Le Salon du Livre part en guerre contre les trafiquants de dédicaces !

27 janvier 2012 44 commentaires

Alors que les files de dédicaces s’allongent lors du week-end du festival d’Angoulême, le Salon du Livre de Paris se rappelle déjà au bon souvenir des amateurs en proclamant haut et fort son holà à l’encontre des trafiquants.

« La dédicace, proclame un communiqué, ne devrait être qu’une rencontre entre un lecteur passionné et un dessinateur ! [Elle] s’est transformée depuis quelque temps en un trafic du fait d’individus dont le seul but est celui de l’argent malhonnêtement gagné. »

Le Salon du Livre part en guerre contre les trafiquants de dédicaces !
Les sacs attendent, pendant que leurs propriétaires font la file ailleurs !
© N. Anspach

Pour rappel, nous avions consacré un large dossier à ces malveillances lorsque des auteurs réputés comme Dufaux, Xavier, Delaby, Miralles & Jeremy avaient vu leurs moments de partage revendus le lendemain sur le Net à des prix astronomiques.

Les auteurs eux-mêmes avaient pris la parole et Jacques Terpant avait également mis en cause les festivals, demandant qu’on rétribue les auteurs pour leur prestation, vu qu’ils étaient les seuls à donner de leur personne sans aucun retour valable.

Le Salon du Livre insiste d’ailleurs sur ce point, en dénonçant les pratiques des profiteurs du système : « Ces personnes sont organisées pour s’accaparer les dédicaces réalisées par des auteurs généreux. Ils les revendent par la suite au marché noir sur des plateformes internet. Ces pratiques ne seront plus tolérées au Salon du livre. Aucun sac à dos contenant des bandes dessinées, chaise pliante ou tabouret ne seront tolérés dans l’enceinte du hall 1 de la Porte de Versailles. Ces sacs devront être impérativement laissés au vestiaire. Enfin, par mesure de sécurité et en application du plan Vigipirate, tout sac laissé dans une file d’attente sans son propriétaire sera immédiatement confisqué et remis au vestiaire par le service de gardiennage.

Nous laissons chaque éditeur, chaque libraire et chaque auteur le soin de procéder comme ils l’entendent pour organiser au mieux leurs séances de dédicaces en protégeant leurs intérêts et en préservant la magie de cet échange avec leurs lecteurs. »

Ebay, place priviligiée pour les nouveaux marchands du Temple.

Voilà, la guerre contre les trafiquants est déclarée. Bien sûr, elle compromettra les réseaux d’amis passionnés, mais peut-être permettra-t-elle de ramener les véritables amateurs en face de leur idole ? Ces lecteurs qui sont actuellement découragés de les rencontrer en voyant systématiquement les mêmes têtes allonger les files interminables.

À l’heure où Angoulême bat son plein, cette revendication du Salon du livre est avant tout une main tendue aux auteurs et un appel à tous les festivals pour une systématisation de ces pratiques ! Mais les plus petits d’entre eux (auteurs et festivals) sont-ils vraiment ouverts à cette révolution du système qui rendrait justice aux grands, et oublierait les moins connus ?

CLD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
44 Messages :
  • reste aux auteurs aussi à ne pas transformer une "rencontre" en concours de la plus belle illustration. les "grands anciens" avaient géré ce "problème" : un buste, un petit mot et basta.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 28 janvier 2012 à  02:47 :

      un buste, un petit mot et basta

      Pourquoi un buste ? Une rencontre, un petit mot et une signature. Merci.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yaneck Chareyre le 28 janvier 2012 à  09:56 :

        Strictement aucun intérêt. Le dessin permet aussi d’avoir le temps de se poser pour bavarder, si l’auteur et le fan y sont disposés. La signature ne laisse pas ce temps.

        Répondre à ce message

        • Répondu par OW le 28 janvier 2012 à  13:52 :

          Ridicule, la plupart des auteurs ne peuvent pas discuter ET dessiner en même temps, c’est l’un ou l’autre, et généralement le quémandeur n’en a que fiche de la conversation, il VEUT SON dessin.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Berthy le 1er février 2012 à  13:55 :

            Bonjour.
            Ridicule dites vous...
            Donc si l’on vous comprend bien,vous faites partie des "quémandeurs" qui veulent un dessin...et rien d’autre,car vous n’avez pas l’air de vouloir échanger quoi que ce soit avec l’auteur.
            Contrairement à ce que vous affirmez,bon nombre de dessinateurs prennent le temps d’échanger,de discuter de moult et moult choses bien passionnantes.
            C’est la main de l’artiste qui dessine,mais il prend également son pied à discuter,à échanger,car il possède cette faculté singulière de pouvoir faire plusieurs choses intéressantes EN MÊME TEMPS...
            Ce qui est très appréciable.
            N’est pas artiste qui veut..
            Amicalement

