Michel Dovaz (œnologue) : « On prend le vin trop au sérieux, ça le rend triste ! »

26 mars 2008 1 commentaire
  • Michel Dovaz est professeur de l'Académie du vin de Paris est l'auteur de plusieurs ouvrages d'œnologie, notamment Les Grands Vins de France (Ed. Julliard) et une Encyclopédie des crus classés du Bordelais (Ed. Julliard) qui fait autorité. Cet œnologue - L’expression italienne « oenotechnicien » lui semble plus exacte – a fait la préface du manga de Tadashi Agi et Shu Okimoto. Rencontre.
Michel Dovaz (œnologue) : « On prend le vin trop au sérieux, ça le rend triste ! »
Les Gouttes de Dieu de de Tadashi Agi et Shu Okimoto
Editions Glénat

Est-ce que ce que vous avez lu dans le manga est conforme à la vérité, comment dit-on… oenologique ?

Je ne crois pas qu’il y ait d’erreur majeure. Il y a des questions d’appréciation mais en cela, tout le monde a raison. Vous pouvez dire que vous préférez tel vin à un autre. L’aspect romanesque ne me dérange pas du tout. Les bandes dessinées, à l’origine, avaient une volonté éducative. Rodolphe Töpffer était éducateur, je crois. Je trouve même que c’est bien, que cela désacralise un peu. On prend le vin trop au sérieux, ça le rend triste !

Vous lisiez les bandes dessinées avant cela ?

Pas vraiment, mais j’ai été jeune comme tout le monde (à une époque vraiment reculée, il est vrai). Quand j’étais enfant, je lisais Hop-Là ! [1]. Il y a eu plusieurs bandes dessinées publiées sur le vin, sur le Champagne et sur le Beaujolais, je crois. J’avais déjà trouvé ça sympa. Mais là, on a une trame plus intéressante.

Un thriller pour tout connaître des grands crus
Ed. Glénat

Ainsi donc, les Japonais nous apprennent à apprécier le vin, c’est un comble, non ?

Ah mais, en général, ils ne sont pas mauvais les Japonais. Ils nous apprennent aussi à fabriquer des voitures ! Ce sont des gens très consciencieux. Je pense que, quelle que soit la matière, il y a beaucoup moins de bricoleurs au Japon que dans le reste du monde. J’ai trouvé que cet album était très bien documenté et le thème général de l’histoire est original. Récemment, Gilles du Pontavice a publié un roman, Le Margaux interdit, qui repose sur les mêmes bases : Un Margaux qui aurait dû être classé et qui a disparu.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

L’oenologue Michel Dovaz a aimé ce manga Grand Cru
Photo : D. Pasamonik (L’AgenceBD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander l’ouvrage sur Internet

Lire la chronique de l’album

[1Créé en 1937, un an avant Spirou , Hop-Là ! est une publication de Paul Winkler sous le label d’Opera Mundi, considérée comme l’une des meilleures de l’avant-guerre. Au sommaire : Popeye de Segar, Prince Vaillant de Foster, Mandrake de Phil Davis… Assurément, un grand cru !

 
Participez à la discussion
1 Message :