Japan Expo 2017 – Conférences avec des maîtres de l’animation

9 juillet 2017 0 commentaire

Cette année Japan Expo fêtait les 100 ans de l’animation japonaise. Pour cette occasion furent invités un certain nombre de professionnels de l’animation japonaise, dont la présence fut organisée en conférences, master-class et séances de dédicaces.

Ainsi étaient présents : Shichiro Kobayashi, 85 ans, animateur ayant travaillé aussi bien sur Le Château de Cagliostro que sur Merveilleuse Creamy ou Berserk, Masao Maruyama, 76 ans, producteur et cofondateur du studio Madhouse et MAPPA, Masami Suda, 74 ans, animateur et character designer (Hokuto no Ken, Yo-kai Watch), membre fondateur de JAniCA (Japanese Animation Creators Association), Takuo Noda, animateur vétéran, entre autres sur la série Capitain Flam, Kazuhide Tomonaga, 65 ans, animateur spécialiste en Mecha (Yamato, Galaxy Express 999), Nobuyoshi Habara, 54 ans, réalisateur et spécialiste lui-aussi en Mecha, qui a récemment réalisé le film Space Battleship Yamato 2202, Masahiko Okura, 54 ans, animateur freelance, Kenji Kamiyama, 51 ans, réalisateur de la série Ghost in the Shell : Stand Alone Complex accompagné d’un de ses scénaristes, Yoshiki Sakurai, Shuhei Kato, 46 ans, PDG de M.P. Works (Lupin III), Takuya Wada, animateur touche-à-tout, Koji Takeuchi, producteur, entre autres de Lupin III, de Little Nemo et de Conan le fils du futur, et Sayo Yamamoto, 40 ans, réalisatrice de Lupin III : Mine Fujiko et de Yuri on Ice.

Au niveau des conférences publiques le visiteur pouvait retrouver ces invités lors des quatre grandes conférences retraçant l’histoire de l’animation japonaise, où quatre à cinq d’entre eux étaient présents selon le sujet, mais aussi lors des conférences individuelles.

Japan Expo 2017 – Conférences avec des maîtres de l'animation
La conférence de Takuo Noda où il fut surtout question de sa carrière et de certaines techniques, mais avare en anecdotes et en options personnelles.

Ces conférences individuelles, plus courtes, généralement de 45 minutes, ne tiraient malheureusement pas toujours partie efficacement de ces invités. En effet si certains d’entre eux étaient accompagnés d’un journaliste menant la conférence, pour d’autres cela se résumait à un membre du staff de Japan Expo qui posait des questions génériques tirées d’une liste pré-formatée - bien que nous ne présumions pas du contexte et des contraintes à l’origine de ces conférences moins « professionnelles ».

Comme toujours, au-delà des parcours rappelés, et des questions qui ne mènent pas forcément très loin, parce que les plus anciens ne sont pas toujours très prompts et habitués à partager des anecdotes, surtout lorsque la question prend une forme trop générale, ces rencontres restaient néanmoins intéressantes pour le néophyte. Quant à l’amateur, outre le plaisir de rencontrer ces figures, pour certaines légendaires, il était tout de même possible par moment de profiter de quelques anecdotes et aveux fort sympathiques.

Un écran géant permettait de voir l’artiste au travail
Takuo Noda a réalisé durant sa conférence un layout, un dessin venant après le storyboard et donnant les indications de mises en oeuvre du mouvement et des angles de caméra, ici sur le héros de Capitain Flam.

Ainsi Kenji Kamiyama nous révéla comment il réussit à convaincre la compositrice Yoko Kanno de travailler sur Ghost in the Shell : Stand Alone Complex, alors qu’elle refusait catégoriquement au tout départ. Ce fut grâce à son insistance bien entendu… mais aussi et surtout à son apparence chétive et maladive de l’époque : c’est prise de pitié pour ce réalisateur qui semblait si affaibli que Yoko Kanno finit par accepter !

Takuo Noda confirma de son côté que l’apparence du héros de Capitain Flam était inspirée de Robert Redford : il avait cherché une inspiration occidentale à l’époque en décortiquant de nombreux magazines et films !

Sayo Yamamoto avoua de son côté être une « otaku de patinage artistique » au point de se rendre régulièrement à l’étranger pour assister à des compétitions ! Mais le sujet étant peu porteur, elle lui fallut quatre ans de travail pour concrétiser son projet Yuri on Ice, qui connut lors de sa diffusion fin 2016 un succès aussi inattendu que fulgurant.

Masami Suda qui fut character designer et animateur sur la série animé de Hokuto no Ken, a réalisé un dessin de Kenshiro.
Masami Suda dessina également les héros de Yo-kai Watch et de Gatchaman sur lesquels il a travaillé.

Quant à Masao Maruyama, il admit ne pas savoir à quoi servait la JAniCA et semblait peu convaincu que ce genre d’organisme puisse réellement constituer un soutien aux animateurs. Dommage que Masami Suda ne soit pas présent lors de cette conférence, nous aurions été très curieux de voir ce type d’échange entre ces deux vétérans sur leur profession !

Enfin impossible de ne pas mentionner l’émotion de Takuo Noda lorsqu’on lui demanda d’évoquer Yoshinori Kanada, animateur de légende décédé en 2009, dont il fut le mentor en l’engageant au tout début de sa carrière, alors qu’il n’avait encore aucune expérience.

Kazuhide Tomonaga qui travaille actuellement sur la nouvelle série de Lupin III, en dédicace auprès de ses fans.

GB

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?