Les Vestiaires - Par Thimoté Le Boucher - La Boîte à bulles

29 mai 2014 3 commentaires
  • Deuxième album d'un jeune auteur fasciné par la violence adolescente. L'ambiance lycéenne pesante, dans un huis-clos permanent, est déclinée sur des tons clairs trompeurs.

Comme chaque jeudi, cours de sport, avec passage dans les vestiaires avant l’exercice. La prof vient d’annoncer l’événement : des locaux tout neufs pour se changer, un vrai luxe. Et de la torpeur de cette grande pièce, à peine éclaircie par l’ouverture du ventilateur, on ne sortira jamais. Comme une scène de théâtre, entre ces murs se jouent les conflits, pactes crapuleux, alliances et retournements entre ados. À qui sera le plus hardi, le plus obscène, le plus mâle, et pour les vaincus, le plus haï...

Timothé le Boucher, après son glaçant Skins Party, opère un virage stylistique qui rappelle beaucoup les métamorphoses de Bastien Vivès. Le trait est plus souple, moins précis, moins épais. Et les couleurs refusent la nuance. La froideur des joutes sociales entre gamins n’appelle pas de subtilité. À peine l’auteur use-t-il d’effets de flou pour mieux représenter les zones de l’action : intérieur/extérieur, prof/élèves, garçons/filles.

Les Vestiaires - Par Thimoté Le Boucher - La Boîte à bulles
T. Le Boucher© la boîte à bulles 2014

Dans une véritable trame dramatique traditionnelle, le petit gros du vestiaire va réussir à passer du bon côté. Et sa vengeance sera terrible. On pourra trouver le propos de l’auteur excessif ou trop stylisé, voire même considérer que ses dialogues manquent de langue "djeuns". Bémols minimes face à la tension qu’il soutient du début à la fin, au rythme des scènes et la précision de ses cadrages. Une sorte d’Entre les murs [1] BD qui serait passée du cours de français à la séance d’EPS.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

-  Commander « Les Vestiaires » (Ed. La Boîte à bulles) chez Amazon ou à la FNAC

[1Roman de François Bégaudeau, qu’il a ensuite adapté pour le cinéma, Palme d’or au festival de Cannes en 2008.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Les maisons d’édition n’ont-elles plus de correcteurs ? A moins que ma syntaxe ne soit défaillante, un verbe du premier groupe (comme parler) à l’impératif ne prend pas de "s". Une faute comme ça, c’est limite rédhibitoire

    Répondre à ce message

    • Répondu par Timothe le 30 mai 2014 à  21:14 :

      Je ne sais pas comment le site a pu avoir une planche non corrigée, mais dans l’album, il n’y a aucune fautes.

      Répondre à ce message

      • Répondu par mba le 27 août 2014 à  22:57 :

        S’il n’y en a aucune, alors inutile de mettre un "s"...
        Excellente BD sinon que je viens de terminer

        Répondre à ce message