Newsletter ActuaBD

Le tombeau des Lucioles

5 février 2003 8 Actualité par Patrick Albray
🛒 Acheter
  • Ce n'est pas une bande dessinée, mais un dessin animé et c'est probablement le plus beau qui soit sorti un jour d'un studio. Réalisé par un génie japonais de l'animation, Isao Takahata, il traite d'un sujet terrible et douloureux. La guerre et le sort dramatique de deux enfants japonais, sous les bombardements, à la fin de la guerre, en 1945.

On est loin du manichéisme de la représentation de cette guerre dans certaines bandes dessinées européennes, encore rééditées aujourd’hui, vue du côté de ceux qui libéraient le monde du péril jaune, des "faces de citron" et des "faces de prune". On n’y voit même pas un soldat ennemi.

Vous n’y trouverez pas de joyeux combattants, fiers de donner leur sang pour la patrie, trucidant d’autres combattants, la rage aux lèvres et la cruauté dans le regard, eux. Par contre, vous y verrez la lente descente aux enfers d’un adolescent et de sa petite sœur, dont la mère a été brûlée vive par les bombes incendiaires, et dont le père soldat ne donne plus de nouvelles.

Ce dessin animé magnifique montre les conséquences de la guerre pour une population civile, les efforts de chaque famille pour survivre alors que tout manque et qu’à tout moment, une bombe peut détruire leur abri. La cruauté et l’égoïsme, aussi, lorsqu’il faut protéger sa famille dans une situation aussi extrême.

Mais il montre également comment des images de la vie -la beauté de la nature, d’une feuille emportée par le vent, le calme du ressac des vagues, le visage illuminé d’un enfant découvrant un rare bonbon - peuvent, pendant quelques instants, faire oublier l’horreur.

L’animation y est sublime, sans besoin de recourir aux effets spéciaux et à l’esbrouffe qui caractérisent tant les productions commerciales, et qui camouflent des scénarios de plus en plus standardisés, marketés, cliché, sans âme.

Si j’en parle aujourd’hui, c’est qu’au moment où le buldoozer de la propagande américaine - censurant ou déformant l’information, inventant des preuves là où il n’y a que des présomptions, usant de la menace et de l’invective faute de vrais arguments - tente d’embarquer le monde dans une guerre contre un peuple qui a déjà suffisamment souffert après deux décennies de dictature, il est bon de se rappeler que la guerre, contrairement à ce que Busch suggère ("The game is over"), n’est pas un jeu vidéo.

Que c’est l’horreur absolue qui attend ceux qui vivent sous les bombes et que les enfants sont les premières victimes. Amnesty International rappelle que 70.000 enfants sont morts après les bombardements de l’Irak en 1991. Et que 500.000 autres sont morts ensuite des effets combinés de la destruction des infrastructures du pays et d’une décennie de sanctions économiques.

"Le Tombeau des Lucioles" n’est pas une bande dessinée mais un dessin animé. Si vous songez à des bandes dessinées qui transmettent le même message, vous pouvez les signaler ci-dessous.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Si votre club vidéo ne le propose pas, changez de club vidéo. Et si vous ne le trouvez vraiment pas près de chez vous, vous pouvez le commander sur Internet.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • > Le tombeau des Lucioles
    14 février 2003 14:56, par jmh2o

    Merci pour l’info et pour l’edito.

    Depuis longtemps la bd (cf "Le lotus bleu", et beaucoup d’autres) et le dessin animé ne sont pas "poltiquement correcte". Et pour longtemps encore, j’espère.

    Répondre à ce message

    • Répondu par KoRt-X le 14 février 2003 à  20:18 :

      Je vous conseille la lecture de "Maus" (de Art Spiegelman), une des plus fantastiques oeuvres de bd traitant des camps de concentrations mis en place par les nazis.... Ainsi que dans le "Tombeau des Lucioles", la guerre n’est que peu évoquée, on est ciblé sur les prisonniers des camps.

