Michel Vaillant reprend le volant

8 mai 2012 6 commentaires
  • Depuis 2007, et l’album « 24 heures sous influence », Michel Vaillant était au stand. Le pilote créé par Jean Graton en 1959 se cherchait une nouvelle jeunesse. Il y a quelques semaines, Philippe Graton a annoncé le grand retour en course de l’écurie Vaillante. Mise au point avec le nouveau co-scénariste de la série : Denis Lapière.
Michel Vaillant reprend le volant
Michel Vaillant de retour en piste
© Graton - Bourgne - Bénéteau - Lapière - Dupuis

Il y a des personnages qui traversent les générations pour accéder au statut privilégié de classiques de la bande dessinée. Michel Vaillant est de ceux-là. Depuis 1959, et ses premiers tours de pistes dans les pages du journal Tintin, le héros de Jean Graton n’avait cessé de s’illustrer sur les circuits du monde entier avec une ligne de conduite limpide : loyauté et courage. Depuis 2007, pourtant, les moteurs des Vaillante n’avait plus emplis de leurs célèbres « Vroooar » les planches d’un nouvel album. Ce long moment de silence s’achèvera bientôt, puisque le Studio Graton et les Editions Dupuis viennent d’annoncer le retour de Michel Vaillant à l’automne.

La nouvelle équipe, pilotée par Philippe Graton, est composée de Marc Bourgne, Benjamin Benéteau et Denis Lapière. Ce dernier nous détaille les défis de cette reprise. « Une reprise est toujours difficile quelle que soit l’importance de la série. Parce que si on respecte trop la série initiale, le résultat va être forcément décevant et si on transgresse trop, les lecteurs ne vont plus s’y retrouver. Il est donc essentiel de doser la part de nouveautés et de changements aussi bien scénaristiques que graphiques que l’on injecte dans la reprise sous peine, soit de dénaturer la série originelle, soit d’en faire une caricature d’elle-même. Dans le cas de Michel Vaillant, je suis entré dans le projet de la "Saison 2" alors que le cadre de la reprise avait déjà été déterminé par Philippe Graton et les éditions Dupuis. Et je me suis trouvé tout à fait en phase avec leurs choix. Le canevas proposé me convenait parfaitement et me permettait de travailler plus en profondeur les caractères et les personnalités de tous les personnages de la série. En outre, je suis suffisamment familier avec le pilotage que pour scénariser les faits de courses, le travail des ingénieurs et les tactiques sportives. Enfin, travailler avec Marc Bourgne et Benjamin Benéteau est un réel plaisir. Donc, et même si la série Michel Vaillant est une véritable série mythique en bande dessinée et dans le monde du sport automobile et qu’il y avait au départ une certaine pression, je me suis senti très rapidement à l’aise. »

Premier scénario de Philippe Graton pour Michel Vaillant
"La Piste de Jade", paru en 1994

Depuis 1994, Philippe Graton s’est investi dans la destinée de la série créée par son père. Il a ainsi signé les scénarios d’une quinzaine d’aventures et initié la série documentaire « Les Dossiers Michel Vaillant », consacrés à de grandes figures de l’histoire automobile.

Philippe Graton songeait à cette relance depuis pas mal de temps, et a fourni un cahier des charges détaillé au nouveau scénariste. Lapière opine : « Philippe m’a donné un cadre scénaristique à l’intérieur duquel j’ai eu carte blanche. Mon premier travail a donc été d’affiner le synopsis. Ensuite on a beaucoup discuté sur tout ce qui fait le cadre de la série : la position de chacun dans le "clan" Vaillant, la taille des usines et de la marque Vaillante, le style des voitures Vaillante, etc. Et enfin, une fois le découpage effectué, il y a un travail sur les dialogues. Car, par exemple, il y a des mots ou des expressions que peut ou ne peut pas dire Henri Vaillant. »

Galerie de personnages de la saison 2
© Graton - Bourgne - Bénéteau - Lapière - Dupuis

