Frédéric Jannin, à propos des dessins animés "Gaston Lagaffe"

2 septembre 2009 6 commentaires Actualité

Nous vous présentions ce matin le teaser du dessin animé de Gaston Lagaffe, porté à l’écran par Alexis Lavillat avec l’expertise de Frédéric Jannin.

Nous avons contacté ce dernier, qui a bien connu André Franquin et Yvan Delporte, le scénariste de nombreux gags de la série, afin de connaître son implication exacte dans ce projet. « L’adaptation est dirigée par Alexis Lavillat, et je tiens le rôle très délicat d’expert. Un terme bien à la mode ces temps-ci, raconte Jannin. En fait, j’essaie de veiller à ce que le graphisme soit le plus proche de celui de Franquin, ce qui n’est pas trop difficile vu que nous partons des vrais dessins de Franquin ».

D’après nos informations, les voix du teaser ne sont pas les définitives. Le chanteur Thomas Fersen ne prêtera finalement pas sa voix au personnage de Gaston dans les épisodes diffusés. C’est Micha Lescot qui aura la lourde tâche d’assurer le phrasé lymphatique du célèbre gaffeur, qui n’aura pas, on l’espère, la même portée catastrophique que celle du gaphophone.

Le dessinateur, rappelons-le, était associé aux mythiques Franquin et Delporte dans la création de la série Arnest Ringard et Augraphie. Il est également consultant auprès de Dupuis pour la refonte de la nouvelle édition des albums de Gaston Lagaffe prévue en librairie pour la mi-novembre.

Dupuis ressortira tous les albums avec les couvertures « pleine page » d’époque. Jannin : « Sous le regard expert de la fille d’André, Isabelle Franquin, nous avons sélectionné les quatrièmes de couverture, les pages de garde et pages de titre pour chaque album. Et comme on est passé de 60 à 44 pages, il a fallu confectionner des nouvelles couvertures (et nouveaux titres) pour les intercaler dans la collection (19 tomes chez Dupuis, avec les deux derniers de chez Marsu Productions). Je me suis attaché à "remasteriser" tous ces petits joyaux ».

Il poursuit : « Franquin est définitivement le meilleur. Quelle jouissance de voir ses dessins en grand sur l’écran de l’ordinateur, et de tenter d’en garder toute la saveur en les coloriant le plus possible, comme il l’aurait fait ».

Frédéric Jannin n’en oublie pas pour autant la bande dessinée. Il publiera prochainement « 300 millions d’amis », aux éditions Dupuis en octobre prochain. Gilles Dal lui a confectionné des gags sur le thème des réseaux sociaux sur Internet.

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • C’est quoi cette hsitoire de refonte des Gaston ? avec moins de pages ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 2 septembre 2009 à  18:09 :

      Ils vendent plus d’albums, plus cher, ça fait plus de fric !

      Répondre à ce message

    • Répondu par marcelinswitch le 2 septembre 2009 à  19:14 :

      En fait il s’agit de la collection actuelle qui va se munir de couvertures dignes de ce nom (les anciennes + quelques nouvelles vu le nombre actuel d’albums). Frédéric Jannin parle également de nouveaux 4e de couv’, pages de titres, pages de garde...

      Voir en ligne : Forum Franquin

      Répondre à ce message

      • Répondu par ralph le 3 septembre 2009 à  11:55 :

        très bon.
        J’adhère.
        La seule chose qui me gene dans les voix, ce n’est pas leur nature, mais le fait que ca manque parfois de clarté, on ne comprend pas tous les mots...

        Répondre à ce message

  • Bon, ils font comme Hergé, ils refondent indéfiniment de vieux albums pour les revendre comme neufs.
    C’est moins fatiguant que de produire de nouvelles histoires.
    Reste à savoir si le lecteur/acheteur sera dupe !

    Répondre à ce message

    • Répondu par eBry le 3 septembre 2009 à  16:44 :

      Il ne s’agit pas de duper mais bien d’attirer de nouveaux lecteurs, vu que les ventes des oeuvres de Franquin sont en constante baisse, faute de nouveaute pour maintenir la visibilite sur les oeuvres passees.

      C’est le lot de l’oeuvre de tout auteur decede. La reprise est le moyen le plus evident mais ce n’est pas la panacee. Pourquoi diable faudrait-il reprendre Maigret, Sherlock Holmes, pour en justifier les ventes continues et en apprecier la valeur intrinseque ?

      Des reeditions a la maquette continuellement revisitee me semblent un minimum a assurer de la part de l’editeur.

      Dans le cas de cette reedition des Gaston version 44 pages, il etait urgent de les ressortir avec une couverture autre que l’abominable extrait de gag, facon edition de gare americaine des dernieres annees...

      Desole pour l’absence d’accent mais c’est ecrit depuis un clavier espagnol...

      Répondre à ce message