Kylian Mbappé, l’auteur de BD qui fait jeu égal avec Riad Sattouf

✍ Kylian Mbappe ✏️ Faro Autobiographie France 🛒 Acheter

200 000 EXEMPLAIRES VENDUS. C’est le score atteint par le footballeur qui a publié sous sa marque KM éditions son autobiographie, « Je m’appelle Kylian » (KM éditions)* en complicité avec le dessinateur Faro nous annonce Le Parisien. 223 pages d’autobio où il raconte comment le petit garçon fan de foot de Bondy a cru à ses rêves jusqu’à devenir champion du monde.

Il avait choisi la BD parce que cela pouvait toucher le plus grand nombre et parce que cela lui permet de contrôler lui-même son succès. Il s’était autopublié comme l’autre star (et auteur de BD…) Riad Sattouf qui obtient des scores comparables.

On apprend par le quotidien parisien (12/1/2021), sous la signature de David Opoczynski, que des traductions sont en cours en anglais et en espagnol et qu’en homme d’affaires avisé, il va devenir l’ambassadeur de la marque Dior. Fera-t-il des films et sera-t-il traduit en japonais comme l’auteur de L’Arabe du futur ? Pourquoi pas ? Ce dernier pourra lui donner des conseils…

Nos amis de MBOABD, le festival de la BD au Cameroun dont ActuaBD.com est le partenaire, nous font savoir que si la star du foot venait à s’aventurer sur la terre natale de son père à Douala et à Yaoundé, ils étaient prêts à le recevoir dignement, comme l’auteur de BD notoire qu’il est devenu. Ses managers peuvent contacter notre rédaction.

DP

Acheter cet album chez Cultura

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Comme quoi, il a bien fait de se lancer seul loin des majors de la BD, au moins, l’album ressemble à ce qu’il en attendait et les ventes le conforte dans ses choix.

    Répondre à ce message

  • Je suis très curieux de voir le prochain album dessiné par Faro.

    Répondre à ce message

  • Comme quoi la bd populaire qui se vent beaucoup existe encore, loin des gros labels, certes, qui ne voient plus que par le prisme des prix d’Angoulême.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 janvier à  09:19 :

      C’est une BD sur le football. Si l’avenir de la BD populaire, c’est de surfer sur la popularité des stars de foot surpayées qui jouent dans des clubs financés par des milliardaires Qataris, je crois que je préfère encore la BD indé pour bobos primée à Angoulême.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Luci1 le 24 janvier à  10:11 :

        Tout à fait d’accord. Ceci n’est pas de la BD, c’est un produit dérivé au même titre qu’un poster ou un mug. Alors, ça a le droit d’exister et si ça fait plaisir à 200 000 gamins fans de foot, tant mieux. Oui, il y des cases (moyennement dessinées) et le tout est relié avec une couverture en carton, mais c’est le seul point commun avec le 9e art.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 24 janvier à  16:33 :

          Ouais, c’est comme les mangas, c’est pas de la bd.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 24 janvier à  20:11 :

            Ben si, les mangas c’est de la BD. Quelques uns des plus grands créateurs mondiaux de bandes dessinées sont japonais. Quel est le problème ?

            Répondre à ce message

            • Répondu le 25 janvier à  08:28 :

              Plein de bds sont "moyennement dessinées" comme vous dîtes, et plein de bds sont des produits dérivées de titres à succès, on parle des reprises, des suites, des "vu par..." ? Alors oui cet album est commercial, pour les gamins, et alors ? Ca reste de la bd, que ça vous plaise ou non.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 25 janvier à  10:20 :

                Personne n’a dit que ce n’était pas de la Bd. On a seulement dit que ce ne sont pas des biopic de footballeurs qui « sauveront » la Bd populaire.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 25 janvier à  17:38 :

                  Il faut lire les commentaires, si, si, quelques messages au-dessus il est bien écrit que "ça n’est pas de la BD". Il n’y a pas à sauver la bd populaire, mais c’est quand même super facile de tomber sur ce genre d’album, oui c’est pour les gamins, oui le dessin est moyen, mais ce genre là à autant le droit d’exister que des albums tout aussi mal dessiné qui s’adressent à une certaine élite et qui ne se vend pas. Là, ça se vend, je sais c’est un gros mot, mais c’est comme ça. Et si ça ne "sauvera " pas la bd dîte populaire, certains mangas archi-populaires prennent moins de gants pour parler de foot, de tennis de table, etc. Comme me le disait un éditeur, les mangakas n’ont pas honte de faire de l’archi-populaire pendant qu’on se regarde le bout du nez.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 25 janvier à  21:11 :

                    Un des meilleurs mangas que j’ai lu est un manga consacré au ping pong par Taiyō Matsumoto. Mais bon, il s’agit d’une oeuvre beaucoup plus ambitieuse qu’un biopic consacré à une star du foot. Les gens qui achètent cet album le font parce qu’il s’agit de Mbappé, pas parce que c’est une bonne BD. Ce n’est donc pas un modèle à reproduire.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 26 janvier à  07:54 :

                      C’est exactement la même chose pour les albums sur Dominique A, Daho ou Brigitte Fontaine par Alfred, etc, mais là, c’est "classe".

                      Répondre à ce message

                      • Répondu le 26 janvier à  10:31 :

                        Euh C’est pas du tout le même niveau de ventes hein LOL .

                        Répondre à ce message