Riad Sattouf, guest star de Cannes

18 mai 2009 13 commentaires

On avait déjà évoqué le projet d’adaptation au cinéma de Retour au Collège de Riad Sattouff en juillet 2008.

Le dessinateur passait de l’autre côté de la caméra réalisant lui-même le film, comme l’ont fait avant lui Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (alias Winchluss), et bientôt son complice Joann Sfar.

Elle se concrétise aujourd’hui donc, puisque Les beaux Gosses (titre définitif) sera bel et bien le premier film de l’auteur de Pascal Brutal, de Ma Circoncision ou encore du Manuel du puceau. Le film se trouve présenté en ce moment à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs, excusez du peu !

Le trailer du film se résume pour mémoire au quotidien d’adolescents, comme Hervé, peu aidé par une violente acné, un appareil dentaire et un look ringard ou Camel, son ami proche des tendances Heavy Metal. Les deux ados tentent de survivre aux difficiles années du collège, de s’y définir et pourquoi pas à parvenir à pécho quelques filles !

L’envie de Riad Sattouf était de se « mettre au niveau des adolescents, de voir leur monde à travers leurs yeux. » Tout cela dans une humeur bon enfant et avec humour.

On craint, à la lecture du “pitch“ du film, l’impression de déjà-vu, telle que cette scène de masturbation dans une chaussette devant les pages sous-vêtements du magazine de La Redoute. Manque plus que “la tarte aux pommes“ pour que cela ne devienne une French American Pie...

Qu’il remporte le même succès que le film boutonneux des Américains, c’est tout ce qu’on lui souhaite !

Verdict le 10 juin prochain !

OW

Voir en ligne : Allez visiter le site officiel de Riad Sattouf

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Je les ai vu sur Canal+, Riad Sattouf au cinéma, c’est un peu le retour de Max Pécas, aussi fin et aussi bien filmé.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Stanislâche le 18 mai 2009 à  14:40 :

      Max Pecas LOL mais c’est injuste et injurieux pour ce génial dialoguiste qu’est Sattouf.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 18 mai 2009 à  17:43 :

      dans la lignée de ses bd,en somme

      Répondre à ce message

      • Répondu le 19 mai 2009 à  00:13 :

        a priori, le thême est le même que celui du film les zozos (qui inspira par la suite A nous les petites anglaises). Cela rappelle aussi plusieurs films avec Bernard Ménez (de hautes références artistiques, donc ! à peu prés du même niveau que Max Pecas).
        Mais Sattouf (brut de pomme, mais efficace comme son Pascal Brutal) risque d’être moins léger, plus direct.
        On verra bien, mais je sens que ce film va cartonner auprès des lycéens...

        Répondre à ce message

  • Riad Sattouf, guest star de Cannes
    18 mai 2009 19:54, par p.

    Je trouve toute la dernière partie de cet article assez incroyable. Il y est très fortement sous-entendu que l’humour de ce film risque d’être lourdeau et vulgaire or :
    - l’auteur de l’article dit ne pas avoir vu le film.
    - quiconque a lu "retour au collège" ou "la vie secrète des jeunes" sait que Riad Sattouf a justement toujours su éviter avec beaucoup de talent et de subtilité le "déjà-vu" et la vulgarité de certaines situations.

    Ces propos seraient tenus sur un vulgaire blog ou par un journaliste lambda (n’ayant pas lu les livres de R. Sattouf), cela serait "compréhensible" mais tenu par un journaliste spécialisé, c’est assez triste...

    Si ce passage de votre article est une critique volontairement négative, la moindre des politesses aurait été d’attendre de voir le film (ensuite libre à vous, bien-sûr, de le descendre si ça vous chante)

    Si ces sous-entendus négatifs sont involontaires, cela signifie que cet article a été écrit en 5 minutes...

    De ces deux cas, je ne sais pas lequel est le plus déprimant.

    Répondre à ce message

    • Répondu par OW le 18 mai 2009 à  22:57 :

      Cher p.,

      À ma décharge, je n’ai rien sous-entendu du tout ni encore critiqué quoique se soit. Ce serait en effet hypocrite vu qu’effectivement je n’ai vu que quelques trailers et extraits du film.

