Maître Christophe Bigot pas content de « Greffier » de Joann Sfar

6 juin 2007 2 commentaires

On découvre sur notre forum à la suite de notre chronique de Greffier de Joann Sfar (Delcourt), un post de Maître Christophe Bigot, l’avocat de la Mosquée de Paris dans l’affaire des caricatures danoises, dans lequel il dit ses quatre vérités à Joann Sfar.

Dans son intervention, il fait savoir qu’il n’est pas trop content du traitement qui est réservé à la défense dans cet album : « Pour ce qui me concerne j’ai été très choqué de la façon dont notre défense a été décrite. Tout le monde s’accord à dire que le débat judiciaire était nécessaire et a été constructif. La contradiction a été utile je pense. On peut être partisan, subjectif mais ça n’exclut pas la loyauté intellectuelle. J’ai trouvé ce livre inutilement et délibérément blessant à notre égard. Exemple, cette réflexion me concernant : "je pense à la famille de cet avocat. J’aurais pas été fier si mon papa avait plaidé cette affaire". Merci pour mes enfants, ils ont beaucoup apprécié... »

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Maître Christophe Bigot pas content de « Greffier » de Joann Sfar
    6 juin 2007 19:49, par Mohamed Pascal Hilout

    Bonjour,

    J’ai été, en quelque sorte, un témoin moral en faveur de Charlie Hebdo et j’estime que l’honneur de la République est que le pire des criminels a droit à une réelle défense qu’il faut respecter à tout prix.

    Croyez-moi, c’est parce que j’ai du respect pour tout avocat que je considère la défense d’une cause perdue est beaucoup plus noble que de plaider sur du velours.

    Avec tous mes respects
    Mohamed Pascal Hilout
    Initiateur du nouvel islam
    Site : http://nouvel-islam.org

    Répondre à ce message

  • Puisqu’il est question d’honnêteté intellectuelle, souvenons-nous que Joann Sfar, après avoir écrit « j’aurais pas été fier si mon papa avait plaidé cette affaire », a aussitôt (sur la même page) formulé une sorte de mea culpa : « ça n’est pas bien, ce que je viens d’écrire. Chaque cause mérite son avocat et c’est la noblesse de ce métier que de mettre son talent et son éloquence au service de son client. »

    Répondre à ce message