L’album Goscinny - collectif - Editions des Arènes

19 décembre 2002 0
  • L'avantage, quand un auteur sort du purgatoire vingt-cinq ans après sa mort, c'est qu'il y a beaucoup de retard à rattraper. A la joie de voir enfin redécouvert René Goscinny, s'ajoute donc celui d'exhumer toutes les petites merveilles que le succès de ses séries BD et sa modestie (réelle) avaient occultées de son vivant. Un plaisir auquel se sont livré Phil Casoar et Jean-Pierre Mercier avec une belle équipe de graphistes et photographes de talent. Résultat: un beau livre, dans tous les sens du terme.

C’était donc le 5 novembre 1977. René Goscinny, père d’Astérix, Iznogoud, Lucky Luke, mais aussi du Petit Nicolas, des Dingodossiers et de centaines de planches et textes d’humour, avait la mauvaise idée de s’écrouler, terrassé par une crise cardiaque à l’âge de 51 ans.

Avec 500 millions de livres ou d’albums vendus, il est aujourd’hui toujours l’un des auteurs français les plus lus au monde. L'album Goscinny - collectif - Editions des Arènes A lui seul, Astérix a été traduit en 107 langues et dialectes. Avis aux collectionneurs courageux !

Mais Goscinny reste un célèbre inconnu. La notoriété de ses héros a supplanté la sienne. Des dizaines d’expressions qu’il a inventées sont passées dans le langage courant : "il est tombé dedans quand il était petit", "vouloir être calife à la place du calife", "tirer plus vite que son ombre", etc.

Les Editions des Arènes, avec Phil Casoar et jean-Pierre Mercier, lui rendent hommage avec ce "sketch book" à la manière des albums de Terry Gilliam, le réalisateur de "Brazil" ou des Monthy Python, qui fut l’ami de Goscinny et un bref collaborateur de Pilote.

Au cœur de l’album Goscinny, le lecteur trouvera trente-trois textes. Ils proviennent des archives d’Anne Goscinny, sa fille, et n’avaient jamais été publiés, ou, après une première parution, dans Pilote, Jour de France ou L’Os à Moëlle, étaient devenus introuvables.

Le livre épouse la vie de l’élève Chaprot, inventé par Goscinny et Gotlib. Dans les premières pages, Chaprot a l’âge du Petit Nicolas, et à la fin, celui du Grand Duduche. Comme nous, il grandit avec les histoires de René Goscinny. Variations, parodies, cases agrandies, grille de mots croisés... Chaque facette de l’oeuvre de l’homme qui enchanta notre enfance est évoquée avec tendresse et nostalgie.

Deux anthologies du magazine Pilote, l’une des années 60 et l’autre des années 70, racontent en parallèle l’exceptionnel découvreur de talents qu’était Goscinny. Il a lancé Cabu, Gotlib, Bretécher, Druillet, Reiser et tant d’autres. Point d’orgue du livre, un (trop court) Goscinnyrama rassemble dans un même dépliant la vie d’un homme et celle de ses héros.

Cet album Goscinny est l’hommage merveilleux de toute une génération à ce petit-fils de rabbin, élevé à Buenos Aires, pour qui la France était un pays exotique...

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Comme on envie les auteurs de ce livre, qui ont pu se plonger, des jours durant, dans les archives de tout ce qu’a écrit Goscinny ! Comme on envie leur bonheur de retrouver les mille manières qu’avait Goscinny de provoquer le fou-rire !
Et comme on aurait aimé être à leur place pour participer à la réalisation de ce livre jubilatoire, bel hommage à l’un des plus grands humoristes français. Les mises en scène photographiques des documents, photos, tapuscrits, dessins, courriers... est somptueuse. Les textes de Goscinny sont fins et drôles, avec une patine du temps qui en accentue encore la drôlerie, l’école et les mœurs ayant beauuuuucoup changé depuis les débuts de Pilote ! On adore aussi les pages de garde, qui reprennent toutes les caricatures de Goscinny réalisées par ses potes. Et les lecteurs qui étaient enfants dans les années 60 ou 70 ne pourront manquer de verser une larme de nostalgie devant les deux fac-similes du journal Pilote qui y sont reproduits intégralement et qu’il pourront montrer fièrement à leurs petits enfants en disant :"J’y étais !" (bon, là j’exagère, mais c’est quand même une chouette idée et un bel album). A quand une suite ? Trente-trois textes, c’est vraiment pas assez ! Allez, au boulot !

Lire un extrait

  Un commentaire ?