Mais où est donc le temple du soleil ? - R. Lehoucq et R. Mochkovitch - Flammarion

4 novembre 2003 1 commentaire
  • Hergé a bâti une partie de sa réputation sur son souci de réalisme, basé sur une importante documentation. Mais il n'était pas scientifique et il a commis maintes erreurs. Deux astrophysiciens ont choisi de partir à la poursuite de celles-ci, et de les utiliser comme base pour nous donner de passionnantes explications sur le fonctionnement de l'univers. Une idée géniale et un livre savoureux.

Le sous-titre de ce petit bijou est "Enquête scientifique au pays d’Hergé". Un auteur dont la réputation de perfectionniste n’est plus à faire. Au fil des rééditions de ses anciens albums, Hergé en a gommé les erreurs de jeunesse, et dans ses albums récents, il s’est basé sur une documentation importante et sur les conseils d’experts.

Mais on ne peut penser à tout. Et son œuvre, pour ces autres maniaques du détail précis que sont les savants, fourmille d’erreurs et d’aberrations. C’est que, lorsqu’on a en tête l’efficacité du récit, on ajoute parfois des détails qui, scientifiquement parlant, ne tiennent pas la route.

Roland Lehoucq et Robert Mochkovitch, deux astrophysiciens passionnés par l’œuvre d’Hergé, on détecté ces erreurs. Mais au lieu de flageller leur auteur, ils ont choisi de nous expliquer pourquoi il s’était trompé, nous offrant par la même occasion de petits courts d’astrophysiques.

En bons scientifiques, ils commencent par se poser des questions. Tiens, par exemple, en quel endroit d’Amérique du Sud et à quel moment précis Tintin a-t-il failli être brûlé sur le bûcher du temple du soleil ? Ou à quel endroit de la planète est tombée l’étoile mystérieuse ? Le professeur Calys a-t-il, dans celle-ci, réellement découvert un nouveau métal ? A quelle date Tintin s’est-il envolé pour la lune ?

Les auteurs élaborent des hypothèses, les testent en se basant sur les détails fournis par Hergé dans ses albums et sur les données de la réalité. Chacune des étapes de leur raisonnement est accompagnée de fascinantes notules explicatives où l’on nous parle de l’analyse spectrale de la lumière, de la disparition des dinosaures, du fonctionnement d’une lunette astronomique dans les années 40, du calcul des éphémérides, de la gravité lunaire, etc.

La lecture de ce livre est un véritable délice, à la fois parce qu’il relit l’œuvre d’Hergé avec un nouiveau regard, et parce qu’il nous apprend par le biais de celui-ci une foule de choses sur notre planète et l’univers qui nous entoure. On appelle cela de la vulgarisation. Mais aussi réjouissante que celle-ci, on n’avait pas encore vu auparavant. Espérons que d’autres spécialistes auront la même veine pour nous parler de leur propre discipline au travers des livres d’Hergé !

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :