Tintin et les algies périnéo-glutéales

12 mai 2021 0 commentaire

UNE HISTOIRE DE POSTÉRIEUR. Combien de coups de pied à l’arrière-train ont subi les différents protagonistes de l’œuvre de Hergé au cours des vingt trois albums consacrés au reporter ? Voilà bien une question que vous ne vous étiez sans doute jamais posée, et nous non plus. Mais ne vous inquiétez pas : le docteur G. Amarenco, du groupe de recherche clinique en neuro-urologie de la Sorbonne (Hôpital Tenon, Paris XXe) l’a fait pour vous.

Après les essais philosophiques et psychanalytiques et autres spéculations sur la vie sexuelle de Tintin, voici venir un article scientifique sérieux, dûment argumenté et relu par les meilleures autorités scientifiques, qui s’intéresse au nombre de fois où les personnages des aventures du héros belge se prennent un coup de pied au cul et autres traumatismes postérieurs, et la douleur qu’ils en ressentent.

Ce texte publié dans la revue « Progrès en Urologie » se propose, sur des faits étayés par les dessins d’Hergé, de déterminer « l’existence, les causes et la gravité des algies périnéo-glutéales (APG) observées chez les différents héros de cette bande dessinée. » L’un des facteurs objectifs de mesure étant « la gravité de ces douleurs, quantifiée par le nombre d’étoiles ou de signes désignant la région et stéréotypant l’importance de l’algie. »

Notre scientifique a relevé dans les 26 albums de Tintin pas moins de 501 traumatismes « dont 47 AGP, soit 9,4 % des cas à comparer aux 299 traumatismes de la tête (60 % des cas).  » Chutes, coups de pied aux derrière, fessées, morsures, brûlures, agression d’aiguilles et de flèches ou encore plaie par balle affectent davantage les gentils (79%) que les méchants, constate notre professeur Tournesol des laboratoires parisiens.

Notre bon docteur constate que ces violences diminuent avec le temps : 38 pour le 1er album (Tintin chez les Soviets) et seulement 4 pour le dernier (Tintin chez les Picaros). Sac à papier ! Il nous semblait bien que ce dernier était plus faible...

DP & FRsl

En médaillon : Tintin par Hergé, aux éditions Casterman. © Moulinsart.

Voir en ligne : Un lien vers l’article en question

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?