Le suffixe « ix » n’appartient pas à Albert René

27 octobre 2005 0 commentaire Actualité

Une dépêche AFP nous apprend que les éditions Albert René ont perdu le procès qui les opposait à Orange, la filiale « téléphonie mobile » de France Télécom. En effet, en 1997, la société de télécommunication avait entamé une procédure pour enregistrer la marque « Mobilix », à l’échelon européen.

Les éditions Albert René ont vu dans ce nom une forte similitude avec le mot « Obélix ». L’éditeur a donc entamé une procédure judiciaire devant la justice européenne.

La justice vient de trancher et a rejeté le recours en affirmant qu’il n’existait qu’une très faible similitude entre ces deux termes. Le mot « Mobilix » faisant plus référence à « quelque chose de mobile » ou à la mobilité. Il n’existe donc aucune menace de méprise entre les termes « Mobilix » et « Obélix », et donc : « Les éditions Albert René ne sauraient se prévaloir d’aucun droit exclusif sur l’emploi du suffixe ‘ix’. »

Petit détail amusant, en 2003 déjà, l’éditeur d’Astérix gagnait un procès en Allemagne contre une firme spécialisée dans l’installation d’Unix sur des systèmes mobiles, comme des ordinateurs portables ou des organizers. Albert René portait alors les mêmes griefs contre le site « mobilix.org ». Cette société fut donc obligée de changer le nom de son site Internet en TuxMobil.org.

NA.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.