L’intitulé exact du communiqué de presse annonce « Michel Vaillant, saison 2 ». Mais les lecteurs savent que Vaillant a couru à la fois contre Jim Clark, Ayrton Senna ou Fernando Alonso, avec pas moins de cinquante saisons au compteur. Le vocable « saison 2 » laisse-t-il augurer une tabula rasa, avec une nouvelle introduction à l’univers, à la façon des reboot de super héros ? Denis Lapière précise : « Le lecteur habituel de la série et celui qui va la découvrir ou la redécouvrir verra un Michel Vaillant de notre époque courir face à des concurrents actuels et des voitures d’aujourd’hui. Il n’y a ni tabula rasa, ni nouvelle introduction. Par contre la base des récits sera tout de même différente, plus complexe. Pour vous faire une idée, la première histoire s’étendra sur trois albums de 54 pages. Nous allons avancer sur plusieurs intrigues en parallèle afin de densifier la lecture. »

Les meilleurs récits de Vaillant avaient de l’ampleur documentaire, un petit côté « reporter de la course automobile », une dimension que la nouvelle équipe en place souhaite perpétuer : « Évidemment ! Et pour preuve, toute l’équipe s’est déplacée trois jours à Monza pour rencontrer tous les protagonistes de la WTCC [1] qui sera un des "décors" du premier album. Nous y avons côtoyé le quotidien d’une écurie de course de pointe. Il est très important de donner dans Michel Vaillant des points de vues et des images différents de ce qu’on a l’habitude de voir à la télévision ou dans les revues spécialisées. »

La nouvelle équipe en repérage sur le circuit de Monza
Photo © Philippe Graton

Ancrer une série dans son époque suppose de parler des problèmes de son temps. A l’heure où l’on s’interroge sur le futur de l’énergie, comment convaincre les jeunes lecteurs de s’intéresser aux aventures d’un pilote automobile ? Denis Lapière est enthousiaste à l’idée de répondre à cette préoccupation : « C’est que le futur de l’énergie sera aussi au cœur des histoires de Michel Vaillant. Le sport automobile n’est certainement pas indifférents aux enjeux énergétiques, bien au contraire. C’est d’ailleurs un des aspects excitant de cette reprise : comment Vaillante se positionne-t-elle sur le futur de la voiture ? »

Denis Lapière en discussion avec le pilote espagnol Fernando Monje
Photo © Philippe Graton

On connaît bien la carrière de scénariste chevronné de Denis Lapière, qui a signé une centaine de scénarios de BD, et deux scripts pour le cinéma. On connaît moins son histoire d’amour avec la course auto et son passé de pilote… Une passion qu’il détaille avec modestie : « J’ai roulé effectivement en Formule VW dans ma jeunesse et j’ai pu côtoyer des pilotes comme Marc Duez, mais ce fut plutôt une brève expérience. Ceci dit, j’ai remarqué, pour avoir discuté avec Alain Menu ou Fernando Monje à Monza, que les fondements du pilotage et du réglage des voitures n’ont pas vraiment changé. Tout s’est complexifié, bien entendu, mais les principes en sont restés les même. Plus longue, par contre, est ma relation avec la BD de course automobile puisque Mauro Caldi, aujourd’hui très bien réédité par les éditions Paquet, date d’il y a vingt ans déjà ! »

Le premier album de « Michel Vaillant saison 2 », entame d’une trilogie, est annoncé pour novembre 2012. La série adoptera le rythme d’un nouvel album par an, au minimum.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Tous les dessins reproduits sont © Graton - Bourgne - Benéteau - Lapière - Dupuis. Sauf mention contraire.

Les photos sont © Philippe Graton.

A propos de Michel Vaillant, sur ActuaBD :

> Treize titres sont au départ

> Philippe Graton : "Notre studio respecte le style Graton tout en le faisant évoluer" (Entretien en juin 2008)

> Michel Vaillant et la crise du pétrole

> Michel Vaillant T68, T70

> Dossiers Michel Vaillant : Louis Chevrolet, Michael Schumacher, Enzo Ferrari, Juan Manuel Fangio.

