Seediq Bale (Les Guerriers de l’Arc-en-ciel) - Par Row-Long Chiu - Akata

26 septembre 2013 0 commentaire
  • L'arrêt de la collaboration avec Delcourt et la perte de leur catalogue manga en faveur de l'éditeur de la rue d'Hauteville ne signifie pas la fin des éditions Akata, au contraire. Ceux-ci rebondissent avec ce roman graphique qui résonne comme une ode à la liberté et au renouveau.
Seediq Bale (Les Guerriers de l'Arc-en-ciel) - Par Row-Long Chiu - Akata
Seediq Bale - Les Guerriers de l’Arc-en-ciel
Row-long Chiu (c) Éditions Akata

En 1895, faisant suite à une longue guerre, la Chine cède Taïwan au Japon. Les terres de cette île sont déclarées "exploitations forestières" par l’administration nippone. L’interdiction de chasser ou d’y cultiver quoi que ce soit, ainsi que la politique d’assimilation imposée par le colonisateur font que les indigènes perdent peu à peu le contrôle de leur environnement ancestral et de leurs traditions. Après des décennies d’oppression, l’un des groupes aborigènes de l’île, les Seediq, se soulèvent, dirigé par leur charismatique chef Rudo Mouna. C’est ainsi que débute en 1930 la révolte de Wushe.

Durant plusieurs semaines, cette tribu guerrière mène des attaquent sanglantes contre les Japonais. Épuisée par cette guérilla, l’armée nippone utilisera son aviation et les armes chimiques afin de mater la rébellion. Le combat étant trop inégal, les derniers Seediq encore vivants se rendent, tandis que Rudo Mouna se suicide. L’Empire du Soleil levant ne quittera l’île de Taïwan qu’après leur défaite lors de la Seconde Guerre mondiale.

"La violence de l’opprimé n’est que le reflet de celle de l’oppresseur." Albert Memmi, écrivain et essayiste franco-tunisien.

C’est une œuvre forte que nous propose le label fondé par Dominique Véret. D’abord parce qu’à ce jour, il s’agit de l’unique œuvre en BD de Row-Long Chiu, l’artiste taïwanais qui en est l’auteur. Alors que nous vivons dans un "village mondial" où le métissage ethnique et culturel est devenu une norme, Seediq Bale, "l’homme véritable" en langue seediq, nous renvoie aux grandes heures de la décolonisation et de la lutte pour les droits civiques et pour l’autodétermination.

En prenant ouvertement parti pour un peuple "coupeur de têtes", l’auteur nous propose un manifeste pour la tolérance et l’humanisme. Une débauche de bons sentiments qui pourrait paraître opportuniste aux yeux de certains, pourtant la formule fonctionne ! On se laisse emporter par cette histoire universelle car la sincérité de la démarche de Row-Long Chiu est tangible.

Row-Long Chiu à Paris en Septembre 2013 en présence de S. E. Michel Ching-long Lu, l’ambassadeur de la Délégation de Taïwan à Paris, et Dominique Véret, le grand timonier d’Akata
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

L’éditeur français de ce livre ne dit d’ailleurs pas autre chose et c’est avec une grande émotion qu’il déclare :" Ce livre m’a beaucoup touché car cela renvoie à un travail identitaire sur le côté primitif de ma culture française. La puissance de ce livre est qu’il nous renvoie à notre identité fondamentale. L’entente entre les peuples ne se fera que si chacun d’entre nous fait l’effort de comprendre l’autre dans son essence profonde".

Œuvre atypique dans le paysage de la BD taïwanaise, Seediq Bale a été conçu dans un style réaliste et une narration proche de la BD européenne. Pourtant, n’y voyez pas là une quelconque influence des maîtres occidentaux,car Row-Long Chiu a été bercé par le manga. Dessinant habituellement dans un style caricatural, l’auteur opte pour un dessin réaliste afin de ne pas heurter la sensibilité du peuple seediq. Un choix qui apparait à nos yeux judicieux car il confère un côté didactique nécessaire aux lecteurs européens.

Symbole de renouveau, cet ouvrage marque aussi un tournant pour le label Akata qui, en devenant éditeur, se lance à la découverte des autres formes de BD produites en Asie. Ainsi, nous avons droit à un beau livre, enrichi d’un dossier complet sur le travail de Row-Long Chiu et de dessins descriptifs sur le mode de vie des Seediq.

"Son histoire est celle d’un homme qui rencontre un peuple et qui en tombe amoureux". Dominique Véret, fondateur des éditions Akata

Né en 1965 dans une famille d’illustrateurs, c’est tout naturellement que Row-Long Chiu se lance dans une carrière d’auteur de BD. À l’âge de 18 ans, à l’occasion d’une visite au monument consacré au combat des Seediq, il fit une rencontre qui bouleversa sa vie : Dadao Oupin, une femme seediq, lui raconta la révolte de Wushe. Fortement impressionné par le courage de ce peuple, Row-Long Chiu en fera l’œuvre de sa vie. Avec l’aide de son épouse seediq, il compilera un nombre incroyable de documents liés à leur culture.

Publiée en 1990, Seediq Bale - Les Guerriers de l’Arc-en-ciel est son œuvre majeure en bande dessinée. Celle-ci sera suivi en 1998 par un documentaire intitulé "Gaya : la tribu Seediq et la révolte de Wushe de 1930" et qui sera primé au Golden Horse Festival, le festival taïwanais du cinéma. S’en suivront différents projets de vulgarisation de la culture seediq à l’intention de la jeunesse.

En 2011, sa BD est adaptée au cinéma dans un film à grand spectacle produit par John Woo (voir le trailer ci-dessus). Row-Long Chiu devient à cette occasion consultant durant le tournage. Le succès du film en Asie et l’ensemble de ses travaux font de lui l’un des plus éminents spécialistes de la culture seediq.

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?