Jan Karski – L’Homme qui a découvert l’Holocauste – Par Marco Rizzo & Lelio Nonaccorsio – Steinkis

3 janvier 2022 Albums Commenter
Steinkis ✍ Lelio Nonaccorsio ✏️ Marco Rizzo à partir de 13 ans Biopic Italie 🛒 Acheter

TRAVAIL DE MÉMOIRE. Les 10 ans de la Maison Steinkis permettent la réédition de ce titre dans une nouvelle édition. Une bonne occasion pour le chroniquer sur ActuaBD.com.

Jan Kozieliwski est un jeune Polonais, catholique, qui devient un agent de la résistance sous le nom de Jan Karski. À l’été 1942, ce contact entre la résistance polonaise et Londres aurait été invité par deux responsables juifs à s’introduire dans le Ghetto de Varsovie, puis dans un camp de la mort (Belzec ? Pas sûr, ce serait plutôt un centre de tri) pour témoigner de la Shoah.

Son rapport arrive à Londres en novembre 1942 mais il ne mentionne pas explicitement le sort des Juifs. Il serait néanmoins le premier à faire état d’un plan massif d’assassinat des Juifs mais son témoignage est immédiatement sujet à caution, selon le grand historien Raoul Hilberg : « La description du Ghetto de Varsovie est assez convaincante mais il n’y avait pas de gardes estoniens à Belzec. Les Juifs de Varsovie ne furent pas transférés dans le camp ; et aucun train emmenant les détenus n’a quitté le camp… »

Cette BD n’exprime pas ces réserves. Il est inspiré de l’ouvrage de Karski : Mon témoignage devant le monde – Histoire d’un état clandestin (Ed. Robert Laffont). Il est plutôt bien dessiné et bien raconté. C’est donc un bon support pour évoquer la Shoah, en particulier l’épisode terrible du Ghetto de Varsovie.

Mais ce livre a plusieurs défauts : d’abord, son titre : « L’Homme qui a découvert l’Holocauste ». Karski a certes témoigné mais il n’a rien « découvert » du tout… D’autres témoignages, notamment de rescapés, parviennent à la même époque.

Mais surtout il y a ce terme : « Holocauste » que l’on utilise à cause de l’anglais. Un holocauste, c’est un sacrifice que l’on ferait au divin. Or les Juifs n’ont pas été « sacrifiés », ils ont été tout simplement assassinés pour des raisons idéologiques et raciales. Le terme forgé par le cinéaste Claude Lanzmann à partir d’un mot hébreu qui signifie « catastrophe » nous semble plus approprié.

DP

Acheter cet album chez Cultura

Jan Karski – L'Homme qui a découvert l'Holocauste – Par Marco Rizzo & Lelio Nonaccorsio – Steinkis
© Karski

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :