Une illustration grand format de Tardi dans "Le 1" sur les mutineries de 1917

10 mars 2017 0 commentaire

L’hebdomadaire Le 1 a l’habitude de faire appel à des dessinateurs, parfois émergents, parfois chevronnés. Jochen Gerner et François Olislaeger font ainsi partie des artistes qui interviennent le plus fréquemment, mettant leur sens de la synthèse au service de l’information et de la pédagogie.

L’hebdomadaire sort ce printemps un hors-série consacré aux mutineries de 1917. Alors que la Grande Guerre est enlisée dans les tranchées depuis presque trois ans, des soldats se révoltent et refusent de combattre. Ce mouvement spontané, individuel ou collectif, a parcouru une grande partie de l’armée française. Mais elle est alors considérée comme un crime : refuser de se battre, c’est trahir sa patrie.

Outre quelques témoignages, portraits et brèves mises au point, ce hors-série donne la parole aux historiens Nicolas Offenstadt et André Loez, ce dernier étant un spécialiste des mutineries de 1917. La romancière Alice Ferney fait quant à elle revivre un soldat obligé de vivre longtemps dans la clandestinité après avoir échappé au peloton d’exécution.

Mais ce numéro fait surtout la part belle aux illustrations. Le peintre et illustrateur Nicolas Vial a été chargé de la une. Jochen Gerner, comme souvent pour Le 1, met en images quelques repères chronologiques. Il retrace ici l’année 1917 dans le monde, permettant de remettre des mutineries dans leur contexte. Le dessinateur Stéphane Trapier, autre habitué de l’hebdo, est lui aussi présent, avec une grande image rassemblant plusieurs soldats.

Enfin, le sommet de ce hors-série nécessite un peu de temps et de délicatesse. Il faut en effet déplier entièrement le journal pour pouvoir admirer une ample composition de Jacques Tardi (124 x 84 cm tout de même !). Inutile de souligner que le choix de ce dessinateur s’imposait pour un tel sujet. Et il serait fastidieux de rappeler toute sa bibliographie sur le Première Guerre mondiale. Mais ne cachons pas que l’hebdomadaire nous permet d’avoir sous les yeux un dessin comme nous n’en avons pas si souvent.

FH

Une illustration grand format de Tardi dans "Le 1" sur les mutineries de 1917
© Jacques Tardi / Le 1 2017

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?