Aubépine - Par Karensac et Thom Pico - Dupuis

2 mai 2018 0 commentaire
  • Dupuis se lance dans une nouvelle série jeunesse à partir de six ans, Aubépine : petit format pour grande aventurière. Thom Pico au scénario, Kerensac au dessin.

Aubépine est une jeune fille bien (trop) ancrée dans son temps : elle connaît sur le bout des doigts la célèbre botte secrète « roulade, pivotement, PUNCH » du jeu vidéo Super Bagarre et s’ennuie sans accès internet. Alors, lorsqu’elle apprend qu’elle va devoir rester au moins quinze jours seule en pleine campagne, entourée de montagnes pendant que sa mère doit sauver les environs d’une migration d’oiseaux géants, elle ne se doute pas un instant de l’histoire mystérieuse et merveilleuse qu’elle va vivre…

Que ce soit la quatrième de couverture ou les premières pages, rien ne laissait présager la très sympathique histoire qu’est Le Génie Saligaud, le premier épisode d’Aubépine. En effet, nous aurions eu du mal à nous enthousiasmer uniquement au champ lexical volontairement djeun’s à base de « un trou paumé » ou autres expressions du même acabit. Sans oublier que le début de l’histoire semble s’aventurer sur le terrain empiété des pamphlets sans nuance, comme « le jeu vidéo, c’est mal » ou « la campagne, cette ode à la liberté »

Aubépine - Par Karensac et Thom Pico - Dupuis

Heureusement, passée cette première étape qui ne se révèle qu’être un a priori, le récit part dans une autre direction pour se libérer d’un poids pas forcément nécessaire. Thom Pico raconte une histoire qui se lit avec plaisir : Aubépine, étant cette jeune héroïne pleine de vie et d’envie qu’on aime suivre. Elle trouvera sur son chemin un jeune chien, une gardienne pleine de secret et un génie malicieux à l’envie qui viennent peupler la galerie de personnages. On ne peut qu’approuver la tournure fantaisiste que prend le récit qui ravira certainement plus d’un jeune lecteur.

Le découpage et le rythme fonctionnent très bien et les dessins de Karensac sont suffisamment vifs, colorés et expressifs pour que lecteur se laisse guider dans cette aventure finalement fort réjouissante.

On attend maintenant avec plaisir les trois autres tomes pour l’instant prévus qui couvriront chacun une saison : Le renard furax, Pourquoi tant de laine ? et La fin de tout (et du reste).

(par Clément DUVAL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?