuvre (Auxerre), l’Autre Monde (Avallon), le collège Maurice Clavel (Avallon) et le collège Montpezat (Sens) ont créé le prix Manga SaYONNE’ara.

Le Prix SaYONNE'ara, un "prix manga" à l'Education nationale
Affiche de l’édition 2016-2017

Ce prix s’accompagne d’une journée festive autour du manga, ainsi que d’autres animations (concours d’écriture, exposition collaborative). Il a pour objectif de promouvoir la culture manga après des collégiens et des lycéens. La sélection comporte quatre catégories empruntant aux critères codifiés du manga :
- kodomo : pour les élèves de primaire (niveau CE2-CM2) ;
- shojo : pour les collégiens (catégorie orientée "romance") ;
- shonen : pour les collégiens (catégorie orientée "aventure") ;
- seinen : pour les lycéens.

Ayant rassemblé en 2015-2016 presque mille lecteurs répartis dans une cinquantaine d’établissements scolaires, le prix a alors récompensé :
- catégorie kodomo : Seki, mon voisin de classe de Takuma Morishige (Akata) ;
- catégorie shojo : Last Game de Shinobu Amano (Panini Manga) ;
- catégorie shonen : World Trigger de Daisuke Ashihara (Kazé) ;
- catégorie seinen : Ajin de Gamon Sakurai (Glénat).

Thomas Bouveret, à l’origine de la renaissance des Mystérieuses Cités d’or (Kazé), sera le parrain officiel de cette 5ème édition.

FH

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?