      Dans l’anime je vous conseille de regarder la série "Now and then, here and there" (titre original : "Ima, Sokoni Iru Boku"), une série dont le héro est un enfant envoyé dans un autre monde. Il est confronté à la guerre, à la folie d’un dirigeant prêt à toutes les atrocités pour obtenir de l’eau (tien donc, voilà quelqu’un à comparer a G. W. Bush). La folie de cet homme qui fait souffrire ses propres troupes (composés d’adultes et d’enfants), qui attaque des villages pacifiques, nous dévoile le visage le plus horrible d’un conflit absolument inutil et barbare.

      Répondre à ce message

  • Une campagne d’Amnesty
    14 février 2003 15:57, par Patrick

    A propos du thème de cet éditorial, je vous signale une campagne de pétition organisée jusqu’au 8 mars. Si vous souhaitez la signer, il faut vous rendre sur cette page : http://web.amnesty.org/web/iraq-petition.nsf/act_eng

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 mars 2005 à  11:39 :

      le site de la BD "ELEMENTS" a changer au profit d’un coup de projecteur sur tout le studio !!! si vous désirez connaitre l’ensemble des lazy boys, leurs different projets, la bd elements et leur actu : www.studiolazyboys.com

      anoter que nous serons en dédicace :
      du 1 o 3 avril a lormont
      le 9 a souston
      du 14 o 17 a bd fugue bordeaux
      les 23 et 24 avril a soulac
      et du 29 o 1er mai a DAx

      Répondre à ce message

  • > Le tombeau des Lucioles
    14 février 2003 20:49, par cedric

    Bien entendu, je courre chercher le tombeau des lucioles.
    J’en profite également pour dire que je cherche désespérément un dessinateur pour créer deux personnages végétaux, une fleur et un arbre, qui tombent amoureux sans parler, et sans avoir deux yeux et une bouche plaqués sur eux à la Disney. Si des dessinateurs veulent m’envoyer des essais, je répondrai à tous, et en choisirai un pour un court métrage d’animation, déclinable en série (mais là, c’est selon !).

    cedric@riptou.com

    Répondre à ce message

  • > Le tombeau des Lucioles
    15 février 2003 11:24

    > "Le Tombeau des Lucioles" n’est pas
    > une bande dessinée mais un dessin
    > animé. Si vous songez à des bandes
    > dessinées qui transmettent le même
    > message...

     ??? "La Dernière Récré" d’Altuna et Trillo (Glénat)

    Amicalement
    Filou

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gabriel delaSablonnière Saguenay le 18 février 2003 à  16:26 :

      Le tombeau des Lucioles est ce type de film d’une tristesse inouie, dont seul les japonais ont le secret. Attention aux petits coeurs sensibles. C’est le raffinement nippon confronté à une réalité apocalyptique ; l’explosion nucléaire. Le dessin est de grande qualité. Ce film d’animation, bouleversant oui, vient vous chercher des larmes. Très dur parce qu’il s’agit d’enfants. Un bel exemple de l’absurdité totale de la guerre.

      Répondre à ce message

    • Répondu par fabrice le 18 février 2003 à  16:28 :

      Merci pour cet éditorial qui nous rapelle, sans grandes phrases pompeuses et sans effets de manche que notre responsabilité de citoyen du monde s’exerce à tous les niveaux. J’ai 43 ans et le tombeau des lucioles que je n’ai vu que sur petit écran est l’un des chocs émotionnels les plus important de ces quinze dernières années. Ce film d’animation m’a réconcilié avec la dimension "culturelle" ou "philosophique" du 7ème art.
      Comme BD j’ai le souvenir d’une oeuvre forte (dont je n’ai plus le titre) relative à la guerre civile du RWANDA (il y a deux ans à peu près) qui montre également la folie qui peut s’emparer des hommes quand on leur met un fusil ou une bonne cause dans les mains.

      Répondre à ce message

  • > Le tombeau des Lucioles
    20 février 2003 09:45, par Spencer

    y’ a aussi ken le survivant qui traite des ravages de la guerre, après que la bombe nucléaire est explosé, et qui décrit un monde sans pitié et ou on est confronté à la loi du plus fort....

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD