Delcourt conforte sa position en littérature

2 juillet 2019 0 commentaire

Après être entré au capital de La Revue dessinée en 2013, c’est un autre pas en direction de la littérature de non-fiction que Delcourt vient de franchir en rachetant la maison Marchialy.

Fondées en 2016, par Clémence Billault et Cyril Gay, les éditions Marchialy publient à un rythme mesuré, à raison de quatre ouvrages par an. Mettant l’accent sur la qualité des parutions, les éditions Marchialy publient, comme le déclarait le groupe Delcourt, "des histoires vraies au long cours portées par une réelle exigence littéraire".

Parmi ses plus gros succès, la maison compte Tokyo Vice, de Jake Adelstein, sa première publication, saluée par la critique et écoulée à plus de 20 000 exemplaires.

Delcourt conforte sa position en littérature
Couverture de Tokyo Vice
© Marchialy

Ce rachat est à replacer au sein d’une politique de diversification de la maison d’édition, originellement de bande dessinée. Celle-ci annonçait par exemple il y a peu l’ouverture d’une nouvelle branche dédiée à la littérature.

Avec l’intégration de la maison Marchialy et les chiffres de ventes de littérature publiés dernièrement, il semblerait que Delcourt soit parvenu à anticiper avec succès les variations du marché éditorial francophone.

Ce ne sont pas les seuls éditeurs de BD "diversifiés" : le groupe Media-Participations (Dargaud, Dupuis, Le Lombard, etc.) avait racheté La Martinière/Le Seuil, quant à Glénat, il a investi depuis longtemps dans la littérature régionale, de montagne ou de voyage.

Le montant de l’opération financière n’a pas été révélé et la reprise est effective depuis hier 1er juillet.

TF

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?