Trafic en Indochine - Victor Levallois, n°1 - Stanislas et Rullier - Humanoïdes Associés

1er mai 2003 0
  • 1968. A Saïgon, Victor Levallois, la quarantaine bien sonnée, s'apprête à prendre l'avion alors que les Vietcongs s'amusent à faire des cartons sur les Boeing. Lorsqu'on lui montre un album de vieilles photos qui datent de l'occupation française. On l'y voit, lui, avec d'autres hommes, tous plus jeunes de vingt ans. Les souvenirs affluent à sa mémoire. Et il se souvient de cette incroyable aventure qui l'amena un jour à Saïgon.

Maffieux, jolies congaïs et légionnaires sans pitié : voilà ce qui attend le jeune Victor Levallois dans le premier tome de ses aventures indochinoises.

1948 : Victor Levallois est un jeune aide-comptable sans histoire. Sa vie se partage entre l’inventaire quotidien de marchandises à destination de l’Indochine et une histoire d’amour sans relief avec la gentille Odette. C’est au hasard d’un dîner avec un collègue de bureau, Monsieur André, que la vie de Victor Levallois va basculer.

Le vieil homme a passé trente ans en Indochine et en garde des souvenirs exaltés. Le jour où il est victime d’un malaise, mauvais relent de grippe contractée en Asie, il confie à Victor une bien étrange mission : faire parvenir au port de Marseille une mallette bourrée de dollars à un certain Leguen. Sur le point d’épouser Odette, le jeune homme accepte en échange de 500.000 francs promis par Monsieur André.

Mais la mission va prendre un tour inattendu : Victor se fait voler sa mallette et est embarqué par ses agresseurs dans un cargo à destination de Saïgon. A la recherche des voleurs, il débarquera dans la capitale indochinoise sans savoir qu’il ne retournera pas de sitôt en France.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Très référentiel, sorte de Tintin qu’on aurait croisé avec Théodore Poussin, le premier pour l’exotisme et l’aventure, le second pour l’intrigue, le romantisme et la nostalgie, Victor Levallois ne renie pas ses origines. Les références à la ligne claire sont nombreuses, mais ce jeu sur la forme ne doit pas occulter le reste : c’est un excellent récit d’aventure, bien documenté, solide, où se croisent des personnages aux personnalités fortes et crédibles, et dont le rythme ne faiblit pas une seconde avant l’ultime retournement de situation. La réédition d’une bonne série parue précédemment chez Alpen.

Lire un extrait

  Un commentaire ?