Naruto, c’est fini !

6 novembre 2014 1 commentaire

C’est dans le Weekly Shonen Jump #50, sortant lundi 10 novembre, que s’achèvera le manga Naruto de Masashi Kishimoto. Pour l’occasion, les lecteurs auront droit à deux chapitres, les 699 et 700, ce dernier entièrement en couleur, événement particulièrement rare dans l’histoire du magazine. Le tome 71 du manga vient de paraître au Japon et la série devrait donc se clore avec 72 volumes.

Si bien sûr cette fin du manga n’est pas encore officiellement, et légalement, accessible, à l’heure d’Internet et du scantrad, les communautés de fans en sont déjà à faire le bilan d’une série qui constitue indéniablement, malgré des hauts et des bas, ses qualités et ses défauts, l’une des grandes références manga de notre époque.

Cela fait 15 ans maintenant que la série avait débuté (le premier chapitre ayant été publié en septembre 1999) et, outre son succès au Japon, considérable malgré la suprématie du rival One Piece sur l’Archipel -auquel un hommage amusant est rendu dans le dernier chapitre- il fut le symbole de l’expansion du marché du manga en Europe et aux États-Unis dans les années 2000. Si l’on considère qu’il y eut bien, chez nous, une génération Akira puis une génération Dragon Ball, alors il faut aussi intégrer l’idée d’une génération Naruto.

Quinze années de sérialisation, ce n’est pas rien ! On attend à présent de savoir vers quoi Masashi Kishimoto dirigera sa carrière. Un spin-off de la série, sous la forme de quelques chapitres, est d’ores-et-déjà annoncé pour 2015 et l’ultime film consacré à Naruto sort le 6 décembre au Japon.

AP

En médaillon : Naruto N°1 publié chez Kana en mars 2002.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Naruto, c’est fini !
    8 novembre 2014 10:12, par Stéphane Beaujean

    Je me permets de faire un peu de publicité pour le magazine que je dirige : Kaboom. Notamment car dans le dernier numéro, en ce moment en kiosque, il y a 8 pages d’interview de l’auteur, Masashi Kishimoto. Et c’est assez dense en propos.
    Voilà, en espérant ne pas avoir été trop malpoli.

    Répondre à ce message