Requiem for Bayday

13 avril 2021 10 commentaires Actualité

FIN DE PARTIE. Lancée en décembre 2019 par Thomas Astruc, le créateur de Miraculous – Ladybug et Chat Noir, Sébastien Ruchet et leur équipe, BayDay s’apprêtait à révolutionner l’univers de la BD sur le support numérique dans un respect affiché des auteurs. Elle promettait « une nouvelle façon de lire la bande dessinée », « de nouveaux outils de création » et des « nouveaux héros. » Leur mot d’ordre ? « Par les auteurs, pour les auteurs  ! » Malheureusement, l’expérience s’arrête aujourd’hui.

Requiem for Bayday« Le monde des start-ups, c’est difficile... » conclut tristement Sébastien Ruchet, le DG de BayDay en faisant avec Thomas Astruc, son président, le bilan des progrès accomplis en quelques mois : une plateforme multilingue, avec des productions originales, et qui payait ses auteurs...

Mais elle n’a su attirer ni assez de lecteurs, ni assez d’auteurs. Faute de combattants, l’aventure s’arrête mettant un terme à une initiative « d’auteurs pour les auteurs.

«  C’est dommage, poursuit Ruchet, car c’était l’occasion de créer quelque chose de différent face aux GAFAM. » Il faut dire que le monde de l’édition regardait l’expérience en chiens de faïence et trouvait urgent d’attendre au lieu de soutenir l’initiative, alors que, notamment dans le domaine des webtoons, l’Asie fait des pas de géants.

« L’Europe à la remorque des autres puissances », que ce soit dans le domaine des vaccins comme dans celui des nouvelles technologies, le constat devient lancinant. Qu’au moins on puisse en tirer la leçon.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Requiem for Bayday
    13 avril 16:02, par Jonhy queed

    Quand on a une plateforme mal fichue et incompréhensible, et que l’on offre au lecteur une expérience pas adaptée aux formats actuels, on évite de faire la leçon...

    Le Webtoon il y a 2 acteurs français (Dupuis / Delcourt) dont le premier pousse la création depuis 2 ans et le second a des ambitions long terme. Au vue de leurs propos, ils ne sont pas prêt de tirer la leçon de quoi que ce soit. Triste

    Répondre à ce message

  • Requiem for Bayday
    13 avril 16:40, par Auteur-trice

    Le problème c’est que l’offre de bayday était très amateur et très médiocre. Ils auraient dû faire un travail de prospection pour convaincre de véritables auteurs professionnels de les rejoindre avant de commencer, mais comme l’image était bas de gamme d’entrée de jeu, personne n’a eu envie d’y joindre son nom.

    Répondre à ce message

  • Requiem for Bayday
    13 avril 22:59, par L.L. de Mars

    Une approche finement adaptée à l’espace numérique, c’est la collection RVB, de Hécatombe ; c’est là que ça se passe : https://collectionrvb.com/

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frédéric HOJLO le 14 avril à  12:27 :

      Je souscris à cette idée ! On en a parlé ici, ici et .

      Répondre à ce message

    • Répondu le 17 avril à  05:24 :

      C’est de la BD ça ? Il ne va pas se passer grand chose alors, au niveau du grand public pour ce maelström underground.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 17 avril à  19:06 :

        Le grand public a déjà tout ce qu’il lui faut. Faut laisser vivre l’underground.

        Répondre à ce message

  • Requiem for Bayday
    13 avril 23:25, par Hosni

    On nous l’avait vendu avec Maliki et Lewis Trondheim, mais on n’a jamais vu les contributions de Maliki et Lewis Trondheim.

    Répondre à ce message

  • Requiem for Bayday
    14 avril 16:54, par Yann Gens

    Je vais faire une remarque qui est sans doute très naïve, mais qui me semble pourtant contenir une certaine part de vérité : quand on a pour figures de proue le créateur de Miraculous et un des créateurs de France Five, est-ce qu’on ne serait pas en droit d’attendre, sur la plateforme de BD en question, des adaptations de Miraculous et France Five exclusives en format webcomic ? Alors bien sûr, je suppose qu’il y a des contrats passés avec d’autres auteurs qui rendent l’idée difficile, voire infaisable, mais hélas, ça rappelle les déboires de Stan Lee au temps de la bulle spéculative d’Internet, où il n’avait que son nom à vendre et aucune de ses créations historiques. Mais nous sommes au pays de Beaumarchais, où les auteurs sont des droits que n’ont pas les employés des grands consortiums médiatiques américains. Dommage que nos deux héros n’aient pas pu mettre leurs titres de gloire dans la balance pour faire profiter leurs petits camarades d’un effet de succion.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques le 15 avril à  11:52 :

      Je pense que vous vous fourvoyez, Miraculous et France Five ce n’est pas connu, personnellement je n’en ai jamais entendu parler, donc ce ne sont pas des marques assez fortes pour servir de locomotives.
      Alors je ne suis certainement pas la cible de ces BD ou DA, mais je ne suis pas non-plus celle de Mortelle Adèle, des Légendaires et pourtant je connais sans avoir lu ni acheté.
      Si réellement Maliki avait participé (comme annoncé) ou Lewis Trondheim, ça aurait pu faire bouger les choses, ils ont une communauté de fans avec eux, mais on n’a rien vu.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Caroline le 15 avril à  12:21 :

        Miraculous et France Five sont assez connus, le fait que vous ne connaissiez pas n’est pas une référence à proprement parler. "Je ne connais pas donc ça n’existe pas", c’est une approche très limitée tout de même.

        Sinon, vous n’avez pas dû visiter la plateforme très souvent car Maliki était bien sur BayDay. C’est moi qui me suis occupée d’une partie de la mise en ligne donc je suis bien placée pour le savoir. ^^

        Répondre à ce message