« Retour au Collège » de Riad Sattouf - Ed. Hachette Littératures

22 août 2005 1 commentaire
  • C'est devenu une mode : les grands éditeurs généralistes se mettent de plus en plus à éditer des BD. Ici, c'est Riad Sattouf qui inaugure la collection « La Fouine illustrée », éditée par Hachette Littératures. Un « reportage » dans l'enfer d'un lycée chic des beaux quartiers parisiens.

Nous connaissons désormais Riad Sattouf, révélé par un Prix Goscinny largement mérité pour le premier tome des Pauvres aventures de Jérémie : Les jolis Pieds de Florence (Dargaud). Depuis, il s’est fait connaître par un remarqué Manuel du Puceau (Breal) en 2003 et un retentissant opuscule qui lui a valu les foudres de la censure : Ma circoncision (Edition Breal, 2004). On lui doit aussi No Sex in New-York (Dargaud) en 2004. Pour parachever cette jeune carrière, Riad Sattouf, 27 ans, a sa rubrique hebdomadaire dans Charlie Hebdo, juste en face de son copain Sfar.

Chroniqueur du quotidien, Sattouf avait un souvenir un peu traumatisant d’un épisode marquant de son enfance : son intégration en 3ème au collège de Rennes. Aussi, en Albert Londres des bulles, il a décidé de faire un « retour au lycée ». Oh, pas dans les ZEP de banlieue à problème, mais dans un lycée huppé des quartiers chics, dans le 16ème arrondissement de Paris. L’ouvrage précise que si le nom de l’établissement, les noms et les physionomies des personnages ont été modifiés, « les situations et les propos rapportés sont absolument véridiques ».

Après une entrée en matière qui passe par la filière académique : le proviseur, comme les profs se demandant s’ils ont intérêt à accepter cette incursion dans leur quotidien, le jeune Sattouf s’intègre sans difficulté dans une classe qui ne diffère pas de l’image qu’on s’en fait : propos niais et graveleux, visionnage de films pornos sur LCD, « chats » grivois jusqu’à pas d’heure sur MSN Messenger, vêtements total look à la mode « Star Academy », opinions d’un vide béant pimentées de racisme ordinaire, désinvolture lymphatique enfin devant la matière qui leur est inculquée. Le sexe est une curiosité légitime de leur âge et ils ne manquent pas de s’y intéresser. Quant à la relation avec les profs, n’en parlons pas, elle s’opère dans la négation et ceux-ci ne sont d’ailleurs pas plus reluisants que leurs élèves.

Sans s’engager, dans une relation presque clinique, si l’on excepte les mines effarées que pique régulièrement le dessinateur devant certaines situations, Retour au collège recueille les anecdotes avec application. C’est léger, bien enlevé, d’autant que Sattouf s’améliore dans la caricature de cette faune gentillette qui étonne plus par sa naïveté que par son insouciance. Une tranche de vie scolaire.

« Retour au Collège » de Riad Sattouf - Ed. Hachette Littératures
"Retour au collège" de Riad Sattouf
(c) Hachette Littératures

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Je viens à l’instant de terminer le livre...
    J’en ai encore mal au ventre tellement je me suis tordu de rire (spécialement la vision du vieux pédophile se retirant dans les montagnes pour vivre son amour impossible !).

    Bref, le dessin est toujours aussi bon, épuré et efficace et le sens de l’anecdote toujours aussi présent !!

    A tous les martyrs du collège, lisez-le, c’est mieux qu’une séance de psy !

    Répondre à ce message