La Compagnie des Glaces - T1 : Lien Rag - par Studio Jotim - Dargaud

27 septembre 2003 0 commentaire
  • On l'attendait depuis des mois, ce premier album de l'adaptation du feuilleton-fleuve de G.J. Arnaud, première œuvre de bande dessinée à vraiment revendiquer et assumer la réalisation à la chaîne. plusieurs auteurs disséminés géographiquement, travaillent en parallèle sur les planches, et envoient via Internet leur part du travail qui est ensuite montée informatiquement avec les autres. Le résultat est là. Peaufinable mais intéressant.

Disons tout de go que c’est par le dessin que le projet pèche. Si le découpage se révèle créatif, le travail des décors impeccable, l’infographie souvent belle, les personnages manquent de personnalité graphique. Le résultat est acceptable, certes (on a bien sûr souvent vu pire chez d’autres éditeurs), mais glacé, sans âme, aseptisé. Alors que les studios classiques suivaient la voie graphique initiée par un "maître" (Greg, Peyo, Hergé...), on ne sent pas cela ici, et surtout pas l’influence graphique du directeur artisitique, le formidable Christian Rossi.

La force du récit et de l’univers mis en place aident heureusement à franchir ce cap. Je n’ai pas lu personnellement les romans de G.L.Arnaud, mais l’adaptation qui en est faite par Philippe Bonifay est passionnante. Proche du thème du "Transperceneige" de Lob et Rochette (un monde post-cataclysmique où ne subsiste plus qu’un train fonçant devant lui dans un monde glaciaire), il nous présente la planète terre dans trois siècles, ravagée par une nouvelle glaciation. Les humains ayant survécu vivent dans des coupoles reliées par des trains, dont l’importance est devenue telle que les compagnies ferroviaires ont remplacé l’Etat. En-dehors des cités, une peuplade sauvage, les "Roux", survit misérablement.

Dans ce monde nouveau, un totalitarisme insidieux s’est installé. Contesté par des dissidents que l’Etat enferme dans un train-ville condamné à errer à perpétuité sans plus aucun contact avec le reste de la civilisation. Un glaciologue chargé de découvrir la raison d’une mystérieuse accumulation des glaces, va être pris malgré lui dans cette lutte entre le pouvoir et ses contestataires. Tous ses compagnons le payeront de leur vie. Lui, sera épargné. Mais à quel prix ?!?

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La sortie des différents tomes de l’adaptation va se faire à toute allure, Philippe Bonifay ayant prévu... une centaine d’albums. La réalité du marché veut qu’un album, pour qu’il puisse se vendre, soit aujourd’hui cartonné et sur beau papier. Ce projet audacieux n’aurait-il pas plutôt convenu à une édition populaire, brochée ? L’avenir dira si le feuilleton du XXIe siècle peut survivre dans l’édition traditionnelle, à près de 10 euros le volume. En ce qui concerne la réalisation proprement dite, on peut considérer le pari comme réussi au niveau du scénario, mais franchement améliorable à celui du dessin. Sur une centaine d’albums, les auteurs auront, je l’espère, le temps d’affirmer leur personnalité graphique malgré la réalisation en patchwork.

Lire un extrait

  Un commentaire ?