[1World Touring Car Championship, le championnat du monde des voitures de tourisme.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Michel Vaillant reprend le volant
    9 mai 2012 01:01, par Patrick

    Passionné de BD et de course automobile, j’ai grandi en lisant les aventures de Michel Vaillant, Steve Warson et toute la famille Vaillant. À l’aube de ce nouveau départ, je me pose la question : est-ce que cela vaut vraiment la peine. La Bd comme tout art est une création d’un artiste. Déjà depuis longtemps Jean Graton n’était plus le maître d’oeuvre de la série et on pouvait regretter les albums mythiques : Le Pilote sans Visage, Les Chevaliers de Konigsfeld, Le 13 est au Départ, Mach 1 pour Steve Warson, Le fantôme des 24 Heures, Série Noire, etc. Maintenant on découvre un nouveau Michel Vaillant dont les proportions du visage ne sont même plus les mêmes... Alors , pour les "vieux" comme moi cela va faire étrange. Mais gardons un optimisme bien "vaillant" et laissons ces jeunes auteurs nous faire rêver au son des moteurs de course. Le concept de faire une intrigue sur 3 volumes de 54 pages est déjà séduisant. Alors... Gentlemen start your engine !

    Répondre à ce message

  • Michel Vaillant reprend le volant
    9 mai 2012 08:22, par Steff

    Ils auraient quand même du lui garder SON visage au héros, là, si c’est pas écrit dessous ou sans le logo Vaillante, on sait carrément pas qui c’est !!!

    Répondre à ce message

  • Michel Vaillant reprend le volant
    9 mai 2012 11:27, par neidhardt fred

    "un Michel Vaillant de notre époque"

    Il y a des Michel de moins de 50 ans à notre époque ?

    Répondre à ce message

  • Avec Marc Bourgne, on est assuré d’avoir un dessin splendide. Bravo !

    Répondre à ce message

  • Michel Vaillant reprend le volant
    10 mai 2012 10:16, par Marc Bourgne

    Deux petites réponses, en toute amitié, à Patrick et Steff.

    Patrick s’interroge sur l’utilité d’une continuation de "Michel Vaillant"... C’est l’éternel et vaste sujet des reprises. je répondrai que tout dépend de l’esprit dans lequel on s’attaque à cette reprise. Et puis nul n’est obligé d’acheter les nouveaux albums des séries qu’il aime. Il y a aussi des séries "inreprenables" parce que trop indissociables de la personnalité et du génie de leurs créateurs (exemple : "Gaston" de Franquin). En ce qui concerne "Michel Vaillant", j’ai entendu Jean Graton lui-même dire qu’il attendait avec impatience de lire les prochaines aventures de son héros, et je l’ai également entendu dire à son fils Philippe qu’il faisait une entière confiance à la nouvelle équipe, dont je suis fier de faire partie.

    Steff s’interroge sur la physionomie de Michel Vaillant. On m’a demandé de ne pas imiter le style de Jean Graton mais de m’approprier ses personnages, comme je l’avais fait pour "Barbe-Rouge". Mais j’avais besoin de l’approbation de Jean Graton. Je l’ai rencontré l’hiver dernier : il a soigneusement passé en revue mes études de personnages. À quelques détails près (la ligne d’un nez, la forme d’un menton), il a approuvé mes études... J’oserais même dire qu’il les a bien aimées. Cette "bénédiction" était évidemment essentielle pour moi. Bien sûr, l’avis des lecteurs compte aussi (d’autant plus que j’en suis un moi-même avant d’être auteur), mais je reste persuadé que, dans le cas de la reprise d’une série réaliste, le plus important est que la personnalité des personnages, plutôt que leur visage exact, soit respectée. Grand fan de la série, que je lis depuis l’enfance, je m’efforcerai que ce soit le cas.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Chris le 10 mai 2012 à  19:54 :

      bonjour à tous.
      grand fan de la série (disons plutot des 20 premiers albums de la série), je suis heureux de voir michel reprendre le volant. mais je ne vois pas dans la galerie des personnages l’incontournable steve warson... michel sans steve, çà n’est pas envisageable !
       ;)

      Répondre à ce message