            Répondre à ce message

            • Répondu par OW le 2 février 2012 à  14:09 :

              Apprenez à lire pauvre Berthy, je suis auteur et ’lintérêt c’est la rencontre pas le crobard, mais vous préférez le crobard car vous pouvez le revendre.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Berthy le 2 février 2012 à  17:32 :

                Pour pouvoir vous comprendre,il eut fallut que vous précisiez que vous étiez un auteur.Je sais lire,je vous rassure,et..écrire aussi...Ce qui n’est pas trop votre cas présentement.Mais le propre de l"artiste" n’est-il pas souvent de demeurer incompris...??
                Pour le reste,si vous avez appris également à lire,c’est exactement ce que je dis dans les autres posts.Personnellement,j’aime le dessin et la bafouille.Je ne revends pas le premier,mais j’ai de la deuxième à revendre...
                Vous pouvez constater que je ne suis pas si "pauvre" que çà..
                Bonne continuation

                Répondre à ce message

                • Répondu le 23 février 2012 à  18:18 :

                  Si vous revendez vos dédicaces, en effet vous n’êtes sans doute pas pauvre... Contrairement aux auteurs des dessins que vous revendez.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 28 février 2012 à  10:46 :

                    "Personnellement,j’aime le dessin et la bafouille.Je ne revends pas le premier,mais j’ai de la deuxième à revendre..."
                    Il faut LIRE avant de répondre n’importe quoi et critiquer systématiquement ...
                    Pauvre,je le suis certainement dans la poche, mais pas d’esprit, effectivement...
                    Débat clos pour ma part,satisfait que je suis des interventions d’un autre niveau de réflexion que le vôtre et qui m’ont conforté..
                    Bonnes bulles

                    Répondre à ce message

        • Répondu le 28 janvier 2012 à  22:22 :

          Strictement ? Pourquoi lisez-vous les livres (et par là, le propos) d’auteurs dont vous trouvez la conversation "strictement sans aucun intérêt" ?

          Répondre à ce message

        • Répondu le 29 janvier 2012 à  00:33 :

          Certes, sauf que quand il y a eu des rencontres auteurs/public autour d’un verre dans certains petits festivals, il y avait très peu de public, hélas. Et les auteurs de romans ou d’essais ainsi que le artistes de la musique ne font qu’une signature avec éventuellement un petit mot et cela n’empêche pas l’échange. Ceci dit je reste un partisan de la dédicace bd à l’ancienne, gratuite et déplore le comportement d’une infime minorité qui depuis quelques années a pourri tout le système, empêchant le grand public et notamment les enfants (comment un gamin de 10/12ans peut-il accepter d’attendre 4ou 5h pour avoir un petit-ou même un gros-cobard ?)d’avoir accès aux dédicaces. Je me souviens d’un salon à monteuil ou je m’etonnais d’avoir toujours les mêmes 15 personnes qui se relayaient , prétextant qu’il n’y avait personne d’autre, jusqu’à ce que, revenant d’aller pisser par un autre chemin, je ne perce à jour leur petit manège : ils empêchaient le grand public qui ne faisait pas partie de leur groupe d’happy few d’avoir accès au stand, racontant que j’étais complet , fatigué et ne prenais plus de dédicaces, ce dès 16h. Ce qui leur permettait de demander trois ou quatre dédicaces chacun. Depuis ce jour je fais des dédicaces par numéros tirés au sort. Certes ce n’est pas parfait, mais j’ai retrouvé un peu de grand public et de gamins que je ne voyais plus du tout.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Vincent Sorel le 28 janvier 2012 à  19:20 :

        Oui mais quel est l’intérêt de faire un dédicace dans ce cas ? Si c’est pour dire "bonjour ça va", écrire "amicalement" et au suivant ? C’est ce que font les écrivains, oui, mais nous ne sommes pas écrivains (et justement je n’ai jamais compris l’intérêt de se faire dédicacer un livre par un écrivain) (bref). Tout l’intérêt de dédicacer (pour un auteur) c’est de rencontrer des lecteurs, d’échanger etc. Sinon à quoi bon ?

        Je suis d’accord avec les propositions : plus de tabourets ou de sacs devant les files d’attentes. Parce que ceux qui font ça me donnent finalement l’impression de se foutre de la BD, de la rencontre etc : il ne s’agit que d’accrocher un nouveau titre à leur tableau de chasse.

        Sinon il y a l’option choisie par BD-Fil à Lausanne pour les "stars" : le tirage au sort. Au moins il n’y a pas d’embrouilles (et ça évite le coup du "je me lève à 5h du mat avec femme enfants chien pour faire la queue PARTOUT le plus possible")

        Répondre à ce message

      • Répondu par Berthy le 1er février 2012 à  13:05 :

        Bonjour amis de la bd
        "Une rencontre, un petit mot et une signature" ???.
        Durée :5 secondes...
        Plus personne ne viendra sur ce salon pour avoir une signature...Qui cela intéresse t-il ??
        Une dédicace est une oeuvre unique,destinée à une personne qui admire tel ou tel auteur,et permet d’échanger quelques mots ou instants entre passionnés.
        Cette étrange décision de ne plus accepter de sacs à dos n’est ni plus ni moins qu’une obligation cachée d’acheter les bd sur ce salon..et de rapporter du blé...
        Quid des éditions originales que les lecteurs possèdent depuis longtemps,et qui ne sont plus en vente ... ??
        Les passionnés,dont je fais partie, seront lésés à cause de petits rigolos qui ne pensent qu’au fric(heureusement pas majoritaires,loin de là).
        Je ne connais aucun salon qui refuse les bd personnelles !!
        C’est une première !!!
        De plus,ils sont souvent gratuit,sympathiques,conviviaux,et les auteurs sont ravis de dessiner,parfois sur des bd de leurs débuts..
        Si Angoulême faisait la même chose,le salon fermerait ses portes définitivement.
        Désolé mais...RIDICULE
        Bien à vous

        Répondre à ce message

        • Répondu par Ed le 1er février 2012 à  15:50 :

          Ce que vous oubliez de préciser, c’est que vos EO, vous les avez achetées ailleurs la plupart du temps... Quid du libraire qui paye son stand (sur certains festival, la note peut être lourde) ? Comment est-il censé se rembourser si vous ne lui achetez aucun album ?
          Pourquoi empêcher les files de sacs ? Parce que simplement cela contribue à permettre à une minorité très bien organisée de préempter toutes les files devant les auteurs. J’ai ainsi pu voir dans un festival une personne faire la queue devant trois auteurs en même temps et se précipiter alors même qu’un auteur venait de finir une dédicace vers un autre car c’était son tour. Alors peut-être que ces gens ne sont pas des revendeurs, peut-être même sont ils de véritables passionnés. Mais en aucun cas ce genre de comportement est acceptable...
          Personnellement, je trouve ce débat tout sauf RIDICULE...

          Répondre à ce message

          • Répondu par BERTHY le 1er février 2012 à  19:47 :

            Monsieur Ed
            Je n’ai jamais indiqué que ce débat était ridicule,loin de moi cet avis,mais simplement écrit que la décision des organisateurs du salon du livre d’interdire les sacs de bd,elle,l’était.D’autre part,vous me parlez de"libraire qui paye son stand...???.Pas au salon du livre,car pour la bd,ce sont pour la majorité des éditeurs et non des libraires qui sont présents.Et au vu de l’affluence permanente sur leurs stands,je pense sincèrement que leur chiffre d’affaire ne doit pas être trop entamé par la location de leur espace.Ils doivent être bien gagnants,vu qu’ils reviennent chaque année en louant à des prix prohibitifs.Pour les autres salons,plus...confidentiels,les sacs ne sont pas interdits que je sache,et les libraires locaux,en général, s’y retrouvent.Et puis il y a plusieurs catégories de libraires..Les locaux donc,en général très petits, qui ne font qu’un salon ou deux par an,et les pros,que l’on voit tout le temps sur grand nombre de festivals à travers France...
            Quant aux "EO achetées ailleurs",comment voulez-vous les acheter sur le moment alors qu’elles ne sont plus en vente depuis longtemps ??Merci de penser aux collectionneurs qui n’attendent pas tels ou tels salons ou festvals pour acheter leurs bd..
            D’accord avec vous pour les files "squattées" par les profiteurs,mais une des solutions ne serait-elle pas, au moins, de les obliger à rester près de leur sac et que les organisateurs ou des responsables surveillent un peu tout çà.
            Le tirage au sort est une autre solution pratiquée sur pas mal de stands.Pourquoi pas ...
            De là à "interdire" les sacs de pénétrer au salon est une ineptie jamais vue....Réguler,oui,interdire,non.
            Mais c’est un éternel problème qui n’est,à mon humble avis, pas prêt d’être réglé
            Très respectueusement

            Répondre à ce message

            • Répondu par Sergio Salma le 2 février 2012 à  13:32 :

              Monsieur Berthy ,désolé, mais vous avez TOUT FAUX ! Vous n’avez RIEN compris . Vous n’avez pas capté que 100% des auteurs à qui vous parlez( haha ) ne sont pas d’accord avec ce que vous dites. Ils sont tous 100% TRES emmerdés de ne pas pouvoir vous refuser un dessin dans une BD pas achetée là. Que ce soit un livre acheté il y a une semaine ou une EO vieille de 35 ans, le souci est le même. le dessinateur n’est pas là pour orner vos livres. Vous ne comprenez même pas ce que le mot dédicace veut dire !!? C’est un plus dans un livre acheté oui, où est le mal ? Une dé-di-ca-ce. Vous, vous prenez ça pour un DES-SIN. Vous amenez donc vos livres vides et vous venez encombrer les salons du livre qui sont des opérations commerciales et culturelles. Vous semblez en plus tellement sûr de votre coup , c’en est pitoyable. La prochaine fois demandez à TOUS les auteurs devant lesquels vous faites la file. Demandez franchement. Bien sûr il y a certainement des dessinateurs qui aiment dessiner , faire plaisir, même eux ont oublié le sens premier. Comment vous expliquer mieux ça sans vous prendre pour un imbécile ? Qui en plus se sent lésé s’il n’a pas son dessin dans son livre tout jauni c’est merveilleux.

              Ah mais j’ai compris ! Je suis tombé dans le piège ! C’est du deuxième degré. Aucun être sensé ne peut proférer de telles âneries, je suis vraiment gêné. Bravo.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Berthy le 2 février 2012 à  17:51 :

                Hola Sergio !!
                Archi-faux !!!N’importe quoi !!
                Bon nombre de dessinateurs n’ont que faire de savoir si la bd a été achetée sur place ou ailleurs.Ils s’en contrefichent et sont là afin de rencontrer leur public,pas pour vendre absolument sur le moment.
                Et la plupart du temps ce sont les plus talentueux,les plus sympathiques,les plus chaleureux et les plus ouverts à toute discussion.Si les autres ne partagent pas cette idée,qu’ils ne viennent pas dédicacer s’ils sont si "emmerdés de....". Ce n’est pas une obligation.!!
                Je n’ai pas bien compris votre message assez rudimentaire et sectaire, mais bon,sans doute ne faites vous pas partie de ces gens heureux et resplendissants..capables de donner GRATUITEMENT un peu de plaisir aux autres dans un monde de brutes..
                AAAHH le blé,toujours le blé...
                Bonne chance quand même et sans rancune..

                Répondre à ce message

                • Répondu par Laurent Colonnier le 3 février 2012 à  01:26 :

                  Effectivement, si c’est pour se retrouver en face de sinistres individus comme Berthy, qui se croient tout permis et exigent leur dessin gratuit pour satisfaire leur prurit de sombres magouilleurs sans scrupule, ça ne donne vraiment pas envie d’aller dédicacer.

                  L’achat d’un livre ne vous donne que le droit de le lire, le conserver, le relire, le prêter, le revendre d’occaz, en aucun cas d’avoir un dessin gratos, ni la sympathie de l’auteur.

                  Et franchement, ne pas être considérés comme les plus talentueux,les plus sympathiques,les plus chaleureux et les plus ouverts à toute discussion par des gens de votre espèce, c’est mieux qu’une légion d’honneur.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Berthy le 3 février 2012 à  14:41 :

                    Monsieur Colonnier
                    Quelle gentillesse émane de votre propos ...!
                    Où avez-vous été chercher que "je me croyais tout permis",que "j’exigeais" quoi que ce soit.??L’avez-vous lu ou avez vous extrapolé mon propos comme il est si facile de le faire sans comprendre un tantinet ???
                    Je suis très loin du "magouilleur sans scrupule"dont vous faites état.Je n’ai jamais dit non plus que l’obtention d’une dédicace était un droit.J’ai trop de respect pour votre profession pour avoir de telles pensées...
                    Alors pourquoi tant de haine et d’aigreur..??Cherchez bien et vous trouverez surement.
                    J’ai simplement voulu participer à ce débat parce que j’en ai assez de cette polémique sur le sujet des dédicaces,de ces artistes que cela"emmerde"(dixit votre confrère),des arguments perpétuellement économiques et pécuniaires(commerce,achats,ventes,reventes etc....)et vous mélangez tout..Pour vous ce sont tous les mêmes etc..etc..Votre grande erreur est de systématiquement généraliser.Un peu de modération et de réflexion plus dense vous serait bénéfique... Perso,j’aime la bande dessinée depuis tout petit,je suis tombé dedans il y a bien longtemps, j’aime certains artistes,d’autres moins, ou pas et n’ai JAMAIS revendu aucune bd,dessin ou dédicace.Je les ai toujours gardés,pour leur beauté,les bons souvenirs qu’ils me procurent,les rencontres,leurs histoires singulières qui marquent le temps...
                    En revanche,j’ai eu l’incommensurable plaisir de rencontrer pas mal d’auteurs de grandes qualités,à la fois artistiques et... humaines...,certains même étant devenus des amis de longue date,voyez-vous.Et pour en avoir parlé très souvent avec eux,beaucoup se disent pour le moins étonnés de tous ces commentaires affligeants de leurs collègues sur ce sujet.D’autres s’en fichent complètement ;certains,enfin, considèrent comme vous(par solidarité) que cela pose effectivement quelques problèmes individuels,mais n’ont pas les mêmes positions radicales que vous et vos amis.Au vu du peu de réactions vous donnant acte de vos commentaires,cela me rassure et me conforte dans ma position qui est de vous conseiller,si je puis me permettre,de prendre du PLAISIR à dédicacer vos oeuvres à un public qui,tout d’abord,ne l’oubliez jamais, vous les a achetées..et vous a lu !...et peu importe la date d’achat...un public qui vous aime,vous admire ou qui prend quelque PLAISIR que ce soit,lui.Et si ce n’est pas le cas,merci de ne plus vous "emmerder" sur un salon,si cela est si terrible que cela..voilà tout.Chacun fait ce qu’il entend,n’est ce pas le propre de la liberté individuelle..??
                    Quand je vois les posts de "Sergio" avec ses"100% d’auteurs qui sont d’accord avec lui",cela me fait bien marrer.En fait,faut pas discuter quoi..Seul le GRAND Sergio détient la vérité..Quelle blague..!!
                    Ben moi,je signe et persiste et continuerai mon bonhomme de chemin en évitant les quelques excités du genre...
                    Merci de m’avoir lu et bon vent dans vos bulles.

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par Sergio Salma le 3 février 2012 à  17:30 :

                      Bon allez d’accord, je retire ce que j’ai dit. 90 % .

                      Répondre à ce message

                    • Répondu par Rosse le 4 février 2012 à  16:30 :

                      j’en ai assez de cette polémique sur le sujet des dédicaces,de ces artistes que cela"emmerde"

                      Quand j’ai écrit que la dédicace m’emmerdait comme exercice je n’ai rien dit d’autre que cela. Je n’ai pas le talent pour faire un dessin qui me satisfasse en 2-3 minutes. Alors oui faire des dessins que je trouve plutôt mal foutus cela m’emmerde -pour moi et pour la personne qui se trouve en face de moi.

                      Répondre à ce message

                • Répondu par Sergio Salma le 3 février 2012 à  01:39 :

                  OK, vous y tenez. Alors la prochaine fois que vous irez en "dédicaces" demandez. "Monsieur ou madame l’artiste, que préférez -vous ? Dessiner dans un vieil album ou accompagner la vente de votre nouveau livre d’un petit dessin ?". Je ne pense pas qu’au fric, espèce de mauvaise langue ;-) mais vous devriez savoir que je m’en tiens à la stricte définition. VOUS avez, avec la complicité de pas mal de dessinateurs inconscients du mal qu’ils propageaient, dévoyé une pratique. Il se peut en effet( je le notais ) que certains artistes prennent du plaisir à aller rencontrer des gens et de le offrir des aquarelles . Certains ont des petits plaisirs sado-masochistes pourquoi pas. Perso je trouve ça vain et grotesque ce n’est que mon point de vue ; c’est intéressant parce que je connais une centaine de dessinateurs qui pensent la même chose que moi. Et que ces 2 jours où ils quittent leur table c’est du retard qu’ils prennent. Certains vous apprécient OK. Quelle proportion ? Vous avez fait un sondage ?

                  Oh, chacun ses urgences et chacun sa passion ; vous, c’est les dessins d’artistes talentueux, d’autres ce sont les papillons ; pendant ce temps-là vous n’êtes pas au bistrot. Maintenant autre chose. renseignez-vous chaque fois pour savoir qui investit dans le salon, le festival , la manifestation. Grands ou petits événements, essayez de savoir ce qu’en pensent les libraires, les éditeurs et ce qu’ils pensent de votre point de vue. Et demandez -leur en face aux organisateurs ce qu’ils pensent des chasseurs de dédicaces, ceux qui se baladent avec un sac de vieux bouquins. Mais demandez-vous aussi pourquoi ils vous causent, pourquoi ils sont aimables, pourquoi ils arrivent à vous faire penser qu’une personne qui vient leur demander un 27è dessin est une personne "normale". Vous allez je pense être assez déçu(e) par la plupart des réponses et vous vous raccrocherez à quelques -uns de vos petits chéris qui doivent bien s’emmerder chez eux pour préférer allez tailler le bout de gras autour d’un vague dessin dans un vieux bouquin . Mais chacun fait ce qu’il veut hein, ce qui est épatant c’est que vous êtes tellement naïve comme personne qu’on dirait presque du cynisme. Vous n’avez jamais lu un blog de dessinateur ?! Vous n’avez pas lu les coups de gueule à droite à gauche de pas mal d’auteurs ? Vous n’avez pas remarqué que pas mal d’auteurs ont déserté ces salons où vous exultez de bonheur chaque week-end ?! Sur ce site, fouillez un peu, je ne veux pas me moquer de vous , juste vous dire la réalité.

                  Puis attendez, j’ai dû faire 200 séances de dédicaces ; j’aime bien moi. Voir les petites familles, les gamins,les gens qui me suivent. Ils ont acheté le dernier bouquin et veulent l’offrir ; c’est génial d’y aller d’un dessin avec un "bon anniversaire Elodie ou Matthieu"...je ne crains pas ces moments, je les ai aimés. Y a eu un moment où dans la file une personne sur 10 était comme vous, très sincère avec le tome 1 acheté en 93 ; Puis 2 puis 3 ou 4... et puisque j’ai quelques années derrière moi, j’ai commencé à me poser la question . Les auteurs ont aussi une vie hors de ces manifestations et j’ai fait un calcul simple( il ne s’agit pas d’être pingre ou avare). Vous, quel métier faites-vous ? Dans quelle branche ? Je ne suis pas sûr que je pourrais vous faire comprendre parce que je lis bien dans votre réponse la monstrueuse différence qu’il y a entre votre conception du monde des artistes et la mienne. D’en connaître intimement, de discuter depuis 20 ans avec eux ne peut évidemment que me donner une idée fausse. C’est bien entendu vous, chargé de vos sacs qui devez avoir raison bien entendu.

                  Alors en conclusion, il y a aussi une "dédicace" conviviale. On se prête de bonne grâce et oui, on peut y trouver du plaisir mais pas autant qu’au moment où on nous dit que c’est terminé et que c’est l’heure de l’apéro. Bon on a chacun sa définition de la convivialité aussi. Si je vais au salon de l’auto, les marchands seront aussi très cordiaux. C’est un métier ça.

                  Répondre à ce message

                • Répondu par Rosse le 3 février 2012 à  01:42 :

                  Désolé Berthy, mais je me dois de vous rectifier et de reconnaître avec Sergio que vous avez tout faux. C’est faux de dire qu’on s’en fiche que les livres soient achetés ici ou ailleurs. D’abord quand on est invité dans un festival- voyage, repas et logis payés c’est je crois la moindre des choses de faire connaissance avec les organisateurs et participants. Les libraires sont des partenaires -et puisqu’il faut tout vous expliquer on peut déterminer avec eux certains arrangements (dédicacer à telle heure sur son stand). Et vous savez quoi ? C’est même pas obligé de le faire, mais les gens sont un peu dingues ils se disent bonjour, se serrent la main, font connaissance, tsss...!

                  En tant que participant lui -le libraire- moi et d’autres dans telle ou telle région sommes acteurs d’un évènement culturel dont vous êtes le visiteur. Chaque acteur de cet évènement à son rôle et le but ultime n’est pas de vendre ponctuellement des albums mais de soutenir une manifestation culturelle dans le temps.Ce qui aussi par la fidélisation est souhaitable économiquement pour tous les acteurs impliqués. Alors non, le type qui ramène ses albums jaunis et ses feuilles blanches n’est pas spécialement apprécié. Il peut l’être- si c’est un passionné (je suis un passionné). Moi la dédicace comme exercice m’emmerde mais j’adore les demandeurs de dédicaces. Quel paradoxe !

                  Ayez un peu plus de respect pour les gens travaillant sur les festivals. Achetez vos albums chez les libraires présents. On fait vraiment tous un effort pour vous présenter une manifestation culturelle.

                  Je pourrais aussi vous signer vos vieilleries si d’aventure- je ne suis pas mauvais bougre. Mais même vous, devez bien réaliser tout de même qu’il existe aussi dans la dédicace un degré d’implication et d’appréciation.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 3 février 2012 à  12:06 :

                    En tant qu’auteur, je m’en contrefiche de soutenir économiquement un commerçant ...

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 3 février 2012 à  18:22 :

                      Vous avez tort. En tant qu’auteur, c’est ce commercant et ses collègues qui me permettent de manger et de me chauffer.

                      Répondre à ce message

                      • Répondu le 5 février 2012 à  23:18 :

                        Vous avez de la chance, ça veut dire que vous vendez suffisamment d’albums pour avoir un peu de droit à tomber...
                        Moi malheureusement, et comme beaucoup de mes petits camarades, nous devons survivre avec les maigres avances que notre éditeur concède à nous donner le temps de la réalisation.
                        Si maintenant, nous devons "jouer le jeu" pour "soutenir" le libraire du coin alors qu’on nous colle à faire des dédicaces à la chaine sans rien toucher, en ne pouvant même pas pisser parfois, parce qu’une chaise vide c’est pas bien....Et bien personnellement j’en ai plus rien à foutre ! Pourquoi j’irai soutenir des libraires, qui dans une très grande majorité, se laisse imposer des albums par des commerciaux sans pousser plus loin ... On reproche aux éditeurs d’être à l’origine de la surproduction actuelle, ce qui est indéniable, mais si certains libraires faisaient leur boulot de prospections en prenant des risques parfois, sur des choix assumé, plutôt que de céder au diktat des blokbusters pour faire du fric ça serait pas mal. Les rouages sont bien huilés et on nous demande à nous, auteur, de venir soutenir leur commerce...Pffff chacun sa merde comme dirait l’autre.

                        Répondre à ce message

                    • Répondu par JP le 3 février 2012 à  19:02 :

                      En tant qu’auteur, je m’en contrefiche de soutenir économiquement un commerçant ...

                      C’est stupide de votre part, car les libraires en bd sont nos partenaires, sans eux nombres de nos livres n’auraient même plus de raison d’exister puisqu’on ne les retrouve jamais en grandes surfaces, culturelles ou pas.

                      Répondre à ce message

                    • Répondu par Rosse le 3 février 2012 à  23:45 :

                      Et, vous êtes qui ? Vous semblez très sûr de vous et déterminé -pourquoi pas... mais votre message n’est pas signé. Un oubli ?

                      Répondre à ce message

                  • Répondu par BERTHY le 4 février 2012 à  10:37 :

                    Bonjour monsieur Rosse
                    Je ne pense pas "avoir tout faux" dans la mesure où,je vous le rappelle,mon propos portait à l’origine sur le salon du livre,qui est une énorme opération commerciale destinée à vendre et vendre encore et où seuls les éditeurs sont présents,pas les libraires..La différence est de taille..
                    A voir l’affluence permanente sur les stands durant toute la durée du salon,où vous devez faire la queue parfois un quart d’heure pour régler un achat,j’ai dit plus haut que leur chiffre d’affaire ne devait pas être trop grévé et qu’ils s’y retrouvaient largement..Alors cette décision grotesque d’interdire les sacs n’est en fait qu’une manière détournée d’obliger les "clients" à acheter encore plus.Dans une profession où la concurrence est terrible en raison de la surproduction d’ouvrages,c’est LE moyen qu’ils ont trouvé alors que je pense sincèrement qu’ils n’en ont pas besoin..D’ailleurs,de grandes enseignes ne s’y rendent même plus depuis quelques années,tellement les prix de location sont énormes.Il m’est arrivé,certes,d’acheter une ou deux bd sur ce salon,manière de "participer" mais j’étais libre de le faire,pas obligé...Là,cela devient du commerce forcé et je m’y oppose.Pour ce qui est des petits salons de bd locaux,je vous rejoins sur vos propos,mais comme vous pouvez le lire plus haut,tous les auteurs dessinateurs ne partagent pas votre opinion et dédicacent volontiers leurs oeuvres achetées avant et ailleurs.Certains sont d’ailleurs très étonnés et ravis de redécouvrir leurs premières oeuvres qu’ils avaient presque oubliées..Quant aux libraires ,il en est souvent qui ne vendent même pas les bd des auteurs présents sur le salon,qui ne vendent pas de bd neuves,proposant au contraire des occasions aux prix prohibitifs...Que fait-on avec eux ??Ils sont les partenaires du salon,certes,pas VOS partenaires puisqu’ils n’ont pas vos oeuvres..Il en est même qui proposent des bd dédicacées...!!!Et à quels prix !!Très souvent,sur un salon, il m’arrive de participer en achetant une bd mais ce qui me plait c’est que je n’y suis pas obligé.Dans les manifestations provinciales(celles que je préfère de loin)la dimension devient plus large puisque tous les commerçants du coin en tirent les bénéfices.Là,le "culturel" est largement dépassé par le "commercial"..et pourtant,cela me plait beaucoup plus que cette infernale machine "salon du livre" qui ne sait plus quoi inventer pour engranger et engranger..de plus en plus.Que le grand fric les croquent..
                    Bonne continuation et merci du temps que vous m’avez accordé.
                    Bien respectueusement

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par BERTHY le 4 février 2012 à  12:40 :

                      Oups ..!!désolé pour la faute d’orthographe à "croque(ent)"
                      La fatigue du débat sans doute..
                      Pardonnez cette faute ..de frappe..

                      Répondre à ce message

        • Répondu le 23 février 2012 à  18:21 :

          Ravis de dessiner ? Non. Les auteurs sont ravis de retrouver leurs collègues le soir autour d’une table de resto, mais l’acte de dédicacer lui-même j’en connais très peu qui s’en font une joie.

          Répondre à ce message

  • En clair, ne venez plus avec vos bds, achetez-les directement sur le salon.
    Les passionnés qui achetent les albums à leur sortie ne sont plus les bienvenus, sauf s’ils repassent par la caisse.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe le 28 janvier 2012 à  02:54 :

      Non mon gars, en clair, ne venez plus avec vos sacs à dos bourrées de vieilles bds dont vous voulez accroitre la valeur marchande, et vos tabourets pour occuper le terrain quand vous chassez ailleurs. Combien de fois ne me suis-je pas amusé à virer à coups de pompes les sacs de ces idiots qui bouchaient le passage, et les voilà de rappliquer en courant, ça s’est parfois fini avec bourres-pif, mais face à ces pauvres attardés adipeux on a toujours le dessus. J’ai toujours regretté de ne pas pouvoir exploser ces sacs abandonnés (loi vigipirate oblige) et voir les éditions originales de Rick Hochet et l’Agent 212 éparpillées façon puzzle sous le regard interdit des chasseurs de dessins gratuits.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Berthy le 1er février 2012 à  13:30 :

        Ben alors faut plus faire les salons mon ami !!!
        Vous ne risquerez plus les bourres-pif des pauvres attardés adipeux,des riches avancés minces, cela fera une place de plus dans les files,et vous évitera d’avoir des regrêts..
        Faut pas vivre avec des regrets,cela nuit à la santé psychique.
        Achetez-vous plein de sacs,explosez les, cela vous calmera peut-être ou alors essayez le témestat
        Vos commentaires sont consternants...

        Répondre à ce message

  • Le monde merveilleux des dédicaces de Salma et Libon !
    28 janvier 2012 12:17, par Oncle Francois

    C’est un petit guide Spirou qu’une amie m’a généreusement offert, et je tiens à la remercier pour ce joli cadeau qu’on ne trouve pas dans le commerce !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 28 janvier 2012 à  22:23 :

      Si tu l’as pas acheté au salon du livre, ils pourront pas te le dédicacer !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Kloko le 29 janvier 2012 à  05:45 :

        Si tu l’as pas acheté au salon du livre, ils pourront pas te le dédicacer !

        Tant mieux, c’est quoi l’intérêt de se faire gribouiller un bouquin ? On m’a toujours dit qu’il ne fallait pas écrire dans les livres.

        Répondre à ce message

  • Moi j’ai une façon de contrer les les trafiquants de dédicaces. Je ne fais pas de dessin : aux cons, à ceux qui ont l’air con, à ceux qui ont des gros sacs plein de vieux albums, à ceux qui ont un tabouret pliable, à ceux qui se croient tout permis et font braire les autres dans la file, à ceux qui croient qu’un dessin leur est dû parce qu’ils ont acheté un livre, et c’est facile, car ils ont généralement tous ces critères réunis.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Erik A. le 23 février 2012 à  13:58 :

      Reste plus grand monde... à part des filles. Malin !

      Répondre à ce message

  • Bonjour
    Pour le salon du livre :
    Pouvez-vous expliquer comment "tout sac laissé dans une file d’attente sans son propriétaire sera immédiatement confisqué et remis au vestiaire par le service de gardiennage. si"Aucun sac à dos contenant des bandes dessinées ne seront tolérés dans l’enceinte du hall 1 de la Porte de Versailles. Ces sacs devront être impérativement laissés au vestiaire.
    Trop fort !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Raphaë l Tanguy le 4 février 2012 à  12:12 :

      Je suis amateur de BD et de dédicaces, petit éditeur de BD et organisateur de 2 festivals BD
      Au mieux un auteur touche 8% de droits d’auteurs sur un album BD, donc à peu près 1 euro. Pourquoi dans ce cas ne pas faire payer 1 voir 2 euros la dédicace pour les albums apportés de l’extérieur du salon.

      Répondre à ce message

      • Répondu par BERTHY le 4 février 2012 à  13:09 :

        Certains salons pratiquent déjà cette solution,mais cela ne résoudra pas la revente.Les escrocs de la dédicace paieront effectivement 2 euros ou parfois plus mais les revendront bien plus cher...Mais pourquoi pas...Au moins les artistes seraient rémunérés à juste titre.D’autres obligent l’achat d’au moins un album sur place,mais cela ne plait pas à tout le monde...et sont parfois quelque peu désertés.Un problème est aussi ces "droits d’auteur" de certains,souvent payés au lance-pierre et dont les maisons d’édition profitent un max.Quand vous dites 8%,vous êtes large car cela ne concerne qu’une élite..Les autres n’atteignent pas ce taux !!
        A mon sens, il n’y a pas trop de solution égalitaire pour satisfaire tout ce beau monde..
        Bien à vous et bonne chance à vos organisations.

        Répondre à ce message

  • C’est vrai que c’est râlant que certains auteurs tournent le dos aux dédicaces.
    Quel beau souvenir d’une rencontre avec un auteur qu’on apprécie et cerise sur le gateau,un album dédicacé.
    D’un autre côté il y a aussi le problème du rendement d’un album.
    Maintenant on fait des tirages de tête de tout et n’importe quoi,un album,un tirage de tête,une version luxe,une noir et blanc.
    Sans parler des statuettes hors de prix.
    Mais l’essentiel,c’est quand même la BD,la lecture,le voyage imaginaire procuré par celle-ci.
    J’apprécie beaucoup une dédicace d’un album que j’aime.
    Et je m’insurge contre ces enfoirés qui dealent de la Bd.

    Répondre à ce message