Des nouvelles d’Aymar de Bois-Maury.

tout public 🛒 Acheter

LE "RETOUR DES TOURS" : LES CONTOURS. Les Tours de Bois-Maury, vous vous souvenez ? C’est la série moyenâgeuse de Hermann à laquelle il a décidé de donner un prequel, une histoire qui se situe avant les dix premiers albums de la saga d’origine.

Logiquement cet épisode est un "Tours de Bois-Maury", et non pas un "Bois-Maury", la série ultérieure d’albums solos consacrée aux descendants d’Aymar de Bois-Maury, le brun chevalier héros tragique des premières histoires brossées par Hermann que l’on retrouve à cette occasion.

Le dessinateur, une fois de plus, semble comme chez lui à cette époque et dans cette ambiance qui lui conviennent si bien, d’où l’impression d’un certain élan retrouvé.

Sentiment renforcé par le récent retour à un encrage, contours du crayonné à la pointe fine d’un stylo noir, comme au tout début de la série. Bien sûr le maestro Hermann garde la technique de couleur directe sur son dessin original privilégiée ces dernières années. Un retour dans la continuité, donc, tout en restant nouveau.

Il y a peu, le dessinateur envisageait cet encrage avant couleurs au pinceau avec de la peinture, de manière plus "grasse" question qualité de trait. Bien auparavant il peignait directement sur son crayonné, très précis. C’est bien plus que de simples détails à y regarder de plus près.

À 82 ans on le voit, toujours Hermann avance, grand professionnel et grand artiste, jamais rassasié.

Des nouvelles d'Aymar de Bois-Maury.
Couverture de l’édition format standard.
© Glénat, Hermann.
© Glénat, Hermann.

16e opus d’un point de vue global à traiter de cet univers particulier : ce nouvel album est titré "L’homme à la hache". Sa sortie est prévue pour le 15 septembre 2021, évidemment chez Glénat.

Couverture de l’édition grand format.
© Glénat, Hermann.
© Glénat, Hermann.

Dans cette histoire, Aymar, accueilli dans la demeure de Messire Baudran, s’aventure subrepticement sur le territoire frontalier du seigneur Guibert ; un domaine, champs, plaines et forêts, qui lui appartenaient auparavant. Le chevalier veut y passer pour se rendre discrètement dans son propre château. Celui aux fameuses tours qu’il va vouloir reprendre par la suite dans la série Les Tours de Bois-Maury  ?

Le retour d’Aymar, mais "avant la saga d’origine". Ici c’est la version en lavis noir et blanc, un "gris" final un temps envisagé par Hermann pour l’album.
© Glénat, Hermann.
Après réflexion, il choisit une version couleur à l’aquarelle directement posée sur le lavis "gris" initial, lui-même posé sur un encrage au feutre fin.
© Glénat, Hermann.

À peine mis les pieds sur son ancienne propriété de famille, qu’il est surpris par les hommes du terrible Ulrik, celui qui semble aimer les haches et encore plus s’en servir, au point de donner son titre à l’album. Aymar est laissé pour mort ! Celui qui l’accompagne, Lubin, a moins de chance.

© Glénat, Hermann.
Voici l’homme à la hache.

Mais Gaspard, une vieille connaissance, le sauve. Tandis qu’Aymar se remet de ses blessures, la même question hante son esprit : comment Ulrik savait-il qu’il était là ?

PA

Une intégrale en grand format des tomes 11 à 15 sortira également en septembre 2021.
© Glénat, Hermann.

- Une vidéo où on voit Hermann à l’œuvre avec sa dernière technique d’encrage au feutre fin, plus mise en couleur directe.

- La nouvelle technique d’encrage au feutre fin qui rappelle la période Rotring, mais en plus détendu.

- Ici, un intéressant récapitulatif de ses différentes techniques au fil du temps.

SCHLAFFF...
© Glénat, Hermann.
Effet du feutre à pointe fine ? Hermann retrouve le goût du dessin pur, du modelé au trait et du détail.
© Glénat, Hermann.
La palette de couleur suit le mouvement, encore plus fine et subtile...
© Glénat, Hermann.
... Oui, Hermann retrouve des couleurs !
© Glénat, Hermann.
Le château et les fameuses tours ?
© Glénat, Hermann.
Voyons voir de plus près. Hmm...
© Glénat, Hermann.
Quoi qu’il en soit, Aymar de Bois-Maury revient.
© Glénat, Hermann.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Des nouvelles d’Aymar de Bois-Maury.
    9 avril 2021 22:54, par kyle william

    Hermann est le patron. Remarquable comme son dessin regagne en précision et en fermeté avec cette petite étape d’encrage au feutre. C’est formidable de se remettre en question techniquement et de chercher à progresser à 82 ans. La vie est belle quand on reste créatif.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Milles Sabords le 10 avril 2021 à  11:07 :

      Malheureusement le poids des ans commence à se faire sentir. Certaines maladresses de dessins sont de plus en plus présentes. Dommage. Néanmoins, Hermann reste un Grand de la BD à l’œuvre foisonnante et inimitable

      Répondre à ce message

      • Répondu le 10 avril 2021 à  21:24 :

        Oui c’était visible dans les derniers album. Le dessin vieillit avec l’homme. Mais là, avec cette nouvelle technique, il y a clairement un sursaut dans le bon sens. Inutile de préciser que ça reste de meilleur goût que bien d’autres auteurs plus jeunes.

        Répondre à ce message

        • Répondu par DUTEAU le 23 avril 2021 à  01:07 :

          Monsieur HERMANN pourrait avoir poser ses crayons et ses pinceaux depuis longtemps pour une retraite bien méritée. On a la chance que cette passion du dessin et ce désir de raconter une histoire le maintiennent devant sa table à dessin. Et si celui-ci a perdu un peu de sa précision, il reste une magie des plans, des ambiances, des couleurs, une volonté de toujours surprendre par une nouvelle approche graphique qui méritent le respect. Jetez un coup d’oeil sur le travail réalisé au cours de sa carrière et comparez avec la production actuelle, il peut dormir tranquille...

          Répondre à ce message

    • Répondu par montane le 20 juillet 2021 à  09:12 :

      Difficile de conserver une qualité de dessin intacte lorsqu’on dessine des albums tous les six mois de manière aussi boulimique. En se contentant d’un album par an, la qualité graphique eut pu être maintenue. Hermann n’a jamais été très doué pour dessiner les personnages féminins mais en avancent dans l’âge c’est de pire en pire. Maintenant je crois qu’on est tous très content de revoir un album de cette fabuleuse série des années 80, et on espère que la qualité du scénario sera au rendez vous.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 23 juillet 2021 à  16:07 :

        Hermann a adopté ce rythme des 90 pages par an depuis des décennies. Pourquoi devrait-il ralentir puisque c’est son désir et son hygiène de vie ? Si son dessin décline sur certains points, travailler moins vite n’y changera rien. Son évolution graphique reste passionnante à observer. Eastwood aussi continue à tourner presque un film par an à 90 ans. Et Soulages peint toujours à 101 ans. Ce désir de vivre et de toujours créer force le respect.

        Répondre à ce message

  • Des nouvelles d’Aymar de Bois-Maury.
    14 décembre 2021 19:36, par Lorrain

    Je ne crois pas que cette histoire « se situe avant les dix premiers albums de la saga d’origine ». Il me semble qu’elle doit être placée entre les n° 9 et 10. En effet, le visage d’Aymar est ici très marqué ; et Aymar fait allusion à l’alcoolisme d’Olivier : « Ne reviens qu’au matin. Ne t’enivre point » (cinquième case de la planche 23) ; cet alcoolisme auquel Olivier aura cédé dans le tome 10.

    Répondre à ce message