Green Arrow T4 - Par Benjamin Percy & Collectif – Urban Comics

8 octobre 2016 0 commentaire
  • Avec une nouvelle équipe créatrice aux commandes, le célèbre archer vert renoue avec des aventures plus sociales et liées à sa ville. Plus classique que le travail de Jeff Lemire, ce premier tome n’en reste pas moins une lecture de bonne facture.

Tout d’abord signalons que ces nouvelles aventures peuvent se lire indépendamment de celles des trois tomes précédents. Pas de référence à la période précédente et les quelques éléments de l’univers de Green Arrow s’appréhendent vite.

Au scénario c’est Benjamin Percy que nous trouvons ici faisant ses premières armes ou presque, ayant uniquement à son arc une courte histoire de Detective Comics. Il se trouve accompagné sur la partie graphique de Patrick Zircher au style classique et efficace, non dénué d’un certain charme.

Si le run [1] de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino, publié dans les trois premiers tomes de la série, se montra ambitieux et s’attela à la création d’une nouvelle mythologie, nous en sommes ressorti avec un sentiment mitigé, celui de ne pas voir les idées aller jusqu’au bout, pour en fin de compte un résultat un peu superficiel à notre sens.

Benjamin Percy décide de son côté de prendre un tout autre chemin et reprend peu ou pas des éléments de son prédécesseur. Il y a par exemple la « nouvelle » demi-sœur d’Oliver, Emiko, à moitié japonaise et qui tient le rôle d’acolyte de notre archer vert.

Green Arrow T4 - Par Benjamin Percy & Collectif – Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Ce nouveau tome [2] propose deux aventures distinctes, sans oublier un prologue qui présente la « version » d’Oliver Queen qui sera abordé dans ce run, plus axé social et gang. Une approche qui n’est pas sans évoquer un retour au source du personnage, plus social que mythologique, et faisant écho au célèbre travail de Dennis O’Neil et Neal Adams.

Ainsi, il sera question ici du destin des classes pauvres et des immigrés, de racisme et de trafic de drogue. Des thèmes classiques de Green Arrow qui s’avèrent développés avec une certaine efficacité. C’est dynamique, direct, un peu pulp et sans fioriture, avec le retour d’un ancien personnage féminin, pas forcément très connu, mais qui a le mérite d’ancrer le récit dans une ambiance plus intime et pas désagréable.

Rien de révolutionnaire, voire un peu cliché ici et là, mais le récit propose justesse et énergie qui en fait une lecture agréable qui se lit bien et renoue avec une version plus simple et « punchie » du personnage, pour notre plus grand plaisir.

La dimension spirituelle ne se trouve pas pour autant abandonnée avec l’introduction d’un nouveau et assez inattendu compagnon pour Oliver, qui fonctionne étonnamment bien, et qui se trouve au cœur de la seconde histoire, évocation du folklore mexicain.

Du bon comics de super-héros, pulp et fun, qui propose un retour à des aventures de Green Arrow simples et nerveuses, avec des vilains aux intentions et à la caractérisation dans la même logique.

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Green Arrow T4. Scénario : Benjamin Percy. Dessin : Patrick Zircher, Fabrizio Fiorentino & Federico Dallocchio. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 26 août 2016. 176 pages. 17,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Green Arrow sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2,
- Lire la chronique du tome 3.

[1Run : période durant laquelle un auteur -plus souvent le scénariste - est en charge d’un titre. Le terme est utilisé notamment pour distinguer les différentes époques des grands super-héros et équipes de héros des comics mainstream.

[2Les épisodes contenus dans Green Arrow T4 : Oiseaux de nuit sont :
- DC Sneak Peek : Green Arrow (mai 2015),
- Green Arrow #41-47 (juin 2015 à décembre 2015).

  Un commentaire ?