Financement participatif : le dessinateur Golo souhaite fonder une résidence d’artistes en Égypte

3 juillet 2019 0 commentaire

Le dessinateur Golo, de son vrai nom Guy Nadaud, est né à Bayonne, séjourne régulièrement à Angoulême où il a contribué à fonder le collectif Marsam, mais a aussi travaillé au Caire. L’Égypte est un pays qu’il affectionne particulièrement et que nous retrouvons souvent dans ses bandes dessinées. Après y avoir animé un atelier, dans le village où il a fait construire une maison, il ambitionne d’y créer une résidence d’artistes.

Golo s’est installé en Égypte dès les années 1990. Il a fait construire une maison traditionnelle sur la rive Ouest du Nil, en face de l’immense site archéologique de Louxor. Il a alors entrepris d’ouvrir les jeunes du village de Gurnah à l’art et à la culture en leur proposant, de 1997 à 2013, un atelier. La maison, en lisière des terres agricoles et du désert, non loin des colosses de Memnon et du Temple de Ramsès II, a en héritage le travail des artistes antiques puisqu’elle se situe à proximité du village de ceux qui ont décoré les tombes de la Vallée des Rois.

L’affection de Golo pour l’Égypte n’est pas nouvelle. Il s’y rend depuis quarante ans, a travaillé comme dessinateur de presse au Caire et y a habité de 1993 à 2014, date de son entrée à la Maison des Auteurs d’Angoulême. Non seulement cette passion ne se dément pas, mais elle semble même se renforcer avec le temps. Le dessinateur désire en effet maintenant fonder dans sa propre maison une résidence d’artistes. Chacun d’eux pourrait y travailler pendant deux mois, tout en s’immergeant dans la vie quotidienne locale, ce qui pourrait déboucher sur une publication et une exposition.

Financement participatif : le dessinateur Golo souhaite fonder une résidence d'artistes en Égypte

Pour parvenir à concrétiser ce projet, Golo a lancé un financement participatif sur le site KissKissBankBank. Pourquoi ce besoin ? Il s’agit d’abord d’adapter la maison, d’architecture et de construction traditionnelles, afin de pouvoir y aménager un atelier. Quelques travaux de rénovation sont donc nécessaires, ainsi que le renouvellement d’une partie de l’aménagement et de l’ameublement.

Entre les matériaux, la maçonnerie, la menuiserie, l’électricité, l’installation d’équipements de communication, la rénovation des sanitaires et le coût des billets d’avion des premiers résidents, les coûts sont estimés à 6 000 euros. En cas de dépassement, l’atelier serait agrandi et le jardin aurait aussi droit à un coup de jeune. Différentes contreparties sont bien entendu prévues pour les contributeurs, qui ont jusqu’au 21 août 2019 pour participer.

FH

Tous les visuels sont sous copyright : Golo 2019.

Consulter la page du projet.

Lire également sur ActuaBD :
- Les Couleurs de l’Infâmie - Golo - Dargaud
- Les Chroniques égyptiennes de Golo
- Mes mille et une nuits au Caire T. 2 – Par Golo – Futuropolis
- Chroniques de la nécropole – Par Golo & Dibou – Futuropolis
- Golo (Marsam) : "Marsam est une envie commune d’auteurs qui se sont rencontrés à Angoulême."
- Angoulême 2018 : «  Istrati ! », un écrivain dans la cage aux Fauves
- Istrati – Deuxième partie : L’Écrivain – Par Golo – Actes Sud BD
- Expositions, publications, sérigraphies... Le collectif Marsam très actif à Angoulême 2019

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?