      Par contre, à la lecture du pitch, celui qui n’en établirait pas un lien avec le célèbre film américain American Pie, serait hypocrite. Maintenant il est connu que l’humour français est beaucoup plus fin que celui des américains, n’est-ce pas ?!?

      je le répète une nouvelle fois : “Verdict“ le 10 juin !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 20 mai 2009 à  22:55 :

        Lachez nous la grappe avec American pie ! Les comédies autour du sexe et des ados sont nombreuses. American Pie a plus été un suiveur qu’un précurseur ...

        Répondre à ce message

    • Répondu le 19 mai 2009 à  00:23 :

      "la moindre des politesse" gnagnagna...

      non mais sérieux qu’est ce que ça peut me gonfler, c’est pas parce qu’on est auteur de B.D qu’on est capable de réaliser des films. Chacun son art.
      Les histoires de copinages et d’incrustes sont vraiment méprisantes pour le cinéma. Tout ça n’est qu’histoire de fric, et ça pue l’égo.
      Aprés ça il faut bien être conscient de s’attirer des critiques.

      Je tiens à préciser que les BD de Sattouf font parties des rares qui me font éclater de rire.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Pirlouit (le gentil troll qui aime trés fort la bonne BD et le bon (...) le 20 mai 2009 à  00:37 :

        Clairement, certains auteurs de BD devraient rester dans leur domaine de prédilection, au lieu de s’aventurer vers les sentiers (de gloire ?) du cinéma. Je préfère relire un Bilal que visionner un de ses films en DVD. En revanche, certains films de Lauzier me semblent posséder le même ton que ses BD. Bien évidemment, il y a l’attrait des soirées mondaines, des jolies filles et du people. Notez bien que quand on voit la catastrophe de certains films français adaptés de BD (les chevaliers du ciel, Iznogoud, Asterix le Gaulois et aux JO, Blueberry, Michel Vaillant, mais aussi gros degueulasse, Junior de Wolinski, et le Declic), on peut se dire que quitte à être mal adapté, autant faire le boulot soi-même !! Mais pour un Persépolis le film (remarquable), combien de nanars ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Michel Dartay le 21 mai 2009 à  20:17 :

          Bande annonce dans les salles cette semaine. C’est plutôt bien joué et correctement filmé, il y a des dialogues naturels, Sattouf est un bon dialoguiste. Reste à voir si la version finale tiendra la route !

          Répondre à ce message

  • Riad Sattouf, guest star de Cannes
    18 mai 2009 21:33, par Bill Bao

    De mauvais auteurs bd qui deviennent de mauvais réalisateurs de ciné, on en a déjà eu (Lauzier, Bilal, Tronchet et aujourd’hui Sattouf), mais un mauvais auteur bd qui devient un bon réalisateur de ciné, je ne vois que Patrice Lecomte.
    Espérons que Sfar, bon auteur bd soit un bon réalisateur ciné, il a l’intelligence pour ça.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit (le gentil troll qui aime trés fort la bonne BD) le 20 mai 2009 à  00:28 :

      Je vous trouve bien dur avec quelques dessinateurs réputés. Depuis quand Lauzier et Bilal sont ils de mauvais auteurs BD ? Quant à Lecomte, ses Bd parues dans Pilote vers 1970 possédaient de véritables qualités, un peu comme les Bd actuelles de Tronchet et Sattouf qui sont plus "scénaristes efficaces" que "dessinateurs remarquables". Il y a plein d’excellents dessinateurs dans la BD, je prefère une histoire drôle dessinée avec les moyens du bord (en phase avec le discours) que des pages de brillance esthétique sur un scénario creux ou anodin.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 21 mai 2009 à  20:13 :

      A propos de Sfar, je signale le décès par suicide de l’actrice qui incarnait Jane Birkin dans son film "Gainsbourg (vie héroïque)" . Elle s’appelait Lucy Gordon, avait tourné dans le Spider-Man 3 et dans le film de Klapitsch ( les poupées russes). Une bien triste nouvelle....

      Répondre à ce message